© Manuel Pavard - Place Gre'net

Présidentielle : entre 1300 et 2000 mani­fes­tants à Grenoble contre l’ex­trême droite et pour la défense des droits et acquis sociaux

Présidentielle : entre 1300 et 2000 mani­fes­tants à Grenoble contre l’ex­trême droite et pour la défense des droits et acquis sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – Entre 1300 et 2000 per­sonnes ont défilé dans le centre-ville de Grenoble, ce samedi 16 avril 2022, contre l’ex­trême droite et pour la défense des droits sociaux. Une mani­fes­ta­tion uni­taire anti­ra­ciste, fémi­niste et éco­lo­giste, à l’ap­pel de plu­sieurs orga­ni­sa­tions. À huit jours du second tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, les mots d’ordre étaient variés au sein du cor­tège, de l’ap­pel au bar­rage contre l’ex­trême droite au « ni Le Pen ni Macron », mais avec un rejet clair de la can­di­date du Rassemblement national.

« Tout le monde déteste Marine Le Pen » ; « Siamo tutti anti­fas­cisti » ; « Grenoble anti­ra­ciste » ; « Anti, anti­ca­pi­ta­liste » ; « Macron nous fait la guerre, et sa police aussi, et on reste déter” pour blo­quer le pays ». Les slo­gans enton­nés, ce samedi 16 avril 2022, dans les rues de Grenoble, illus­traient bien la diver­sité des mots d’ordre des mani­fes­tants. Entre 1300 (selon la police) et 2000 (selon les orga­ni­sa­teurs) per­sonnes ont ainsi défilé entre la rue Félix-Poulat et le Jardin de ville, contre l’ex­trême droite, mais aussi « pour nos droits, nos acquis sociaux et notre avenir ».

À huit jours du second tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, près de vingt orga­ni­sa­tions avaient lancé un appel uni­taire à une mani­fes­ta­tion anti­ra­ciste, fémi­niste et éco­lo­giste, comme dans de nom­breuses autres villes fran­çaises. Un large panel allant de l’Action anti­fas­ciste (AFA) Grenoble à Solidaires, en pas­sant par le NPA, EELV, Nous toutes 38, Ras l’front, la CGT Spectacle, l’Unef, le MNL, la CNT, l’Union com­mu­niste liber­taire (UCL), Fridays for future et bien d’autres encore.

Emmanuel Macron accusé d’a­voir pavé la voie à l’ex­trême droite en « repre­nant ses thèmes » et en condui­sant une « poli­tique antisociale »

Ces orga­ni­sa­tions tenaient, avec cette mobi­li­sa­tion, à « réaf­fir­mer l’im­por­tance des dif­fé­rentes luttes ayant mar­qué le quin­quen­nat ». Mais éga­le­ment, ajoutent-elles, à « affir­mer dès l’entre-deux tours que nous conti­nue­rons à nous mobi­li­ser afin de défendre nos droits, nos conquis sociaux et pour l’a­ve­nir de la popu­la­tion comme de la pla­nète ».

Près de 2000 per­sonnes ont mani­festé contre l’ex­trême droite et pour les droits sociaux, ce samedi 16 avril 2022, à Grenoble. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Fermement oppo­sées à Marine Le Pen et au Rassemblement natio­nal (RN), elles n’é­pargnent pas pour autant Emmanuel Macron. Un pré­sident sor­tant dont le gou­ver­ne­ment a, selon les orga­ni­sa­teurs de la mani­fes­ta­tion, « mené de mul­tiples offen­sives contre le monde du tra­vail, les classes popu­laires et la jeu­nesse et a aggravé la misère et le déses­poir social ».

Tous unis dans leur refus d’ac­cor­der la moindre voix à la can­di­date du RN, les mani­fes­tants par­ta­geaient ainsi, pour beau­coup, un vrai res­sen­ti­ment envers son adver­saire, accusé d’a­voir pavé la voie à l’ex­trême droite en « repre­nant ses thèmes » et en condui­sant une « poli­tique anti­so­ciale ».

« J’ai déjà fait bar­rage en 2002 et en 2017, mais cette fois, c’est au-des­sus de mes forces »

Quid alors du choix à effec­tuer dans l’i­so­loir, dimanche 24 avril ? Celui-ci s’an­nonce cor­né­lien pour la plu­part des mani­fes­tants. Au sein du cor­tège, les opi­nions étaient d’ailleurs très variées, entre par­ti­sans du bar­rage contre l’ex­trême droite et adeptes du « ni Le Pen ni Macron », sans comp­ter les nom­breux indécis.

Les mani­fes­tants ont sillonné les rues du centre-ville de Grenoble, fai­sant une boucle entre la rue Félix-Poulat et le Jardin de ville. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Ainsi, pour Sylvain, ensei­gnant au col­lège, ce sera « vote blanc ou abs­ten­tion ». « J’ai déjà fait bar­rage en 2002 et en 2017, mais cette fois, c’est au-des­sus de mes forces », explique le qua­dra­gé­naire. « Je déteste Marine Le Pen mais Macron, c’est les réformes des retraites et de l’as­su­rance chô­mage, la muti­la­tion des gilets jaunes, l’ab­sence de mesures pour le cli­mat… Et puis, en tant que prof, on a trop mor­flé (sic) avec Blanquer ! » Pas ques­tion d’ailleurs de culpa­bi­li­ser pour Sylvain : « J’ai fait le job en votant Mélenchon au pre­mier tour, c’est là qu’il fal­lait faire bar­rage. »

« La poli­tique de Macron me révulse aussi mais il y a un ultra­li­bé­ral et une “facho”, ce n’est pas pareil »

Lola, qui se défi­nit comme « fémi­niste et anti­ra­ciste », s’est en revanche réso­lue à voter Macron « en [se] bou­chant le nez ». « La poli­tique de Macron me révulse aussi mais il y a un ultra­li­bé­ral et une “facho”, ce n’est pas pareil », estime l’é­tu­diante. « Si elle passe, les “flics” n’au­ront plus aucune limite pour répri­mer les manifs et ça sera une catas­trophe pour la jus­tice, l’é­du­ca­tion, les droits des femmes… » En outre, assure Lola, « s’abs­te­nir, c’est un pri­vi­lège de mecs blancs hété­ros qui ne seront pas les pre­mières vic­times de l’ex­trême droite, comme les immi­grés ou LGBT ».

Mais pour de nom­breux mani­fes­tants, c’est encore l’in­dé­ci­sion qui pré­do­mine. Beaucoup indiquent ainsi qu’ils hési­te­ront jus­qu’au der­nier moment, à l’i­mage de Santiago et Bertille. Durant tout le quin­quen­nat, les deux tren­te­naires s’é­taient per­sua­dés qu’ils ne feraient pas bar­rage en cas de duel Macron-Le Pen. Pourtant, à mesure que le second tour approche, « la peur de l’ex­trême droite » gagne le couple, qui vacille.

« On se rend compte qu’il y a un vrai dan­ger fas­ciste en France, aujourd’hui »

« En voyant les son­dages ser­rés et les réserves de voix de Marine Le Pen, avec les 7 % de Zemmour et les 2 % de Dupont-Aignan, on se rend compte qu’il y a un vrai dan­ger fas­ciste en France, aujourd’­hui », lancent d’une même voix les deux élec­teurs de Jean-Luc Mélenchon. « Du coup, plus ça va, plus on se demande si on ne va pas voter Macron quand même, à recu­lons. » Et Bertille de conclure : « On compte avoir un enfant bien­tôt. Déjà que l’a­ve­nir n’est pas rose, on n’a pas envie qu’il ou elle gran­disse dans un pays fas­ciste. »

Un impo­sant cor­tège fémi­niste anti­fas­ciste avait pris place au milieu de la mani­fes­ta­tion. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Après avoir sillonné les rues du centre-ville de Grenoble, le cor­tège arrive au Jardin de ville où s’a­chève la mani­fes­ta­tion. Galvanisée par l’am­biance com­ba­tive, qui lui « redonne un peu espoir », Lola prend déjà ren­dez-vous pour l’a­près-24 avril : « Que ce soit Macron ou Le Pen, on va souf­frir mais on sera là pour défendre nos droits dans la rue… Même si ce serait mal­heu­reu­se­ment encore pire avec elle à l’Élysée. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Résultats, abstention, réactions... Quel visage du premier tour de l'élection présidentielle 2022 en Isère?
Résultats, abs­ten­tion, réac­tions… Panorama du pre­mier tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle 2022 en Isère

FOCUS – Si l'Isère s'inscrit (en grande partie) dans la lignée des résultats nationaux pour le premier tour de l'élection présidentielle, des disparités en matière Lire plus

Élection présidentielle 2022: les résultats du premier tour dans la région grenobloise
Élection pré­si­den­tielle 2022 : les résul­tats du pre­mier tour dans la région grenobloise

CARTE INTERACTIVE - Retrouvez l'essentiel des résultats du premier tour de l'élection présidentielle 2022 dans le Sud Isère et la grande région grenobloise avec Place Lire plus

Le Rassemblement national 38 mobilisé pour l'élection présidentielle... sans craindre la candidature Zemmour
Le Rassemblement natio­nal 38 mobi­lisé pour l’é­lec­tion pré­si­den­tielle… sans craindre la can­di­da­ture Zemmour

FOCUS - Le Rassemblement national 38 et son responsable Alexis Jolly sont en ordre de bataille pour l'élection présidentielle, abordée comme une "campagne classique" quoi Lire plus

Un collectif d'organisations et de syndicats appelle à une manifestation d'entre-deux-tours à Grenoble le 16 avril
Un col­lec­tif d’or­ga­ni­sa­tions et de syn­di­cats appelle à une mani­fes­ta­tion d’entre-deux-tours à Grenoble le 16 avril

FLASH INFO – Faire entendre "les différentes luttes ayant marqué le quinquennat" à l'occasion de l'entre-deux-tours de la présidentielle? Tel est l'objectif d'un collectif d’organisations Lire plus

Éric Piolle demande à Jean-Luc Mélenchon « d'aller un cran plus loin » pour le deuxième tour de l'élection présidentielle. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Aucune voix à Marine Le Pen » affirme Jean-Luc Mélenchon : Éric Piolle lui demande « d’al­ler un cran plus loin »

FOCUS - Suite au premier tour de l'élection présidentielle, Éric Piolle regrette l'absence, à nouveau, de la gauche au second tour de scrutin. Réagissant à Lire plus

Manifestation « contre les idées d'extrême droite » le samedi 12 février 2022 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
À l’ap­pel d’une inter-orga­ni­sa­tions anti­fas­ciste, plus de 500 per­sonnes ont mani­festé « contre les idées d’ex­trême droite » à Grenoble

FOCUS - Répondant à l'appel d'un collectif réunissant plusieurs organisations, syndicats, associations et partis politiques antifascistes, plus de 500 personnes ont manifesté « contre les Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin