Poisson gogo nageant, animation par Bruce Currie, Paleozoo

Le plus vieux cœur du monde recons­ti­tué en 3D à l’ESRF de Grenoble

Le plus vieux cœur du monde recons­ti­tué en 3D à l’ESRF de Grenoble

FLASH INFO – Une équipe scien­ti­fique inter­na­tio­nale incluant Paul Tafforeau, cher­cheur à l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility), a décou­vert un cœur de pois­son vieux de 380 mil­lions d’an­nées. La décou­verte, publiée le 15 sep­tembre 2022, est de taille. En effet, celui-ci est le plus ancien jamais trouvé chez un vertébré.

Le pois­son à mâchoires dont pro­vient cet organe fos­si­lisé a éga­le­ment fourni un esto­mac, un intes­tin et un foie en bon état. Si le spé­ci­men pro­vient de Gogo, un récif de l’Ouest aus­tra­lien, les images en 3D du cœur ont été réa­li­sées à l’ESRF de Grenoble.

L’étude, publiée dans Science, a démon­tré que l’or­ga­ni­sa­tion des organes dans le corps de ce pois­son ancien était simi­laire à celle des requins modernes. Ce alors que le pla­co­derme, pois­son dont la tête est recou­verte de plaques osseuses, a pros­péré au cours de la période dévo­nienne. C’est-à-dire entre 419,2 et 358,9 mil­lions d’années !

Cette décou­verte apporte un nou­vel éclai­rage sur l’é­vo­lu­tion des organes des ver­té­brés à mâchoires. Et, par là, sur l’é­vo­lu­tion des mam­mi­fères et donc des humains.

Stomach wall and liver (L) and reconstruction of arthrodire anatomy (R) from the Late Devonian. © Trinajstic et al. 2022.

Paroi de l’es­to­mac et foie et recons­truc­tion de l’a­na­to­mie d’un pois­son du Dévonien tar­dif. © Trinajstic et al. 2022.

Selon le pro­fes­seur Kate Trinajstic, prin­ci­pal auteur de l’étude, on consi­dère sou­vent l’é­vo­lu­tion du vivant « comme une série de petites étapes. » Cependant, « ces anciens fos­siles sug­gèrent qu’un grand saut évo­lu­tif a vu naître les ver­té­brés à mâchoires. Ces pois­sons ont lit­té­ra­le­ment leur cœur dans la bouche et sous les bran­chies – tout comme les requins aujourd’­hui. »

L’un des co-auteurs de l’é­tude, Per Ahlberg, a par ailleurs sou­li­gné la rareté de la pré­ser­va­tion des tis­sus en trois dimen­sions. En effet, selon lui, « la plu­part des cas de pré­ser­va­tion des tis­sus mous se retrouvent dans des fos­siles plats, où l’a­na­to­mie molle n’est guère plus qu’une tache sur la roche ».

Il a éga­le­ment rap­pelé la « chance » de l’é­quipe. En effet, « les tech­niques d’imagerie modernes, comme celles de l’ESRF, per­mettent d’é­tu­dier ces tis­sus mous fra­giles sans les détruire ». Sans les pos­si­bi­li­tés offertes par le Synchrotron, « il y a quelques décen­nies, le pro­jet aurait été impos­sible ».

Pour en savoir plus sur le pois­son de Gogo, des vidéos sont dis­po­nibles sur le site Scienceinpublic

Laure Gicquel

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

L'ESRF de Grenoble révèle que la météorite (probablement) responsable de la fin des dinosaures a touché la Terre au printemps
L’ESRF de Grenoble révèle que la météo­rite (pro­ba­ble­ment) res­pon­sable de la fin des dino­saures a tou­ché la Terre au printemps

FLASH INFO – C'est au printemps que s'est scellée la fin du règne des dinosaures. Telle est la conclusion d'une équipe internationale de scientifiques, composée Lire plus

Paul Tafforeau, scientifique en charge du projet à l'ESRF, lors des expériences avec l'HiP-CT. © S. Candé - ESRF
L’altération des pou­mons par le Sars-Cov2 fine­ment visua­li­sée grâce à la nou­velle source de rayons X de l’ESRF

FOCUS - Les rayons X de la nouvelle source de rayonnement du synchrotron européen de Grenoble (ESRF) ont rendu visibles les dommages causés par le Lire plus

Le Mary Rose. © The Mary Rose Trust
Les rayons X de l’ESRF ont exploré un ves­tige du Mary Rose, navire de guerre pré­féré d’Henri VIII

FLASH INFO - Une technique du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF) offre de nouvelles perspectives pour la conservation du Mary Rose, navire de guerre préféré Lire plus

Étude des œufs de Mussaurus patagonicus à l’ESRF © ESRF
Grâce à l’ESRF, la data­tion des com­por­te­ments sociaux chez les dino­saures est recu­lée de plus de 40 mil­lions d’années !

FOCUS – Traversés par les rayons X du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF), des œufs fossilisés de dinosaures provenant d’un vaste site à fossiles de Lire plus

Une nou­velle espèce de requin « de poche » brillant dans le noir décou­verte grâce à l’ESRF

  FIL INFO – En utilisant une technique du synchrotron européen de Grenoble, une équipe américaine vient de découvrir une nouvelle espèce de petit requin Lire plus

L’ESRF se moder­nise pour mul­ti­plier par cent la brillance de ses fais­ceaux de rayons X

FIL INFO – Le démantèlement du synchrotron européen de Grenoble a commencé le 10 décembre dernier. Son objectif ? Faire place nette pour permettre l’installation de la Lire plus

Flash Info

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !