Manifestation de travailleurs sans papiers devant la préfecture de l’Isère

sep article

FIL INFO – Un peu plus d’une quarantaine de personnes se sont rassemblées, ce mercredi 25 avril, devant la préfecture de l’Isère pour réclamer le droit à la nationalité française des travailleurs sans papiers.

 


« Les travailleurs sans papiers demandent seulement les mêmes droits que les autres travailleurs », rappelle dans son tract le syndicat CGT des travailleurs sans-papiers de l’Isère, venu manifester, ce mercredi 25 avril à 11 heures devant la préfecture de l’Isère.

 

Plus de quarante personnes, pour la grande majorité militantes de ce syndicat, se sont ainsi rassemblées place de Verdun à Grenoble pour revendiquer le droit à la nationalité française des travailleurs sans papiers. En effet, la préfecture refuse, d’après les manifestants depuis plus d’un an et « sans raisons valables » de régulariser ces travailleurs, ainsi que les demandes de titres de séjour. Plusieurs intervenants ont à cette occasion pris la parole, dont un militant CGT.

 

 

 

« Je suis français, c’est ici mon pays »

 

Pour Tarek Somrani, militant CGT, travailleur sans papiers dans les transports, cette situation n’est « pas éthique, pas juste ». Il explique être en situation irrégulière depuis six ans et ne pas parvenir à obtenir de papiers. Selon lui, la préfecture lui a demandé de prouver trois ans de présence sur le sol français. Tarek assure en avoir prouvé six et, malgré tout, la préfecture refuserait de lui accorder la nationalité française.

 

CGT travailleurs sans papier au rassemblement du 25 avril 2018. © Léa Raymond - placegrenet.fr

CGT travailleurs sans papier au rassemblement du 25 avril 2018. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Une situation instable qui engendre, pour lui, des problèmes quotidiens. Sans compter qu’il est très difficile, quasi impossible, pour un travailleur sans papiers d’être embauché en CDI. Tarek, lui, a la chance d’avoir un contrat à durée indéterminée mais sa situation ne lui permet pas de se soigner. Sa carte vitale a en effet été bloquée, faute de papiers d’identité.

 

Lycéens et étudiants en lutte aux côtés des travailleurs sans papiers

 

C’est un cortège constitué d’à peu près 200 étudiants et lycéens en lutte contre les réformes sur la sélection à l’entrée de l’université qui a ensuite rejoint les travailleurs sans papiers, place de Verdun. Ils y ont exprimé leurs soutiens réciproque dans une perspective de convergence des luttes.

 

LR

 

 

commentez lire les commentaires
1612 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.