Riad Sattouf : « Il est impensable pour moi de me censurer »

sep article



ENTRETIEN – Il est l’un des auteurs de bandes dessinées contemporains les plus lus à travers le monde. Riad Sattouf, également réalisateur, doit cette reconnaissance aux trois tomes de sa bande dessinée autobiographique L’Arabe du futur (deux tomes sont à venir avant de clore la série). À l’occasion de la sortie du tome 2 de son autre BD à succès, Les Cahiers d’Esther, l’auteur visitera, le 7 mars, deux librairies grenobloises : la librairie Momie Folie et la librairie Le Square. Avant de s’adonner à ces séances de dédicace – exercice qu’il prise fort –, Riad Sattouf a accepté de répondre à nos questions.

 

 

 

Riad Sattouf © Olivier Marty Allary Editions

Riad Sattouf. © Olivier Marty Allary Editions

Qu’il s’agisse de ses bandes des­si­nées ou de ses films – Les Beaux Gosses et Jacky au royaume des filles –, on trouve chez Riad Sattouf un humour, une déli­ca­tesse et un sens de l’observation hors normes.

 

Son sujet de pré­di­lec­tion ? L’adolescence, qu’il explore, on le devine, pour se défaire en par­tie de la sienne. Dans L’Arabe du futur et Les Cahiers d’Esther – séries parues toutes deux chez Allary Éditions –, l’auteur de bandes des­si­nées remonte plus loin dans l’enfance et nous invite à lire, en paral­lèle, deux par­cours de vie aussi éloi­gnés que pos­sible.

 

L’Arabe du futur retrace sa propre enfance, dans les années 1980, entre la Libye de Kadhafi et la Syrie de Assad. Né d’une mère bre­tonne et d’un père syrien, le petit Riad, tout en blon­deur et en bou­clettes, a quelques dif­fi­cul­tés pour se faire accep­ter de ses cama­rades lorsqu’il débarque à Ter Maaleh, petit vil­lage proche de Homs.

 

 

Même regard aiguisé – amusé et lucide – dans Les Cahiers d’Esther. À ceci près que l’écolière, de onze ans dans le tome 2 – en librai­rie depuis le 16 février – vit dans le Paris d’aujourd’hui.

 

 

 

 

Les Cahiers d’Esther racontent le mode de vie, les joies et les peines d’une petite fille d’aujourd’hui, scolarisée dans une école du XVIIe arrondissement de Paris. Comment vous est venue l’idée de consacrer une bande dessinée à ce personnage ?

 

J’ai eu l’i­dée Des Cahiers d’Esther alors que j’étais en train de racon­ter ma propre enfance dans L’Arabe du futur. J’ai revu cette petite fille – la fille d’un couple d’amis – qui avait beau­coup grandi. Elle avait dix ans et était deve­nue très volu­bile ! Elle s’est mise à me par­ler de son quo­ti­dien, de ses goûts, de sa manière de voir le monde… J’ai tout de suite eu envie d’en faire une bande des­si­née pour mettre l’his­toire de cette enfance moderne en paral­lèle avec la mienne, que je raconte dans L’Arabe du futur. C’est une forme de récit de voyage !

 

 

L’Arabe du futur, tome 1, de Riad Sattouf Allary Éditions

L’Arabe du futur, tome 1, de Riad Sattouf
Allary Éditions

Dans L’Arabe du futur, vous reve­nez sur votre enfance syrienne, dans un petit vil­lage près de Homs, dans les années 1980 : un espace-temps aux anti­podes de celui que connaît Esther. Est-il tou­te­fois pos­sible de faire des rap­pro­che­ments entre votre enfance et celle de votre per­son­nage fémi­nin ?

 

C’est amu­sant de voir qu’il y a tout de même des points com­muns très forts entre ce que vit Esther à l’é­cole et ce que j’ai vécu dans mon école en Syrie. Ce sont bien sûr deux sys­tèmes sco­laires com­plè­te­ment dif­fé­rents. Mais, dans les deux cas, les gar­çons jouent au foot entre eux et les filles res­tent ensemble dans un coin tout en détes­tant les gar­çons. Et vice versa.

 

Je pen­sais que ces sépa­ra­tions seraient moins fortes aujourd’hui dans une ville riche comme Paris. C’est éton­nant mais je crois que ça tient au patriar­cat en place, à la fabrique des indi­vi­dus et des iden­ti­tés sexuelles.

 

 

Et les différences ?

 

La grande dif­fé­rence entre nous, c’est qu’elle est née dans un monde où la télé­pa­thie est ren­due pos­sible grâce à un organe exté­rieur à son corps. Elle doit l’acquérir pour pou­voir atteindre ce super pou­voir : c’est le télé­phone por­table. C’est vrai que quand on est adulte, on voit ça comme une forme de coquet­te­rie ou de gad­get. Mais pour elle, c’est très pro­fond et très impor­tant cette com­mu­ni­ca­tion avec le monde entier. À mon époque, cette chose-là était vrai­ment de la science-fic­tion.

 

L’autre dimen­sion impor­tante est qu’il faut payer pour pou­voir avoir accès à ce super pou­voir. On n’offre pas un télé­phone aux gens pour qu’ils puissent com­mu­ni­quer avec tous de manière gra­tuite. Ça appar­tient à des marques. La société de consom­ma­tion est ins­crite dans le rap­port entre les gens dès l’en­fance.

 

 

Dans les propos d’Esther, l’argent et les marques semblent justement omniprésents. Est-ce que cela vous surprend ?

 

Ça exis­tait aussi dans mon enfance. Il y avait déjà des marques. Mais c’est vrai que c’est devenu très fort aujourd’hui. Par exemple, dans le second tome des Cahiers d’Esther, elle me parle du nou­veau clip de Maître Gims ou de Black M, au sein des­quels il y a du pla­ce­ment de pro­duits. Les jeunes sont sti­mu­lés par ces publi­ci­tés dégui­sées. La main­mise du com­merce est main­te­nant extrê­me­ment pré­sente par­tout.

 

 

Les Cahiers d'Esther, tome 1, de Riad Sattouf Allary Éditions

Les Cahiers d’Esther, tome 1, de Riad Sattouf
Allary Éditions

Pourquoi suivre Esther sur plu­sieurs années ?

 

Ça m’intéresse de voir com­ment l’individu va se construire, com­ment vont évo­luer ses valeurs morales, son juge­ment poli­tique, son empa­thie envers les autres. Est-ce qu’elle va deve­nir de plus en plus indi­vi­dua­liste ou est-ce qu’elle devien­dra de plus en plus aimante ? C’est très inté­res­sant à obser­ver. C’est un pro­jet au long cours pour racon­ter une jeu­nesse autre que la mienne.

 

 

Les trois tomes parus de L’Arabe du futur ren­contrent un suc­cès excep­tion­nel. Ils ont été tra­duits dans de nom­breuses langues.

 

Ne crai­gnez-vous pas les dif­fé­rentes lec­tures qui peuvent être faites de votre BD ? Est-ce qu’il vous est arrivé de vous cen­su­rer pour ne pas don­ner une image trop néga­tive de votre édu­ca­tion en Syrie, de votre famille et, plus par­ti­cu­liè­re­ment, de votre père ?

 

Je n’y pense pas. Je raconte ma vie telle que je m’en sou­viens. J’essaie d’éviter de pen­ser à la manière dont ça va être reçu. De toute façon, j’ai une assez bonne idée de qui sont mes lec­teurs – enfin ceux que j’ai ren­con­trés. Ils sont intel­li­gents et inté­res­sés par l’expérience humaine. Il est impen­sable pour moi de me cen­su­rer. Au contraire, je me sens tota­le­ment libre.

 

Pour exemple, il m’arrive très sou­vent qu’un lec­teur, pen­dant une séance de dédi­cace, me dise : « Votre père est vrai­ment ter­rible, quel enfoiré ! » Et trois per­sonnes plus loin, quelqu’un me dit « Votre père est tou­chant ». Cette double lec­ture est exac­te­ment celle que je cherche à pro­vo­quer. En tant que lec­teur, j’aime bien être mis mal à l’aise dans mes cer­ti­tudes.

 

 

Pour le moment, L’Arabe du futur n’est pas traduit en langue arabe. Pourquoi ?

 

J’aimerais beau­coup que ce soit le cas. Mais il y a très peu de tra­duc­tions étran­gères qui sont effec­tuées en langue arabe parce que le mar­ché du livre est extrê­me­ment faible. Pour l’instant, on a eu des pro­po­si­tions. Mais ce sont des édi­teurs qui sou­haitent publier le tome 1, et 2 éven­tuel­le­ment, et attendre de voir si ça marche pour faire la suite. C’est hors de ques­tion pour moi de prendre le risque que les lec­teurs puissent n’avoir que le début de l’histoire. Surtout en langue arabe. L’histoire sera donc à prendre dans son ensemble ou pas du tout.

 

 

Que répondez-vous lorsque les médias vous demandent votre opinion sur le sort que connaissent les Syriens aujourd’hui ?

 

Ça me semble tout à fait nor­mal qu’on me pose cette ques­tion. Je suis de toute façon pour l’accueil des réfu­giés. Je pense que la France est un pays très riche qui peut accueillir des gens qui fuient la guerre. Après, je ne suis pas du tout à l’aise avec le temps média­tique. Ma façon de pen­ser, je la mets dans mes livres. J’ai l’impression de ne pas être cré­dible quand je parle poli­tique, donc je pré­fère m’abstenir.

 

 

Mardi 7 mars, à Grenoble, vous serez présent dans deux librairies très différentes : l’une – la librairie Momie Folie – est entièrement dédiée à la BD, l’autre – la librairie Le Square – est une librairie généraliste. Cela démontre une fois de plus que votre lectorat a largement dépassé les seuls amateurs de BD. Est-ce que c’est important pour vous ?

 

J’essaie jus­te­ment de faire des bandes des­si­nées pour les gens qui n’en lisent pas. Je pense tou­jours à ma grand-mère. Je me demande tou­jours quelle BD elle aurait aimé lire mal­gré ses pré­ju­gés sur le genre ! C’est un peu ma muse ! C’est vrai que je n’ai pas tel­le­ment un public bande des­si­née. Par exemple, il y a quelques temps, une petite mamie est venue me voir et m’a dit : « J’ai 84 ans et L’Arabe du futur, c’est la deuxième BD que je lis depuis Bécassine. La troi­sième, ça sera Esther ! » On ne peut pas me faire de plus beau com­pli­ment !

 

 

Et de votre côté, êtes-vous lecteur de bandes dessinées ?

 

J’en ai lu quand j’étais ado mais aujourd’hui beau­coup moins. Je relis les vieilles BD de mon enfance.

 

 

Ne suivez-vous pas le travail de vos contemporains ?

 

Non, au contraire. J’essaie plu­tôt d’éviter de lire des BD modernes parce que j’ai peur d’être influencé.

 

 

En 2016, vous avez demandé à ce que votre nom soit retiré de la liste des nommés pour le Grand Prix du Festival international de la BD d’Angoulême car aucune femme n’y figurait. Le monde de la BD serait-il machiste ?

 

Oui, je pense qu’il y a beau­coup de machisme dans la BD, comme dans bien d’autres milieux. Ce qui me sem­blait aber­rant dans cette his­toire, c’était qu’il n’y ait aucune femme dans cette liste alors que d’im­menses auteures n’a­vaient jamais été récom­pen­sées. C’était juste un oubli, et je crois que c’est pire qu’un truc volon­taire ! Je ne ver­rais tou­te­fois pas l’intérêt d’imposer 50 % de femmes et 50 % d’hommes parce que, de toute manière, il y a beau­coup plus d’auteurs gar­çons, même si c’est en train de chan­ger.

 

Ce qu’il y a de pire dans cette domi­na­tion mas­cu­line, c’est d’avoir com­plè­te­ment oublié des auteures aussi excep­tion­nelles que Claire Bretécher ou Posy Simmonds, qui sont des génies. Je crois que c’était l’expression d’un machisme pro­fond et incons­cient.

 

 

Propos recueillis par Adèle Duminy

 

 

 

INFOS PRATIQUES

 

 

Les Cahiers d'Esther, tome 2, de Riad Sattouf, chez Allary Éditions

Les Cahiers d’Esther, tome 2, de Riad Sattouf, chez Allary Éditions

Librairie Momie Folie

1, rue Lafayette, 38 000 Grenoble

 

Mardi 7 mars 2017, de 13 h 30 à 16 h 30

 

Dédicace de Riad Sattouf

 

 

Librairie Le Square

2 place Dr Léon Martin, 38 000 Grenoble

 

  • pre­mière séance de dédi­caces à par­tir de 17 heures
  • ren­contre à 18 h 30, qui se pour­sui­vra par une autre séance de dédi­caces.

 

 

Les Cahiers d’Esther, Histoires de mes 11 ans Allary édi­tions 16,90 euros

 

 

commentez lire les commentaires
2882 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.