Meurtre d’Adrien Perez : le préfet de l’Isère ordonne la fermeture administrative de la boîte de nuit Le Phoenix

sep article



FIL INFO – Théâtre, sur son parking, de l’agression et de la mort d’Adrien Perez dans la nuit du 28 au 29 juillet, la discothèque Le Phoenix s’est vu notifier un arrêté préfectoral de fermeture administrative d’une durée de six mois. Après une pause estivale, la boîte de nuit devait rouvrir ses portes le vendredi 24 août pour une « Big Opening Beach Party ».

 

 

Un « mes­sage de fer­meté et d’ap­pel au sens des res­pon­sa­bi­li­tés » ou un nou­veau ren­voi de balle dans l’af­faire du meurtre d’Adrien Perez, au sor­tir de la boîte de nuit Le Phoenix ?

 

Suite au meurtre d'Adrien Perez sur son parking, la boîte de nuit le Phoenix se voit notifier une fermeture administrative par la préfecture de l'Isère.La soirée d'ouverture du Phoenix n'aura pas lieu. © Le Phoenix

La soi­rée d’ou­ver­ture du Phoenix n’aura pas lieu. © Le Phoenix

La pré­fec­ture de l’Isère a annoncé dans un com­mu­ni­qué la fer­me­ture admi­nis­tra­tive de l’é­ta­blis­se­ment mey­la­nais pour une durée de six mois, soit à comp­ter du 22 août 2018 jus­qu’au 21 février 2019.

 

Après la soi­rée de clô­ture de sai­son du 28 juillet, durant laquelle Adrien Perez a trouvé la mort, la boîte de nuit devait nor­ma­le­ment rou­vrir ses portes ce ven­dredi 24 août. Et cela pour une soi­rée « Big ope­ning Beach party », légè­re­ment en déca­lage avec les évè­ne­ments tra­giques sur­ve­nus voilà moins d’un mois sur le par­king de l’é­ta­blis­se­ment.

 

L’événement a depuis été sup­primé de Facebook et a dis­paru de l’a­genda en ligne du Phoenix.

 

 

La direction de la discothèque reste muette

 

Le pré­fet rap­pelle que le res­pon­sable de la boîte de nuit pou­vait faire valoir son point de vue dans le cadre d’une pro­cé­dure contra­dic­toire. « Un cour­rier lui a été adressé en ce sens dès le 3 août 2018, […]. L’intéressé n’a apporté aucune obser­va­tion écrite », font remar­quer les ser­vices de l’État. Par ailleurs, la direc­tion de l’é­ta­blis­se­ment ne s’est pas pré­sen­tée au ren­dez-vous fixé par la pré­fec­ture. Et n’a, au demeu­rant, pas plus donné suite aux sol­li­ci­ta­tions de Place Gre’net.

 

Suite au meurtre d'Adrien Perez sur son parking, la boîte de nuit le Phoenix se voit notifier une fermeture administrative par la préfecture de l'Isère.Le préfet de l'Isère Lionel Beffre. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le pré­fet de l’Isère Lionel Beffre. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Mêmes cri­tiques sous-jacentes à l’é­gard du per­son­nel de la boîte de nuit, dont les ser­vices de l’État font remar­quer qu’ils se sont mon­trés « peu coopé­ra­tifs ». Et ceci alors même qu’une pre­mière bagarre avait éclaté entre les amis d’Adrien Perez et les auteurs pré­su­més de l’a­gres­sion, qui auraient pu péné­trer dans l’é­ta­blis­se­ment avec un cou­teau en leur pos­ses­sion. Pour la mère d’Adrien Perez, inter­ro­gée sur RTL, le Phoenix a tout bon­ne­ment « laissé faire ».

 

C’est sur la base de ces élé­ments que le pré­fet de l’Isère Lionel Beffre dit rap­pe­ler « à l’en­semble des dis­co­thèques et éta­blis­se­ments de nuit » qu’ils « doivent res­pec­ter, et faire res­pec­ter par leur clien­tèle, les mesures de sécu­rité élé­men­taires ». La pré­fec­ture ne sou­haite tou­te­fois pas dif­fu­ser le libellé exact de l’ar­rêté pro­noncé contre la dis­co­thèque, au motif que celui-ci relève, nous disent ses ser­vices, d’une « déci­sion indi­vi­duelle ».

 

FM

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1986 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Si j’ai bien com­pris le sens de l’ar­ticle, la sécu­rité dans l’ag­glo­mé­ra­tion
    gre­no­bloise est par­faite, le seul chaî­non faible étant le Phoenix, qu« il
    faut fer­mer pen­dant six mois, pour que la paix et l’har­mo­nie reviennent
    s’é­ta­blir sur la région ?
    Je sou­haite connaître les mesures que compte prendre l’é­tat, le pré­fet ,
    les maires et les juges, pour mettre un terme aux inci­vi­li­tés sur la région
    gre­no­bloise ?
    la seule impres­sion que je res­sens, c’est que la sécu­rité du citoyen ‚n’est
    pas la prio­rité de nos ins­ti­tu­tions …

    sep article