Marc Soulhol accuse Grenoble en commun de discrimination et rejoint La commune est à nous !

sep article

 

FOCUS – Marc Soulhol, militant aux côtés d’Éric Piolle depuis 2014, a claqué la porte de Grenoble en commun fin décembre. Il accuse la liste sortante de « discrimination » envers son handicap et de mépris des classes populaires. Il a rejoint la liste La Commune est à nous le 22 janvier.

 

 

Tout commence le 12 décembre 2019. Marc Soulhol, engagé depuis plus de vingt ans dans la vie publique locale, notamment auprès des plus précaires, passe devant le « conseil des sages » de Grenoble en commun et serait alors victime de discrimination. Il avait rejoint la liste d’Éric Piolle aux municipales dès 2014. Il s’attendait, en tant que citoyen-militant de la première heure, à faire partie des 48 personnes potentiellement éligibles.

 

Marc Soulhol accuse la liste d'Éric Piolle de discrimination

Le Réseau citoyen lors de son lancement en 2013. © Victor Guilbert

 

Toutefois, « le Réseau citoyen avait accepté la candidature de Marc tout en lui précisant que les candidatures citoyennes nouvelles seraient priorisées », tempère Béatrice Bonacci de ce réseau qui rassemble les citoyens et associations engagées autour de la liste d’Éric Piolle*.

 

 

Discrimination liée au handicap ?

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4229 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est « Grenoble en com’ » : tout dans le décor attrape gogos de la façade mais la vraie réalité derrière n’a rien à voir. Ce monsieur l’a vécu de l’intérieur.
    Alors, logique qu’il les ait quittés. Car il a raison : marre des écolos bobos dogmatiques. L’écologie ça n’est pas ces gens de « Grenoble en com’ », on les subit depuis six ans, ça suffit. NON, NON

    sep article