« Collège mort » ce 5 février au collège Barnave de Saint-Égrève contre la baisse annuelle des moyens

sep article

FIL INFO — Le personnel du collège Barnave de Saint-Égrève mène une action ce mardi 5 février. Les enseignants dénoncent une diminution des « heures-postes » accordées chaque année par l’Académie, qui conditionnent l’organisation des cours comme des classes. Les professeurs comptent ainsi expliquer aux parents d’élève les conséquences de ces baisses successives, au cours d’un réunion à 17 heures.

 

Les ensei­gnants du col­lège Barnave de Saint-Égrève entendent bien pro­fi­ter de la jour­née de mobi­li­sa­tion syn­di­cale du 5 février pour faire entendre leur inquié­tude. En cause ? La « réduc­tion des moyens alloués pour la ren­trée 2019 », écrivent-ils. Et les pro­tes­ta­taires de pro­mettre une jour­née « col­lège mort », en écho à la jour­née « éco­no­mie morte » de la CGT. Avec, en sus, une réunion avec les parents d’é­lèves à par­tir de 17 heures au col­lège.

 

Le collège Barnave de Saint-Égrève © Académie de Grenoble

Le col­lège Barnave de Saint-Égrève © Académie de Grenoble

 

L’occasion d’ex­po­ser la dimi­nu­tion des « heures-postes » (HP) dans la dota­tion glo­bale horaire (DGH) du col­lège. En somme, l’en­ve­loppe d’heures que l’Académie attri­bue à l’é­ta­blis­se­ment, et qui condi­tionne l’or­ga­ni­sa­tion des cours autant que du per­son­nel. À effec­tifs d’é­lèves constants, expliquent les ensei­gnants, ces heures-postes dimi­nuent d’an­née en année. Elles passent ainsi de 697 à 656,75, alors que l’é­ta­blis­se­ment compte tou­jours envi­ron 670 élèves.

 

 

Suppression de modules d’aides et classes surchargées

 

Les consé­quences concrètes de ces baisses ? La sup­pres­sion d’un poste en SVT (Sciences et vie de la terre) et de deux modules d’aides per­son­na­li­sées. Auxquelles s’a­joutent la dis­pa­ri­tion d’un groupe de sciences pour chaque niveau, soit de la 6e à la 3e, De quoi for­te­ment aug­men­ter le nombre d’é­lèves en cours de sciences. Enfin, les ensei­gnants déplorent des classes sur­char­gées avec des effec­tifs « pré­vus entre 27 et 30 élèves ».

 

Le Rectorat de Grenoble. © Léa Raymond - Place Gre'net

Le Rectorat de Grenoble. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Autant de fac­teurs qui consti­tuent, aux yeux du per­son­nel, des « dégra­da­tions des condi­tions d’enseignement ». « Les pro­fes­seurs ne seront plus en mesure de suivre cor­rec­te­ment les élèves, qui seront les pre­miers à subir les consé­quences de ce manque de moyens », dénonce-t-il dans un com­mu­ni­qué. Avant de décrier le « sacri­fice » de la jeu­nesse par le gou­ver­ne­ment. Bien éloi­gné de « l’ambitieuse mis­sion huma­niste et répu­bli­caine de la réus­site édu­ca­tive ».

 

FM

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2375 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.