Benjamin Stora de passage à Grenoble pour une conférence sur l’histoire de l’immigration

sep article



FOCUS – L’historien Benjamin Stora sera présent à Grenoble le mardi 19 septembre à l’occasion d’une conférence sur l’Histoire de l’immigration. Tour d’horizon, avec ce spécialiste de l’Algérie et de la colonisation, des thématiques et des enjeux qu’il compte aborder auprès de son auditoire.

 

 

« Questions autour de l’Histoire de l’im­mi­gra­tion » Tel est l’in­ti­tulé de la confé­rence que tien­dra l’his­to­rien et pro­fes­seur des uni­ver­si­tés Benjamin Stora au Centre œcu­mé­nique Saint-Marc de Grenoble, mardi 19 sep­tembre à 19 heures. Une confé­rence au tarif libre et sans réser­va­tion, orga­ni­sée par l’Association tis­ser les liens d’amitiés soli­daires (Atllas).

 

Benjamin Stora. DR

Benjamin Stora. DR

 

En sep­tembre 2016, le spé­cia­liste de l’Histoire de l’Algérie, de la colo­ni­sa­tion et de l’im­mi­gra­tion en France, pré­sident du Conseil d’o­rien­ta­tion du Musée de l’his­toire de l’im­mi­gra­tion, avait déjà donné une confé­rence sur la Guerre d’Algérie. À cette occa­sion, le maire de Grenoble Éric Piolle lui avait remis la Grande médaille d’or de la Ville.

 

 

Le débat sur l’immigration, « un vieux débat » dans la société française

 

 

À l’oc­ca­sion de cette nou­velle confé­rence, Benjamin Stora détaille ses angles d’ap­proche. Avec, en pre­mier lieu, la place du débat sur l’im­mi­gra­tion dans la société fran­çaise. « Un vieux débat, sou­ligne l’his­to­rien, qui date presque de la fin XIXe – début XXe siècles, avec l’im­mi­gra­tion ita­lienne, les immi­gra­tions espa­gnoles ou polo­naises, ou des Juifs d’Europe cen­trale dans l’entre-deux guerre. »

 

Benjamin Stora iden­ti­fie aussi une nou­velle donne avec la crise des migrants. « Depuis deux ou trois ans, plus d’un mil­lion de per­sonnes sont entrées en Europe. Il y a un nou­veau débat impor­tant entre ceux qui se réfèrent à une tra­di­tion et une his­toire des peurs, de l’hos­ti­lité, de la fer­me­ture des fron­tières, et ceux qui se situent au contraire dans une tra­di­tion et une his­toire d’hos­pi­ta­lité et d’ac­cueil ». Ainsi se pose la ques­tion de la « fabri­ca­tion des récits natio­naux ».

 

 

Immigrations anciennes et nouvelles

 

 

Juifs, musulmans, la grande séparation. Dernier ouvrage en date de Benjamin Stora, aux éditions L'Esprit du temps.

Juifs, musul­mans, la grande sépa­ra­tion. Dernier ouvrage en date de Benjamin Stora, aux édi­tions L’Esprit du temps.

Deuxième angle : les dif­fé­rences entre les immi­gra­tions anciennes et celles d’au­jourd’­hui. Si l’im­mi­gra­tion éco­no­mique existe tou­jours, elle n’est en effet plus la seule. « C’est un objet nou­veau de la mon­dia­li­sa­tion au sens large. Il y a aujourd’­hui 230 mil­lions de per­sonnes dans le monde en situa­tion migra­toire. C’est devenu une ques­tion géo­po­li­tique, une ques­tion de fron­tières et de redé­fi­ni­tion des États. »

 

Benjamin Stora men­tionne éga­le­ment un autre élé­ment à prendre en compte : les bou­le­ver­se­ments cli­ma­tiques. « C’est encore un fac­teur nou­veau : les réfu­giés cli­ma­tiques qui se déplacent en lien avec la séche­resse, les oura­gans, les inon­da­tions… Avec le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, une nou­velle dimen­sion migra­toire va s’ins­tal­ler à l’é­chelle mon­diale », juge-t-il.

 

 

La singularité française : immigration et mémoire coloniale

 

 

Dernier aspect abordé par l’his­to­rien : « La ques­tion fran­çaise et le rap­port entre immi­gra­tion et mémoire colo­niale ». Benjamin Stora décrit en effet une « pola­ri­sa­tion qui s’exerce sur les ques­tions migra­toires à tra­vers les immi­gra­tions d’o­ri­gine post-colo­niale ».

 

Benjamin Stora est président du Conseil d'orientation du Musée national de l'Histoire de l'immigration. © Musée de l'Histoire de l'immigration

Benjamin Stora est pré­sident du Conseil d’o­rien­ta­tion du Musée natio­nal de l’Histoire de l’im­mi­gra­tion. © Musée de l’Histoire de l’im­mi­gra­tion

Et l’his­to­rien de citer notam­ment les débats sur l’im­mi­gra­tion en lien avec la déco­lo­ni­sa­tion, avec par exemple la ques­tion de la pré­sence algé­rienne en France. « Ce sont des débats qui nous ren­seignent sur la façon dont l’Histoire de l’im­mi­gra­tion a per­cuté l’Histoire natio­nale fran­çaise », rap­pelle-t-il.

 

« On a là un ques­tion­ne­ment de ce que l’on appelle le modèle répu­bli­cain, le modèle natio­nal et les ques­tions d’in­té­gra­tions ou d’as­si­mi­la­tion, pour­suit Benjamin Stora. C’est une sin­gu­la­rité fran­çaise. La France est un très fort pays d’immigration qui se retrouve au cœur d’une pro­blé­ma­tique nou­velle en Europe : celle de la redé­fi­ni­tion du lien natio­nal. »

 

Une montée des nationalismes xénophobes

 

 

Au-delà de la ques­tion fran­çaise, Benjamin Stora observe par ailleurs un regain d’hos­ti­lité vis-à-vis des migrants dans le monde, que ce soit à tra­vers les dis­cours “décom­plexés” de Donald Trump ou les prises de posi­tion d’un chef d’État comme Viktor Orbán. Une « mon­tée des natio­na­lismes à carac­tère xéno­phobe » que l’his­to­rien aborde encore comme une ques­tion nou­velle.

 

« Cette mon­tée des natio­na­lismes à base eth­nique et sou­ve­rai­niste se retourne et se pola­rise natu­rel­le­ment contre les étran­gers, et c’est une situa­tion que l’on ne peut pas carac­té­ri­ser comme une suite logique ou une conti­nuité. Le racisme à l’é­gard des étran­gers est une pos­ture ancienne, mais il y a un chan­ge­ment, ou plu­tôt un seuil qui a été fran­chi ! », conclut-il.

 

 

Florent Mathieu

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3777 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.