Marc Soulhol accuse Grenoble en commun de discrimination et rejoint La commune est à nous !

sep article



 

FOCUS – Marc Soulhol, militant aux côtés d’Éric Piolle depuis 2014, a claqué la porte de Grenoble en commun fin décembre. Il accuse la liste sortante de « discrimination » envers son handicap et de mépris des classes populaires. Il a rejoint la liste La Commune est à nous le 22 janvier.

 

 

Tout com­mence le 12 décembre 2019. Marc Soulhol, engagé depuis plus de vingt ans dans la vie publique locale, notam­ment auprès des plus pré­caires, passe devant le « conseil des sages » de Grenoble en com­mun et serait alors vic­time de dis­cri­mi­na­tion. Il avait rejoint la liste d’Éric Piolle aux muni­ci­pales dès 2014. Il s’attendait, en tant que citoyen-mili­tant de la pre­mière heure, à faire par­tie des 48 per­sonnes poten­tiel­le­ment éli­gibles.

 

Marc Soulhol accuse la liste d'Éric Piolle de discrimination

Le Réseau citoyen lors de son lan­ce­ment en 2013. © Victor Guilbert

 

Toutefois, « le Réseau citoyen avait accepté la can­di­da­ture de Marc tout en lui pré­ci­sant que les can­di­da­tures citoyennes nou­velles seraient prio­ri­sées », tem­père Béatrice Bonacci de ce réseau qui ras­semble les citoyens et asso­cia­tions enga­gées autour de la liste d’Éric Piolle*.

 

 

Discrimination liée au handicap ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4478 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est « Grenoble en com’ » : tout dans le décor attrape gogos de la façade mais la vraie réa­lité der­rière n’a rien à voir. Ce mon­sieur l’a vécu de l’intérieur.
    Alors, logique qu’il les ait quit­tés. Car il a rai­son : marre des éco­los bobos dog­ma­tiques. L’écologie ça n’est pas ces gens de « Grenoble en com’ », on les subit depuis six ans, ça suf­fit. NON, NON

    sep article