La Fabrique Opéra met les dernières touches à La Traviata, un projet mêlant élèves et artistes

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FOCUS – La Fabrique Opéra Grenoble prépare cette année La Traviata, inspirée de La Dame aux camélias. Ce spectacle, fruit de la coopération entre élèves et artistes professionnels, monté par Patrick Souillot avec Jacques Attali à la mise en scène, est à découvrir au Summum les 29, 30 et 31 mars et le 2 avril 2019.

 

 

Pour la treizième édition de La Fabrique Opéra Grenoble depuis 2007, Patrick Souillot, son fondateur, a choisi La Traviata. Un opéra en trois actes de Guiseppe Verdi, inspiré du roman La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils. Et le premier à mettre en scène une héroïne féminine.

 

Aux côtés de Patrick Souillot, directeur artistique et chef d’orchestre, on retrouve à la mise en scène et à la scénographie le touche-à-tout Jacques Attali, qui participe au projet depuis plusieurs années. « Un amoureux de la musique, des lettres et du théâtre », selon Patrick Souillot.

 

La Fabrique Opéra va présenter La Traviata au Summum, un projet mélant élèves et artistes professionnels, dirigé par Patrick Souillot et Jacques Attali.

La Fabrique Opéra présente La Traviata, avec Patrick Souillot et Jacques Attali. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

 

Pour Jacques Attali, La Traviata raconte « une des plus belles histoires d’amour ». Elle « renvoie au conflit des classes sociales, à la relation père-fils, à la maladie ». Somme toute, « un mélange de Pretty Woman et de Love Story ».

 

« En général, je préfère quand un opéra est joué comme il a été conçu, écrit, précise-t-il. Là, ça n’a pas été le cas. Je voulais changer de contexte en gardant le texte et la musique. » De fait, cette adaptation situe l’action en 2020 dans une ville imaginaire « qui pourrait être New-York ou Hongkong ».

 

 

Démocratiser l’art et « dédramatiser l’opéra »

 

À travers La Fabrique Opéra, Patrick Souillot entend « démocratiser l’art » et plus précisément « dédramatiser l’opéra ». D’où la rencontre entre élèves et artistes, au cœur du projet.

 

Thibault de Damas, chanteur professionnel, est venu au Lycée Argouges pour essayer son costume du Docteur Grenvil. © Charles Thiebaud - placegrenet.fr

Thibault de Damas, chanteur professionnel, essaie son costume du Dr Grenvil au Lycée Argouges. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

Cette année, quatre établissements y participent : le lycée Argouges, l’Institut des métiers et des techniques, l’école Coiffure et esthétique Academy et le lycée professionnel Jean-Jaurès.

 

Environ 450 jeunes participent ainsi à La Traviata, selon Benjamin Molleron, directeur de développement de La Fabrique Opéra nationale.

 

« La Fabrique Opéra est un projet magnifique », estime Jacques Attali, pour qui la culture doit être accessible à tous et pas réservée aux « riches et aux touristes ».

 

Un avis partagé par Thibault de Damas, chanteur qui interprétera le rôle du Docteur Grenvil. « Ce projet s’adresse à un public qui n’est pas habitué à l’opéra. L’opéra est pourtant l’art le plus populaire de la musique classique. »

 

 

Objectif : apporter de la confiance aux jeunes

 

« L’idée, c’est que les gens qui sortent de l’aventure en sortent plus forts. » Patrick Souillot souhaite ainsi « apporter de la confiance aux jeunes ». Pour le décor, le résultat est là. « Ça va être le plus beau décor qu’on a jamais eu. Ce sera difficile pour les années prochaines de faire mieux », plaisante-t-il. Et celui-ci de remercier au passage les participants de cette « aventure collective » pour leur disponibilité « magistrale« .

 

Les lycéennes Camille, Ophélia et Vanessa présentent leur travail © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

Le Lycée Argouges est partenaire de La Fabrique Opéra depuis 2007. Chaque année, les lycéens réalisent les costumes des personnages, solistes et choristes. Soit entre 200 et 300 costumes, dont certains sur mesure.

 

« Un vêtement par personne, une tenue par groupe de travail », précisent Camille, Ophélie et Vanessa, lycéennes en première année de BTS, qui participent aux cours en atelier.

 

« La part du public qui va à l’opéra, c’est 4 % de la population française », fait observer Benjamin Molleron. D’où la nécessité de « sauvegarder les savoir-faire », notamment par l’implication des jeunes.

 

 

Des chanteurs du monde entier 

 

Soixante-dix musiciens de l’Orchestre symphonique universitaire de Grenoble, neuf solistes professionnels et plus de quatre-vingt choristes participent au spectacle. « Comme tous les ans, les auditions ont attiré des chanteurs du monde entier », souligne Patrick Souillot.

 

En général, les interprètes de La Traviata débutent leur carrière car leur âge est censé correspondre à celui de leur rôle. Concernant les chœurs, « la responsabilité de chaque choriste est totale ». Ainsi, souhaite-t-il leur « donner les moyens de se surpasser« , afin de présenter « un spectacle le plus plein possible, le plus intéressant possible ». Un point de vue partagé par Jacques Attali, pour qui un choriste ne devrait pas « chanter en garde-à-vous ».

 

Jacques Attali dans un atelier. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

 

Les répétitions de la Traviata ont commencé le 4 mars. Lors de la répétition générale, le 28 mars, en plus des jeunes impliqués dans le projet, 300 personnes en situation de précarité pourront assister au spectacle. Et environ 10 000 spectateurs sont attendus aux différentes représentations.

 

Charles Thiebaud

 

 

Informations pratiques

 

La Fabrique Opéra Grenoble

6 rue Beyle Stendhal à Grenoble

Téléphone : 04 76 01 96 88

 

Summum Grenoble

Rue Henri Barbusse, à Grenoble
Téléphone : 04 76 39 66 00

 

Réservations : reservation@lafabriqueopera.com

Ventes de billets : Fnac, Carrefour, Géant, Magasins U, Intermarché, Auchan, www.digitick.com, www.ticketmaster.fr, www.fnac.com, www.carrefour.fr, www.francebillet.com

 

commentez lire les commentaires
1061 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.