La nouvelle exposition du Muséum de Grenoble offre un vaste panorama du vivant dans tous les écosystèmes. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Nos Voisins les vivants : une expo­si­tion du Muséum de Grenoble pour mieux com­prendre les écosystèmes

Nos Voisins les vivants : une expo­si­tion du Muséum de Grenoble pour mieux com­prendre les écosystèmes

FOCUS – Jusqu’au 27 août 2023, l’ex­po­si­tion du Muséum de Grenoble inti­tu­lée Nos Voisins les vivants replace l’hu­main dans son cadre natu­rel. De quoi per­mettre aux visi­teurs de mieux com­prendre le fonc­tion­ne­ment des éco­sys­tèmes et les menaces qui pèsent sur l’en­vi­ron­ne­ment, mais aussi leur don­ner envie d’a­gir pour sa sauvegarde.

Après sa superbe pré­sen­ta­tion de l’his­toire de l’illus­tra­tion natu­ra­liste, fin 2021 et début 2022, le Muséum de Grenoble revient au temps pré­sent, avec une nou­velle expo­si­tion tem­po­raire qui se tient jus­qu’au 27 août 2023 rue Dolomieu : Nos Voisins les vivants. Objectif : rap­pe­ler aux humains qu’ils ne sont qu’une espèce parmi beau­coup d’autres, avec les­quelles ils par­tagent un espace com­mun. Et, par la même occa­sion, aler­ter les visi­teurs sur l’é­ro­sion de la bio­di­ver­sité et leur don­ner envie d’a­gir en faveur de la pré­ser­va­tion du vivant.

Avec cette exposition, l'équipe du Muséum souhaite présenter des espèces un peu moins connues que celles de notre environnement proche. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Avec cette expo­si­tion, l’é­quipe du Muséum sou­haite pré­sen­ter des espèces moins connues que celles de notre envi­ron­ne­ment proche. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Cette expo­si­tion montre ainsi le rapide déclin de nom­breuses espèces et ses lourdes consé­quences sur les éco­sys­tèmes. Alors que notre pla­nète abrite la vie depuis 3,5 mil­liards d’an­nées, le Muséum met ici en valeur plus d’une cen­taine des espèces qui la peuplent, par l’in­ter­mé­diaire de nom­breux spé­ci­mens issus de ses collections.

L’équipe de Rebecca Bilon, la direc­trice, rap­pelle que la Terre a déjà sur­monté cinq crises majeures, que les scien­ti­fiques dési­gnent sous le terme angois­sant d’ex­tinc­tions de masse. Des phé­no­mènes pas­sés qui per­mettent de mieux appré­hen­der le risque qu’une autre se pro­duise à court ou moyen terme.

Une très large pré­sen­ta­tion du vivant qui le rend acces­sible à tous

L’exposition Nos Voisins les vivants, bien que d’un bon niveau scien­ti­fique, s’a­dresse à tous les publics. Si, à pre­mière vue, elle semble man­quer d’un peu d’in­te­rac­ti­vité pour séduire les plus jeunes visi­teurs, un explore game per­met de la par­cou­rir dans une logique d’ap­pren­tis­sage par le jeu.

De nom­breux pan­neaux expli­ca­tifs pro­posent par ailleurs d’ap­pro­fon­dir ses connais­sances sur les divers sujets abor­dés par le biais de textes et d’illus­tra­tions. C’est pour­quoi l’i­déal est de pas­ser au moins une heure sur place pour pro­fi­ter plei­ne­ment de toute la richesse des élé­ments présentés.

L'équipe du Muséum n'hésite pas à illustrer très concrètement les différentes menaces qui pèsent sur le vivant. Elle rappelle ainsi que les humains en sont en partie responsables. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

L’équipe du Muséum n’hé­site pas à illus­trer très concrè­te­ment les dif­fé­rentes menaces qui pèsent sur le vivant. Elle rap­pelle ainsi que les humains en sont en par­tie res­pon­sables. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

La sur­face d’ex­po­si­tion se découpe en plu­sieurs sous-espaces dis­tincts et com­plé­men­taires. Le public découvre d’a­bord une par­tie de la grande diver­sité du monde vivant et sa répar­ti­tion sur la terre ferme, dans l’eau (douce ou salée) et en sou­ter­rain. Des res­sources ico­no­gra­phiques per­mettent alors de com­prendre à quel point les dif­fé­rentes espèces sont imbri­quées, de manière sou­vent invisible.

Puis l’am­biance change : le temps est venu de s’in­ter­ro­ger sur les crises qui menacent le vivant. Faut-il par­ler de catas­trophes ? Sont-elles excep­tion­nelles ? Quelles en sont les causes ? Peuvent-elles être sur­mon­tées ? Quelle est la res­pon­sa­bi­lité des humains dans ces évé­ne­ments ? L’exposition pose les enjeux… et donne quelques réponses.

Impliquer le plus grand nombre dans la pré­ser­va­tion du vivant

Pas ques­tion de plom­ber le moral du visi­teur : le Muséum sou­haite au contraire l’in­ci­ter à s’en­ga­ger pour la pré­ser­va­tion du vivant. Pour cela, les enfants béné­fi­cient d’es­paces réser­vés et peuvent lais­ser des mes­sages et des­sins – ce qu’ils ne se privent pas de faire.

De manière plus concrète encore, l’é­ta­blis­se­ment met en avant de nom­breuses façons de par­ti­ci­per à des pro­grammes de recherche. En ligne de mire : les sites géo­gra­phiques les plus proches, y com­pris dans le dépar­te­ment de l’Isère. Une grande table tac­tile per­met en outre de visua­li­ser les nom­breuses don­nées col­lec­tées sur les espèces pré­sentes dans l’agglomération gre­no­bloise (pro­jet OBIGA) et dans la région (Biodiv’AURA Atlas).

L'exposition invite ses visiteurs à matérialiser leurs engagements par écrit. Dans quelque temps, ils pourront alors recevoir ce même courrier et vérifier s'ils ont tenu leurs promesses. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

L’exposition invite ses visi­teurs à maté­ria­li­ser leurs enga­ge­ments par écrit. Dans quelque temps, ils pour­ront alors rece­voir ce même cour­rier et véri­fier s’ils ont tenu leurs pro­messes. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Il est expli­qué com­ment cha­cun peut s’im­pli­quer dans ce type de pro­grammes par­ti­ci­pa­tifs. De quoi res­sor­tir de l’ex­po­si­tion avec l’en­vie de s’in­ves­tir direc­te­ment, à son échelle. Besoin d’un aide-mémoire avant de vrai­ment aller plus loin ? Le Muséum a éga­le­ment eu la très bonne idée de s’as­so­cier avec La Poste pour mettre en place un pro­jet amu­sant et fédérateur.

En fin de par­cours, toute per­sonne qui le sou­haite peut ainsi pos­ter un vrai cour­rier détaillant ses enga­ge­ments et les actions qu’elle envi­sage dans une boîte à lettres jaune. La mis­sive sera adres­sée, d’ici quelques mois, à son des­ti­na­taire… qui ne sera autre que son expé­di­teur ! Une autre façon ludique de prendre ren­dez-vous avec son propre ave­nir et, évi­dem­ment, celui de son environnement.

Martin de Kerimel

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Quatre artistes contemporains livrent leur vision "De la nature" au Musée de Grenoble jusqu'au 19 mars 2023
Quatre artistes contem­po­rains livrent leur vision « De la nature » au Musée de Grenoble

FOCUS - Le Musée de Grenoble présente sa nouvelle exposition temporaire, intitulée De la nature, jusqu'au 19 mars 2023. L'occasion de réunir quatre artistes contemporains Lire plus

La Vence Scène fait partie des quatre salles de l'agglomération grenobloise qui accueillent l'édition 2022 du Festival du Cinéma Nature et Environnement. DR.
Le Festival du cinéma nature et envi­ron­ne­ment s’ouvre à Grenoble avec le docu­men­taire « I am Greta »

EN BREF - Le Festival du cinéma nature et environnement démarre vendredi 25 novembre 2022 au Club, à Grenoble, avec le documentaire I am Greta. Lire plus

"Dessine moi...": l'illustration naturaliste s'expose au Muséum de Grenoble jusqu'au 20 mars 2022
« Dessine moi… »: l’illus­tra­tion natu­ra­liste s’ex­pose au Muséum de Grenoble jus­qu’au 20 mars 2022

FLASH INFO — Le Muséum de Grenoble invite ses visiteurs à un "voyage dans l'illustration naturaliste" jusqu'au 20 mars 2022, dans le cadre de sa Lire plus

Le Conseil d'Etat enjoint le ministère de l'Ecologie de prendre un arrêté suspendant la chasse du grand tétras, espèce menacée ayant totalement disparu des Alpes. © Skolan124 / Wikimedia Commons
Chasse d’es­pèces fra­giles ou en déclin : le grand débat entre chas­seurs et défen­seurs de la biodiversité

FOCUS - La France détient un record d'Europe dont elle peut difficilement s'enorgueillir : celui du nombre d'espèces qu'il est possible d'y chasser. Un état Lire plus

Le boisement urbain permet de suivre un parcours du Parc Paul Mistral jusqu'aux berges de l'Isère © Lucie Soïka
La Ville de Grenoble inau­gure un nou­veau sen­tier péda­go­gique pour décou­vrir la bio­di­ver­sité au parc Paul-Mistral

EN BREF - Depuis le début de l'été 2022, la Ville de Grenoble a inauguré le sentier "Nature aux pattes", un nouveau parcours pédagogique installé Lire plus

La secrétaire d'État à la Biodiversité Bérangère Abba en visite à l'Université Grenoble-Alpes le 25 novembre
La secré­taire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba en visite à l’Université Grenoble-Alpes le 25 novembre

FLASH INFO — La secrétaire d'État chargée de la Biodiversité Bérangère Abba se rend à Grenoble jeudi 25 novembre 2021. Un déplacement placé sous le Lire plus

Flash Info

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Flash info| Victime d’une « ten­ta­tive d’en­lè­ve­ment » à Grenoble, un jeune homme a été ren­voyé à la pri­son de Varces

Agenda

Je partage !