Départ définitif de Semicon Europa : l’association Semi rassure l’écosystème grenoblois

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Auf wiedersehen Grenoble ! L’événement Semicon Europa s’établit désormais à Munich, en Allemagne. L’association organisatrice Semi a voulu clarifier cette décision et rassurer l’écosystème grenoblois de la filière micro-nanoélectronique, à l’occasion d’une conférence de presse, ce mercredi 25 janvier à Minatec, à l’issue du congrès European 3D Summit. Le tout en présence de Laith Altimine, président de Semi Europe, et de Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole.

 

 

 

SEMICON à Alpexpo. Grenoble, 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Semicon à Alpexpo. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

En octobre der­nier, la nou­velle du démé­na­ge­ment de l’é­vé­ne­ment Semicon Europa pour Munich a cho­qué l’é­co­sys­tème gre­no­blois.

 

A plus fortes rai­sons que l’in­for­ma­tion est tom­bée bru­ta­le­ment, la veille de la deuxième et donc der­nière édi­tion du Semicon Europa se tenant à Alpexpo. Et alors que l’as­so­cia­tion Semi avait prévu, depuis 2014, d’or­ga­ni­ser tous les deux ans Semicon Europa à Grenoble en alter­nance avec Dresde, en Allemagne, autre pôle prin­ci­pal euro­péen dans le domaine de la micro­élec­tro­nique.

 

Ce chan­ge­ment de bra­quet a été très mal encaissé. Certains élus s’en sont aus­si­tôt inquié­tés, Jérôme Safar, Fabrice Hugelé, Michel Destot en tête… D’où la confé­rence orga­ni­sée ce mer­credi 25 jan­vier, au cours de laquelle Laith Altimine, pré­sident de Semi Europe et Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, ont tenu à s’ex­pli­quer et à ras­su­rer les acteurs de la filière des semi-conduc­teurs dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

 

 

« Bénéficier à Munich de la synergie de deux autres grands salons »

 

 

L’association Semi assume, tout d’a­bord, plei­ne­ment son choix d’emmener Semicon Europa à Munich. Il s’a­gi­rait, ce fai­sant, de répondre aux inté­rêts des acteurs de la filière, y com­pris de l’écosystème gre­no­blois, affirment les res­pon­sables de Semi.

 

Intérieur de l'usine STMicroelectronics. © Artechnic

Intérieur de l’u­sine STMicroelectronics. © Artechnic

En se trans­por­tant à Munich au moins pour cinq ans, l’événement Semicon Europa va pou­voir béné­fi­cier de la syner­gie de deux autres grands salons pro­fes­sion­nels (se tenant en alter­nance) : Productronica et Electronica.

 

« Notre inten­tion est de pou­voir connec­ter la base de l’association Semi, qui sont des fabri­cants de maté­riaux et d’é­qui­pe­ments, à leurs clients ou clients de leurs clients d’une manière immé­diate », détaille Anne-Marie Dutron, direc­trice tech­nique de Semi.

 

Et pour­quoi Semicon Europa aurait à pré­sent besoin du sou­tien d’autres salons ? C’est simple, parce que le nombre de membres de l’association Semi (2 000 aujourd’­hui) dimi­nue régu­liè­re­ment.

 

 

« Le mar­ché de la micro­élec­tro­nique se conso­lide », déclare la direc­trice tech­nique. Autrement dit, les acteurs fusionnent entre eux. L’association semble, en outre, pei­ner à élar­gir son péri­mètre d’in­ter­ven­tion et ne par­vient pas à atti­rer les entre­prises « posi­tion­nées plus haut sur la chaîne de valeur ». Bref, le risque en res­tant à Grenoble et à Dresde ? Que l’é­vé­ne­ment Semicon Europa perde de son inté­rêt pour les par­ti­ci­pants, en matière de busi­ness.

 

 

 

Un comité de gouvernance créé à Grenoble

 

 

L’écosystème gre­no­blois de la micro-nano­élec­tro­nique ne serait donc nul­le­ment boudé par l’as­so­cia­tion Semi. Laith Altimine, pré­sident de Semi Europe, l’as­sure : « L’écosystème gre­no­blois est d’importance stra­té­gique pour assu­rer l’avenir de l’industrie et de ses appli­ca­tions par­tout dans le monde. Semi sou­haite sou­li­gner son enga­ge­ment continu pour la pro­mo­tion de l’excellence du ter­ri­toire au niveau mon­dial, en tant que pôle d’excellence euro­péen de recherche et d’innovation. »

 

Laith Altimime, président SEMI Europe. DR

Laith Altimime, pré­sident de Semi Europe. DR

Gage que l’é­co­sys­tème gre­no­blois n’est pas mis sur la touche, l’as­so­cia­tion mon­diale des indus­tries des semi-conduc­teurs a décidé de créer un comité de gou­ver­nance basé à Grenoble et pré­sidé par Anne-Marie Dutron.

 

Ce comité va per­mettre aux acteurs de Grenoble et de Dresde de s’im­pli­quer dans les ini­tia­tives por­tées par Semi Europe. Participeront à ce comité : l’AEPI, Soitec, STMicroelectronics, CEA-Leti, Recif Technologies, Unity SC, Grenoble INP, et A2C… notam­ment.

 

Semi s’en­gage enfin à la venue, chaque année, en moyenne, de deux évé­ne­ments inter­na­tio­naux por­tant sur une thé­ma­tique ciblée, sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain.

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2948 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.