Actualité

Après Go Sport, le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble pro­nonce le pla­ce­ment en redres­se­ment judi­ciaire de l’en­seigne Gap

Après Go Sport, le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble pro­nonce le pla­ce­ment en redres­se­ment judi­ciaire de l’en­seigne Gap

EN BREF – Le sort des enseignes (encore) sous pavillon Hermione, People & Brands (HPB) conti­nue de se déci­der devant le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble. Après Go Sport, c’est au tour des maga­sins Gap d’être dans la tour­mente. Les juges gre­no­blois ont requis leur pla­ce­ment en redres­se­ment judi­ciaire. Un pla­ce­ment bel et bien pro­noncé par le tri­bu­nal de com­merce le mer­credi 1er mars 2023.

Article ini­tia­le­ment publié le 27 février à 23 h 10, mis à jour le 1er mars 2023 à 10 h 30 (voir enca­dré) après la déci­sion du tri­bu­nal de com­merce de Grenoble ren­due le même jour.

Le par­quet de Grenoble a confirmé l’in­for­ma­tion, dif­fu­sée en pre­mier lieu par Libération. Tout comme Go Sport, Gap est la pro­priété du groupe HPB, dirigé par Michel Ohayon. L’homme d’af­faires bor­de­lais était éga­le­ment pro­prié­taire de la marque Camaïeu, dont la liqui­da­tion judi­ciaire a été pro­non­cée en sep­tembre 2022, après une reprise par Celio deux mois plus tard.

Difficile d’être sur­pris par l’an­nonce d’un pos­sible (ou pro­bable) redres­se­ment judi­ciaire de Gap. Au mois de jan­vier 2023, alors que l’en­seigne Go Sport était sur le point d’être pla­cée, elle aussi, en redres­se­ment judi­ciaire, HPB annon­çait un rap­pro­che­ment entre les deux enti­tés. Selon le groupe, cité par L’Essor, le but était de « ren­for­cer l’ac­ti­vité life­style et sports­wear de ces deux marques de HPB, tout en pré­ser­vant leurs stra­té­gies spé­ci­fiques ».

Après Go Sport, Gap risque d'être placé en redressement judiciaire. Sur son site Internet, la marque Gap se dit "contrainte de stopper les commandes e-commerce", sans mentionner les difficultés auxquelles elle fait face alors que le tribunal de commerce de Grenoble a requis son placement en redressement judiciaire.

Sur son site Internet, la marque Gap se dit « contrainte de stop­per les com­mandes e‑commerce », sans men­tion­ner les dif­fi­cul­tés aux­quelles elle fait face alors que le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble a requis son pla­ce­ment en redres­se­ment judiciaire.

La « stra­té­gie spé­ci­fique » de Go Sport relève pour l’heure de la sur­vie. La date limite de dépôt des offres de reprise pour le groupe Go Sport et sa filiale Go Sport France est fixée au ven­dredi 10 mars 2023. Au total, 82 maga­sins inté­grés et 87 maga­sins fran­chi­sés sont dans l’es­car­celle, ainsi que… « des titres de par­ti­ci­pa­tion de Wilsam (enseigne Gap) », men­tionne l’an­nonce légale. Plus de 2 000 emplois sont concer­nés, dont 1900 sur le sol français.

Affaire dans l’af­faire, une enquête a été ouverte en jan­vier 2023, après des mou­ve­ments finan­ciers sus­pects au sein de Go Sport. Lundi 27 février, le par­quet de Grenoble a confirmé être des­saisi de l’en­quête au pro­fit de celui de Paris, « com­pé­tent pour la juri­dic­tion natio­nale char­gée de la lutte contre la cri­mi­na­lité orga­ni­sée ». Les « infrac­tions recher­chées » ? « L’escroquerie en bande orga­ni­sée, le blan­chi­ment habi­tuel, la ban­que­route et l’a­bus de bien social ».

Gap placé en redres­se­ment judiciaire

La nou­velle n’est pas une sur­prise : mer­credi 1er mars 2023 au matin, le tri­bu­nal de com­merce a bel et bien pro­noncé le pla­ce­ment en redres­se­ment judi­ciaire de l’en­seigne Gap. Une ana­lyse finan­cière fait en effet état d’un pas­sif de 5 930 418 euros. La somme  de 25 913 738 euros était ini­tia­le­ment évo­quée, avant d’être rectifiée.

Des mora­toires ou remon­tées de tré­so­re­riesn (dont une cor­res­pon­dant à un rem­bour­se­ment par la société MPI à Wilsam, suite à une pré­cé­dente remon­tée de tré­so­re­rie réa­li­sée « ces der­nières semaines sans que ne soit pro­duit aucune conven­tion de tré­so­re­rie », notent les juges), ont en effet per­mis d’at­té­nuer la situa­tion, sans empê­cher l’en­tre­prise d’être tou­jours en ces­sa­tion de paiement.

« La pro­cé­dure de redres­se­ment judi­ciaire aura pour objec­tif la pré­sen­ta­tion d’un plan d’apurement du pas­sif par voie de conti­nua­tion, ou à défaut un plan de ces­sion de l’entreprise pour péren­ni­ser l’activité actuelle », indique le tri­bu­nal de com­merce . « Le tri­bu­nal a dési­gné les mêmes man­da­taires et admi­nis­tra­teurs judi­ciaires que pour les socié­tés Groupe Go Sport et Go Sport France, par souci de cohé­rence éco­no­mique », ajoute le par­quet de Grenoble.

[Encadré modi­fié le 1er mars 2023 à 16 heures après rec­ti­fi­ca­tion du texte du jugement]

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Go Sport France, filiale du groupe grenoblois Go Sport, à son tour placée en redressement judiciaire le 1er février 2023
Go Sport France, filiale du groupe gre­no­blois Go Sport, à son tour pla­cée en redres­se­ment judi­ciaire le 1er février 2023

FLASH INFO - Après le groupe (grenoblois) Go Sport le jeudi 19 janvier 2023, c'est au tour de sa filiale Go Sport France d'être placée Lire plus

Depuis l'Isle-d'Abeau, Laurent Buthod-Garçon veut porter la parole "oubliée" des magasins franchisés Go Sport
Go Sport : le diri­geant isé­rois Laurent Buthod-Garçon porte la parole « oubliée » des maga­sins franchisés

ENTRETIEN - Laurent Buthod-Garçon dirige le magasin Go Sport de l'Isle-d'Abeau. Il fait partie des nombreux franchisés de l'enseigne sur le territoire national, sans compter Lire plus

Le tribunal de commerce de Grenoble renvoie au 18 avril la décision de redressement ou de cession de Go Sport
Procédure de redres­se­ment judi­ciaire ouverte pour le groupe Go Sport… Mais pas sa filiale Go Sport France

FLASH INFO - La décision était attendue de longue date: jeudi 19 janvier 2023, le tribunal de commerce de Grenoble a estimé que le groupe Lire plus

Le tribunal de commerce de Grenoble renvoie au 18 avril la décision de redressement ou de cession de Go Sport
Une enquête pré­li­mi­naire pour « abus de biens sociaux » ouverte dans le cadre du dos­sier Go Sport

FLASH INFO - Alors que la décision du tribunal de commerce de Grenoble sur le sort de l'enseigne grenobloise Go Sport se fait encore attendre, Lire plus

Go Sport France, filiale du groupe grenoblois Go Sport, à son tour placée en redressement judiciaire le 1er février 2023
Le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble ren­voie sa déci­sion concer­nant le sort de Go Sport au 16 jan­vier 2023

FLASH INFO - Répit, de courte durée, pour les salariés de Go Sport. Lundi 19 décembre 2022, le tribunal de commerce de Grenoble a interrogé Lire plus

Le tribunal de commerce de Grenoble renvoie au 18 avril la décision de redressement ou de cession de Go Sport
La jus­tice va se pro­non­cer sur le sort de Go Sport en vue d’un éven­tuel redres­se­ment judiciaire

FLASH INFO - Le tribunal de commerce de Grenoble a interrogé, lundi 19 décembre 2022, des représentants salariés de Go Sport. Lors d'une audience à Lire plus

Flash Info

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

|

05/07

11h23

|

|

04/07

18h57

|

|

04/07

17h13

|

|

04/07

16h03

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Économie| Les loca­taires de l’immeuble ABC « auto­nome » sur l’écocité Presqu’île à Grenoble déchantent : « On a l’impression de s’être fait avoir »

Culture| Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

Agenda

Je partage !