L’Égypte antique au Musée

sep article
Du 25 octobre 2018 au 27 janvier 2019, le Musée de Grenoble consacre une exposition à celles et ceux qui servaient les dieux d'Égypte voilà 3000 ans.

SERVIR LES DIEUX D’ÉGYPTE AU MUSÉE DE GRENOBLE

 

En partenariat avec le Musée du Louvre, le Musée de Grenoble propose une exposition consacrée à l’Égypte antique, du 25 octobre 2018 au 27 janvier 2019. Son objectif ? Donner à voir « une autre Égypte tout aussi mystérieuse et captivante » que le « faste des pharaons et des grandes pyramides ». C’est en effet au clergé de Thèbes que l’exposition est consacrée : une « société du temple » qui, voilà 3 000 ans, honorait les dieux. Avec un focus sur un sujet inédit : le rôle important des femmes, adoratrices et chanteuses d’Amon.

 

L’exposition est composée de plus de 270 œuvres, dont environ 200 prêtées par le Musée du Louvre. D’autres pièces proviennent de musées européens, comme le British Museum, le Ägyptisches Museum de Berlin ou le Kunsthistorisches Museum de Vienne. Un parcours de près de 1 500 mètres est proposé aux visiteurs, débordant pour l’occasion sur l’espace dédié aux expositions temporaires.

 

L’exposition est divisée en quatre parties :

 

Première partie : Thèbes au 1er millénaire redécouverte. Une partie qui met en valeur la collection du Musée de Grenoble, dont un grande partie provient de Thèbes, et reconstitue un « puzzle historique », alors que les pièces de la nécropole thébaine mise à jour furent dispersées dès le XIXe siècle. Posant ainsi la question, écrit le Musée, « des contextes archéologiques perdus qu’il faut recomposer »

 

Deuxième partie : D’Amon à Osiris, des prêtres dans la nécropole. Une salle consacrée aux « objets du trousseau funéraire du clergé thébain, découverts dans la nécropole sur la rive ouest du Nil ». Avec la mise en valeur du travail de recherche historique exceptionnel que suppose l’exposition. Ainsi, grâce aux prêts des différents musées, le Musée de Grenoble a été en mesure de réunir les objets funéraires d’une même famille, grand-père, mère et fils.

 

Troisième partie : Des prêtres dans le temple d’Amon à Karnak. « La troisième salle place le visiteur de l’autre côté du Nil, dans le temple d’Amon avec lequel tous les hommes et les femmes inhumés dans la nécropole avaient partie liée », décrit le Musée. L’occasion de découvrir comment les prêtres s’arrogeaient un pouvoir politique ou économique bien réel, donnant naissance à de véritables dynasties au sein des postes cléricaux.

 

Quatrième partie : Des femmes dans le temple d’Amon. Où le visiteur découvrira le rôle des prêtresses, et plus encore des adoratrices du dieu Amon, similaire à celui de déesses. Vierges consacrées et femmes de pouvoir, les adoratrices du dieu sont celles qui l’apaisent et le réveillent. Mais l’exposition n’oublie pas les nombreuses chanteuses d’Amon, membres également du clergé féminin, soumises à un système très hiérarchisé.

 

Informations pratiques, contact et tarifs sont à retrouver sur le site du Musée de Grenoble.

 

commentez lire les commentaires
776 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.