Radicalisation : “un phénomène social, psychique, pas une maladie mentale”

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

FOCUS – Après l’hommage national rendu aux victimes des attentats de Paris aux Invalides, vient le temps de la réflexion. Nombre de questions se bousculent, notamment celle de l’embrigadement de jeunes gens prêts à prendre les armes pour tuer des innocents, ou celle de la prévention de la radicalisation. Docteur en médecine et psychanalyste grenoblois, Thierry Vincent nous livre son éclairage.

 

 

© Thierry Vincent

© Thierry Vincent

Psychiatre et psychanalyste grenoblois, Thierry Vincent est l’auteur d’un ouvrage à paraître en janvier 2016 aux presses universitaires de Grenoble, « Dieu sans religion : Foi et démocratie ».

 

Bien que la France ait entériné la séparation de l’Église et de l’État depuis la loi du 9 décembre 1905, la position du confessionnel dans la société française est toujours discutée par une fraction de la population. À l’acmé, les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre 2015 à Paris nous le rappellent cruellement.

 

Reposer la question religieuse dans notre société est devenue crucial selon Thierry Vincent. Distinguant d’un côté, les concepts de la foi, du sacré, du divin et de l’autre, les doctrines religieuses, questionnant athéisme et laïcité, l’auteur propose dans son livre, de brosser les contours d’un chemin possible vers une relation à Dieu, libérée de tout poids dogmatique.

 

Que soutient le psychiatre et le penseur de la question religieuse sur ces jeunes Européens qui se radicalisent et se laissent utiliser par Daech comme terroriste et chair à canon ?

 

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

 

 

Police, rue de la République à Saint-Denis, le 18 novembre 2015 - DR

Police, rue de la République à Saint-Denis, le 18 novembre 2015 – DR

« Jamais elle n’a prié. Elle ne connaît pas un verset du Coran », témoignait sur France 3, le 21 novembre dernier, un ancien voisin de la jeune terroriste Hasna Aït Boulahcen, tuée à Saint-Denis lors de l’assaut du Raid.

 

Un ami molenbeekois de Salah Abdeslam, devenu l’ennemi public numéro un depuis le 13 novembre, a quant à lui déclaré au quotidien belge La Dernière Heure-Les Sports : « Cela fait cinq ou six ans que je le fréquente presque tous les week-ends […] Nous, on voulait vivre notre vie sans s’imposer des trucs de religion. »

 

Des témoignages qui interrogent sur les liens complexes entre les actes terroristes et la religion au nom de laquelle ils sont commis. Pour le psychanalyste, la chose est entendue : « Il faut séparer l’engagement de ces jeunes terroristes de la question religieuse ». Alors, pourquoi ces jeunes hommes et femmes se radicalisent-ils ?

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4262 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. très intéressante contribution merci

    sep article
  2. sep article
  3. Bonjour,
    J’entends souvent dire « les musulmans devraient s’exprimer d’avantage.Nous avons parler à beaucoup de politique de Grenoble et de l’agglomération et ce dès le 10/09/2001.
    Ne pas oublier la responsabilités des sphères d’influence qui n’ont rien vu venir.
    A Grenoble pour parler il faut faire partie d’un microcosme,mêlant MÉDIAS DE MASSE,POLITIQUE ET ASSOCIATIONS SUBVENTIONNES.
    Lors des élections cantonales de 2011 nous avons parlé de la ghettoisation éducative.
    Sur plus de 300 élèves entrés en sixième seulement une vingtaine se retrouve en première.????????
    Les recruteurs ont de quoi faire.
    Quand ont utilise des Beni-oui-oui en politique cela vous sert à être élu pas à résoudre les problèmes de notre société.
    Une grande partie des problèmes que l’on rencontré aujourd’hui et dû à ce genre d’attitude politique.
    Je suis tout ceci depuis plus de 20 ans et ce que je découvre tous les jours ne va pas dans le bon sens………
    BENYOUB AVBDELKADER

    sep article
  4. Bonjour,
    Vous oublier de parler du manque de réactivité de la sphère politique qui a eu du mal à réagir par rapport à ce phénomène.
    A Saint Martin d’heres,Grenoble ,personne n’a voulu écouter trop pressé d’etre élu.Il y a même eu une instrumentalisation du fait religieux dans beaucoup de ces villes.Beaucoup de politique de gauche ont utilisé ce phénomène à des fins électorales,et aujourd’hui personne ne veut parler.
    BENYOUB ABDELKADER

    sep article