Squats : la mort de Mélinda relance le débat sur la prise en charge des Roms

sep article

DÉCRYPTAGE – Le 5 septembre, une adolescente rom de 14 ans trouvait la mort, électrocutée alors qu’elle faisait sa toilette dans une pièce du squat du 62 rue des Alliés à Grenoble. Un décès qui repose, de manière dramatique cette fois, la question de l’accueil et de l’hébergement des Roms sur l’agglomération grenobloise. Et celle des responsabilités de la Ville, de la Métro, du Département et de l’État.

 

 

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ici, la pièce où Mélinda Varga s’est électrocutée, lundi 5 septembre alors qu’elle se lavait. Là, le sol où elle a été déposée en attendant les secours…

 

Le jeune Roumain de 26 ans qui nous fait “visiter” le squat du 62 rue des Alliés ne veut pas être photographié, ni même nous dire son prénom.

 

C’est lui, affirme-t-il, qui a sorti la jeune fille de la pièce qui servait de salle de bain et transporté son corps. Elle n’a pas survécu au choc. Elle avait 14 ans. C’est la première fois qu’une adolescente meurt ainsi des suites d’un accident dans un abri de fortune à Grenoble. Et pourtant, un tel drame aurait pu arriver bien avant.

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« On a eu beaucoup de chance !, estime, non sans une ironie amère, le coprésident de Roms action Patrick Baguet. Il y a déjà eu plusieurs accidents auparavant, au camp d’Esmonin ou au camp de Flaubert. À Fontaine, ça a brûlé deux fois. Globalement, la chance intervient, mais pas cette fois-ci. »

 

 

 

La Ville de Grenoble responsable ?

 

 

La municipalité est-elle en cause ? Les Roms du 62 rue des Alliés en sont convaincus, et l’expriment avec beaucoup de rancœur. La mère de Mélinda affirme avoir demandé à ce que sa famille soit logée sur le terrain d’hébergement d’urgence du Rondeau, ce qui lui aurait été refusé, faute de place.

 

Elle nous montre une lettre adressée au CCAS le 28 juillet 2016, au sortir d’une période d’hébergement de trois semaines à l’hôtel Alizé de Grenoble, prise en charge par la Ville. La conclusion du courrier fait, avec le recul, froid dans le dos : « J’espère qu’une solution seras (sic) vite trouvée afin que cette situation ne se transforme pas en drame. »

 

Alain Denoyelle, adjoint à l'Action Sociale © Place Gre'net

Alain Denoyelle, adjoint à l’Action Sociale © Place Gre’net

« La famille était liée à Flaubert, répond Alain Denoyelle, adjoint à l’action sociale de la municipalité grenobloise. Avec l’évacuation du terrain, les familles qui l’avaient occupé ou l’occupaient encore ont été jointes par la préfecture. Dans ce cadre, celle-ci a dit qu’une seule famille répondait à ses critères d’urgence et devait être prise en charge. Nous ne pouvions pas intervenir plus que ce qui avait été fait. Et les autres familles devaient quitter le dispositif. »

 

 

Le CCAS renvoie donc la balle à l’État, en le rappelant à ses responsabilités. Si La Patate chaude considère que la municipalité est « mouillée » dans cette affaire du 62 rue des Alliés, Patrick Baguet de Roms action est beaucoup plus mesuré.

 

« À partir du moment où il se passe un drame, on peut dire que c’est soit la responsabilité de tout le monde, soit la responsabilité de la dernière personne qui s’est occupée de cette famille… Ce serait dommage de dire que la Ville de Grenoble est responsable parce qu’elle s’est occupée de cette famille. Elle s’en est occupée parce que les autres communes ne veulent pas s’en occuper, parce que l’État ne veut pas s’en occuper. »

 

Et Patrick Baguet de considérer que 90 % des communes ne jouent pas le jeu. Si Grenoble, Fontaine ou Crolles comptent parmi les villes aidantes, dans la mesure de leurs moyens, « quelques grosses communes ne font aucun effort pour loger ou scolariser à long terme », estime-t-il.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3834 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Et afin de démontrer l’hypocrisie de tous les pouvoirs publics – État et collectivités – et des élus, nous répétons qu’il existe des fonds européens dédiés à l’intégration des Roms, qui sont nos concitoyens européens. Ces fonds visent à compenser les coût d’intégration (logement, scolarité, santé, éducation etc.) des pays d’accueil http://ec.europa.eu/justice/discrimination/roma-integration/france/national-strategy/national_fr.htm

    En France, ces fonds qui peuvent financer jusqu’à 75% du coût des projets sont gérés par la Délégation Interministérielle à l’Accès à l’Hébergement et au Logement.

    MM. Piolle et Denoyelle vont donc se prendre par la main, monter des projets et aller exiger de la DIHAL qu’elle les finance car ce sont des politiques européennes financées avec le l’argent européen.
    http://www.gouvernement.fr/delegation-interministerielle-a-l-hebergement-et-a-l-acces-au-logement-dihal

    Durant l’exercice communautaire précédent (2008-2014), la France s’est vu alloué 1,7 milliards d’euros pour l »intégration des populations marginalisées. Seuls 985 millions ont été effectivement dépensés. On en fait ds choses avec 700 million d’euros, non?

    sep article
    • Dites, M. GAM, savez-vous qu’il existe une association qui s’appelle « Roms action »
      http://www.romsaction.org/
      Qui reçoit des subsides et s’occupe des Roms ?
      Pourquoi ne vous en prendre qu’à Grenoble, et pas aux autres villes de la Métro qui ne font strictement rien, elles, pour les Roms ? combien de camps, combien de squats par exemple à St Martin d’hères, Fontaine (quoique la ville ait laissé l’utilisation d’un terrain), Meylan, Seyssinet, etc
      Tournez donc votre ire vers ceux qui n’ont même pas un camp et les villes qui refusent de scolariser les enfants.
      Comme le dit Patrick Baguet, médecin et co-président de Roms action : « Elle [la ville de Grenoble] s’en est occupée parce que les autres communes ne veulent pas s’en occuper, parce que l’État ne veut pas s’en occuper. »

      sep article
    • Que je sache, la ville de Grenoble a mis en place un accueil des familles rom dans le cadre du site du Rondeau. Est-il inutile de rappeler que le Conseil Départemental s’est lui-même complètement désengagé ?
      http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenoble/site-d-hebergement-d-urgence-au-rondeau-le-conseil-departemental-de-l-isere-ne-subventionne-pas-au-grand-dam-de-la-ville-de-grenoble-717947.html

      Si vous n’avez pas assez d’informations, vous pouvez vous référer à cet article: http://c.ledauphine.com/isere-sud/2015/10/13/apres-le-bidonville-esmonin-la-vie-au-village-du-rondeau-sqho

      Dire que la ville de Grenoble est hypocrite ne correspond pas aux faits qui sont têtus.

      Pour ce qui est du financement européen, il passe par un point d’entrée unique la DIHAL et donc par le gouvernement français. Mais il faut que ces crédits descendent jusqu’au terrain. De ce que j’avais compris, c’est le Préfet de Région qui a la main dessus et pour le moment, il a souhaité ne financer que le village d’insertion ROM à Lyon, malgré les demandes répétées de Grenoble…. A bon entendeur, salut !

      Bref, on a un peu l’impression que la ville de Grenoble et son CCAS sont un peu seuls et qu’on leur fait porter un chapeau un peu large…

      sep article