L'écologie politique et la conquête du pouvoir au cœur des Journées d'été EELV à Grenoble

L’écologie poli­tique et la conquête du pou­voir au cœur des Journées d’été EELV à Grenoble

L’écologie poli­tique et la conquête du pou­voir au cœur des Journées d’été EELV à Grenoble

FOCUS – Les Journées d’été d’Europe-Écologie-les-Verts inves­tissent Grenoble, et plus pré­ci­sé­ment le cam­pus de l’Université Grenoble-Alpes, du jeudi 25 au samedi 27 août. L’occasion pour plus de 2000 mili­tants (annon­cés) de se retrou­ver et d’é­chan­ger… et pour le parti d’es­pé­rer mettre en place une dyna­mique de conquête du pou­voir dans les années à venir.

Tout sem­blait dési­gner Grenoble pour accueillir les Journées d’été d’Europe-Écologie-les-Verts 2022. C’est du moins ce qui res­sort de la confé­rence de presse de lan­ce­ment, orga­ni­sée la veille de l’é­vé­ne­ment prévu du jeudi 25 au samedi 27 août sur le cam­pus de l’Université Grenoble-Alpes. Et qui devrait, selon les esti­ma­tions des orga­ni­sa­teurs, réunir envi­ron 2500 mili­tants venus de toute la France.

Installation de la scène des Journées d'été EELV sur le campus de l'Université Grenoble-Alpes le mercredi 24 août au matin. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Installation de la scène des Journées d’été EELV sur le cam­pus de l’Université Grenoble-Alpes le mer­credi 24 août au matin. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Les argu­ments ne man­quaient pas, en effet. Outre le maire de Grenoble Éric Piolle et le séna­teur de l’Isère Guillaume Gontard, l’Isère compte deux dépu­tés EELV depuis les légis­la­tives avec Cyrielle Chatelain et Jérémie Iordanoff. Ajoutons à cela que Grenoble tient, cette année, le titre de Capitale verte euro­péenne. Et que l’é­di­tion 2022 des Journées marque leur… 38ème édi­tion, chiffre isé­rois par défi­ni­tion. À croire que les astres ont fini par s’aligner.

Entre EELV et Nupes

Ce n’est pour­tant pas la pre­mière fois que le parti envi­sa­geait d’or­ga­ni­ser ses ren­contres esti­vales annuelles à Grenoble. Et ceci en essuyant à plu­sieurs reprises le refus de son maire, qui ne s’en cache pas. « Nous n’é­tions pas for­cé­ment par­tants, parce que notre for­mat ici était un for­mat d’é­co­lo­gie de gauche avec, déjà, un spectre large. La Nupes avant la Nupes », explique Éric Piolle. La donne aurait donc changé depuis les législatives.

Marine Tondelier, entourée par Cyrielle Chatelain et Guillaume Gontard. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Marine Tondelier, entou­rée par Cyrielle Chatelain et Guillaume Gontard. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Membre du bureau et co-orga­ni­sa­trice des Journées, Marine Tondelier indique d’ailleurs qu’une séance plé­nière sera consa­crée à la Nupes, jeudi 25 août au soir. Mais pour­quoi ne pas orga­ni­ser des Journées d’été de la Nupes ? « C’est une coa­li­tion effi­cace mais il y a quatre par­tis dedans, et évi­dem­ment ces quatre par­tis doivent conti­nuer à avoir leur vie de mou­ve­ment », estime l’é­lue des Hauts-de-France.

« La Nupes n’est forte que si cha­cun de ses membres est fort », abonde la dépu­tée Cyrielle Chatelain. Pour qui les Journées d’été sont l’oc­ca­sion de « rechar­ger les bat­te­ries » des mili­tants EELV. « Nous sommes connus pour être un parti où on débat beau­coup et se cha­maille un peu. Les Journées d’été, quelles que soient les divi­sions, est un moment où nous sommes contents de nous retrou­ver. C’est quelque chose de pré­cieux ! », souligne-t-elle.

Inscrire l’é­co­lo­gie poli­tique dans les urnes et les territoires

Les Journées d’été se veulent aussi une occa­sion de pen­ser le mou­ve­ment dans les années qui viennent, en pre­mier lieu dans sa dimen­sion poli­tique. « Le rôle des éco­lo­gistes, c’est de pas­ser de lan­ceurs d’a­lerte à orga­ni­sa­teurs du chan­ge­ment », résume Julien Bayou. Pour le (encore) secré­taire natio­nal du parti, il est en effet plus que temps de « pré­pa­rer le pays aux chocs à venir, qui sont dus à un défaut d’an­ti­ci­pa­tion ».

Guillaume Gontard, Éric Piolle et Jérémie Iordanoff (de dos) en pleine discussion pré-conférence de presse. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Guillaume Gontard, Éric Piolle et Jérémie Iordanoff (de dos) en pleine dis­cus­sion pré-confé­rence de presse. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Un « défaut d’an­ti­ci­pa­tion » dont le gou­ver­ne­ment est res­pon­sable, pour­suit Julien Bayou. Qui décrit une « cari­ca­ture », lorsque Élisabeth Borne active une cel­lule de crise face à la séche­resse « quand c’est trop tard ». Ou « quand le ministre de l’Intérieur mul­ti­plie les diver­sions alors que son rôle devrait être d’or­ga­ni­ser les moyens des pom­piers pour évi­ter que, l’an­née pro­chaine, on dépende encore de la soli­da­rité des Autrichiens, des Polonais ou des Grecs ».

Face à « un pré­sident qui parle et n’agit pas », pour­suit Julien Bayou, EELV veut por­ter des pro­po­si­tions en matière d’en­vi­ron­ne­ment comme de jus­tice sociale. « Pendant que l’en­semble de la popu­la­tion se trouve pié­gée à mul­ti­plier les efforts de sobriété, on a une poi­gnée d’ul­tra-riches qui s’af­fran­chissent de toute contrainte », fus­tige-t-il. En dénon­çant jets ou yachts pri­vés, et autres « signes osten­ta­toires de pol­lu­tion ».

De gauche à droite, Jérémie Iordanoff, Julien Bayou, Cyrielle Chatelain, Marine Tondelier, Guillaume Gontard et Éric Piolle. © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Jérémie Iordanoff, Julien Bayou, Cyrielle Chatelain, Marine Tondelier, Guillaume Gontard et Éric Piolle. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le parti marque encore sa volonté de cas­ser les cli­chés, notent les inter­ve­nants. Guillaume Gontard ne veut plus entendre par­ler d’é­co­lo­gie “puni­tive”: « l’é­co­lo­gie poli­tique, c’est tra­vailler à l’in­té­rêt géné­ral ! ». Cyrielle Chatelain rejette pour sa part l’i­mage d’un parti de bobos et d’ha­bi­tants de centre-villes. « Aujourd’hui, l’é­co­lo­gie s’im­plante sur l’en­semble des ter­ri­toires. [Il faut] aller par­ler aux quar­tiers popu­laires, des villes et des rura­li­tés », revendique-t-elle.

Des Journées d’été… avant un congrès en hiver

Les Journées seront-elles mar­quées aussi par la pers­pec­tive du congrès d’EELV, prévu pour la fin de l’an­née 2022 ? De cela, pas ques­tion de par­ler durant la confé­rence de presse sur l’é­vé­ne­ment, répond Marine Tondelier. Quand bien même des « cha­maille­ries » sont à pré­voir, sur fond de nomi­na­tion d’un nou­veau secré­taire natio­nal. « Il n’y a pas de temps dédié au congrès dans le pro­gramme », insiste-t-elle.

Julien Bayou, entre les deux nouveaux députés EELV-Nupes de l'Isère Jérémie Iordanoff et Cyrielle Chatelain. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Julien Bayou, entre les deux nou­veaux dépu­tés EELV-Nupes de l’Isère Jérémie Iordanoff et Cyrielle Chatelain. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Pas ques­tion non plus d’é­vo­quer la récente tri­bune appe­lant à une refon­da­tion du mou­ve­ment, co-rédi­gée… par Marine Tondelier. Et signée par 600 per­sonnes, dont Éric Piolle et Guillaume Gontard. Rien à voir le congrès, assure la co-autrice, juste un élé­ment de « ren­trée poli­tique ».

« Par rap­port à d’autres Journées d’été pré-congrès, je n’ai pas l’im­pres­sion qu’on soit dans de grandes manœuvres », tem­père pour sa part Julien Bayou. Qui pré­fère par­ler de « l’at­tente de se retrou­ver et d’é­chan­ger », tout en concé­dant que « le temps du congrès arrive clai­re­ment ». En somme, résume Cyrielle Chatelain pour conclure le temps avec la presse, « on va en par­ler par­tout… mais pas ici ».

Florent Mathieu

Auteur

3 commentaires sur « L’écologie poli­tique et la conquête du pou­voir au cœur des Journées d’été EELV à Grenoble »

  1. Piolle rase sans ver­gogne les vil­las avec jar­din arbo­rés sans replan­ter d’autres arbres ailleurs.
    Piolle den­si­fie la ville, donc accroit l’é­mis­sion de CO2 par la res­pi­ra­tion des nou­veaux habitants.
    Piolle pro­voque des embou­teillages, aug­men­tant la pol­lu­tion sonore et atmosphérique.
    Piolle est inca­pable de créer le moindre espace vert nou­veau à Grenoble.
    Ses jour­nées d’été ne débat­tront même pas de solu­tions construc­tives pour la planète !

    Son « éco­lo­gie » n’est qu’une Imposture…

    sep article
  2. facile de dire« sau­vons la pla­nète » alors que c’est l’hu­main qui l’a détruite depuis 2000 ans ??????

    sep article
  3. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Emmanuel Macron fait des RER métropolitains, dont celui de Grenoble, une "grande ambition nationale"
Le pro­jet de RER gre­no­blois relancé par Emmanuel Macron dans le cadre d’une « grande ambi­tion nationale »

EN BREF - Dans une annonce publiée sur YouTube au soir du 27 novembre 2022, Emmanuel Macron a dévoilé une "grande ambition nationale", avec la Lire plus

Le centre opérationnel de commandement et de supervision (COCS) de la police municipale de Grenoble installé au 21 de la rue Lesdiguières. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Police muni­ci­pale de Grenoble : 1 200 contra­ven­tions dres­sées ces neuf der­niers mois grâce au dis­po­si­tif de vidéo-verbalisation

FOCUS - La police municipale de Grenoble a dressé pas moins de 1 200 procès-verbaux d'infractions au stationnement depuis début 2022, en s'appuyant sur les Lire plus

La Vence Scène fait partie des quatre salles de l'agglomération grenobloise qui accueillent l'édition 2022 du Festival du Cinéma Nature et Environnement. DR.
Le Festival du cinéma nature et envi­ron­ne­ment s’ouvre à Grenoble avec le docu­men­taire « I am Greta »

EN BREF - Le Festival du cinéma nature et environnement démarre vendredi 25 novembre 2022 au Club, à Grenoble, avec le documentaire I am Greta. Lire plus

Journée contre les vio­lences faites aux femmes : une cam­pagne de la Métro signée Petite Poissone

EN BREF - Alors que le vendredi 25 novembre 2022 marque une nouvelle Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Métropole de Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !