Risque nucléaire : réac­teur gre­no­blois, guerre en Ukraine… faut-il d’ur­gence se pro­cu­rer de l’iode stable ?

Risque nucléaire : réac­teur gre­no­blois, guerre en Ukraine… faut-il d’ur­gence se pro­cu­rer de l’iode stable ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE - Alors que la guerre en Ukraine se prolonge, de nombreuses inquiétudes se font jour au sujet du risque nucléaire. Ce qui soulève, depuis début mars 2022, des interrogations sur la possibilité d'acquérir de l'iode stable, destiné à prévenir l'accumulation d'iode radioactif par la glande thyroïde en saturant celle-ci. Qu'en est-il à Grenoble, qui abrite notamment sur son territoire métropolitain le réacteur à haut flux de l'Institut Laue-Langevin (ILL) ?

Depuis début mars, soit juste après la menace nucléaire brandie par le président russe Vladimir Poutine dans le cadre de la guerre en Ukraine, la demande en pastilles d'iode explose. De ce fait, il est très difficile de se procurer en pharmacie ces comprimés d'iodures de potassium destinés à prévenir l'accumulation d'iode radioactif par la glande thyroïde (cf. encadré). À Grenoble, comme ailleurs.

En temps normal, l'iode stable sous sa forme concentrée est distribué dans le cadre des Plans particuliers d'intervention des installations nucléaires (PPI Nuc). Ce afin de limiter les conséquences sanitaires en cas d'accident dans l'une des dix-huit centrales nucléaires présentes dans l'Hexagone. Il s'agit, selon la préfecture de l'Isère, "de campagnes régulières animées par le ministère de l'Intérieur en lien avec l'opérateur concerné (EDF en général)".

ILL, guerre en Ukraine... Les Grenoblois devraient-ils disposer d'iode ? ILL, guerre en Ukraine... Les Grenoblois devraient-ils disposer d'iode ? Les élus écologistes régionaux dénoncent les failles du parc nucléaire français, suite à un rapport parlementaire sur la sûreté et la sécurité nucléaire.La centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain.

La centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain.

La préfecture de l'Isère avait lancé une campagne dans ce cadre, en 2019, auprès des Isérois habitant dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour des centrales de Saint-Alban-du-Rhône ou du Bugey. Mais le retrait des pastilles d'iode se faisait alors dans une pharmacie partenaire, sur présentation d'un justificatif de domicile, et de nombreux habitants n'étaient alors pas venus les retirer… La campagne qui s'est déroulée en 2021 a donc consisté en une distribution directe de pastilles. "C'est ensuite le préfet qui, sur recommandation de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), décide de la prise d'iode en cas d'accident", précisent les services de la préfecture.

Intérêt de la consommation d'iode en cas d'accident nucléaire

Le rejet nucléaire comprend le plus souvent de l’iode radioactif, sous forme de gaz et d'aérosols, comprenant trois isotopes : I131, I134 et I135 . Or, la thyroïde, lors d'une exposition, absorbe et fixe l’iode. Si l'iode stable sature la thyroïde, celle-ci ne peut ainsi plus absorber l'iode radioactif, ce qui lui évite l'irradiation.

Si elle absorbe l'iode radioactif, la thyroïde est irradiée tant que celui-ci n'est pas éliminé. Le risque de la radioactivité, au-dessus de certaines doses, est de contracter un cancer de l'organe irradié. C'est pourquoi, aux alentours des centrales, la préfecture organise la distribution des comprimés d'iode. Ceux-ci sont à prendre dans l'heure suivant l'accident nucléaire, sur demande du préfet. Par ailleurs, dans la mesure où cela nécessite une réelle saturation de la thyroïde, peu souhaitable pour le corps, et que l'iode est éliminée rapidement, il ne sert à rien de les prendre en prévention.

Qu'est-il prévu si un accident majeur de type Tchernobyl survient en Ukraine ou si un missile nucléaire est envoyé sur la France ?"Toute gestion de crise d'une autre ampleur relève du niveau national", affirme-t-elle. Ce cas de figure, selon la préfecture, est lié "au plan départemental de distribution d'iode", qui "ne relève pas d'une décision locale" mais d'une activation du Premier ministre.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laure Gicquel

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Rolls-Royce cède son activité nucléaire civil à Framatome, avec notamment un site sur Meylan
Rolls-Royce cède son acti­vité nucléaire civil à Framatome, avec notam­ment un site sur Meylan

  FLASH INFO – Ce sont près de 400 salariés qui sont concernés dans agglomération grenobloise: Rolls-Royce annonce céder son activité "contrôle-commande nucléaire" à l'entreprise Lire plus

Éric Piolle lors de la présentation du débat d'orientation budgétaire © Joël Kermabon - placegrenet.fr
La Ville de Grenoble rejoint l’appel des villes en faveur du traité d’interdiction des armes nucléaires

  FOCUS – Face à la montée des menaces, le maire de Grenoble a rejoint l’appel des villes en faveur du traité d’interdiction des armes Lire plus

Simon Labouret politologue. © Etienne Chaudagne - placegrenet.fr
Poma : l’en­trée du site de Gilly-sur-Isère taguée par des mili­tants anti-nucléaire

  FLASH INFO - Plusieurs tags anti-nucléaire ont été relevés à l'entrée du site Poma de Gilly-sur-Isère (Savoie) près d'Albertville. L'entreprise leader mondial du transport Lire plus

Le gouvernement étend le rayon du plan particulier d'intervention autour des centrales nucléaires : 95 communes iséroises sont désormais concernées.
Extension du plan d’in­ter­ven­tion pour les cen­trales nucléaires : cent com­munes isé­roises concernées

FIL INFO — Le gouvernement a adopté une extension du Plan particulier d’intervention (PPI) autour des centrales nucléaires de France. Avec, à la clé, courrier Lire plus

Lynred (anciennement Sofradir) emploie environ un millier de personnes sur son site de développement et de production, à Veurey-Voroise. © Google Street View (capture d'écran)
La société isé­roise Lynred (ex-Sofradir) aurait conti­nué à livrer des tech­no­lo­gies mili­taires à la Russie après l’embargo euro­péen de 2014

FOCUS - Dans une enquête publiée le lundi 14 mars 2022, le média en ligne Disclose révèle que la France aurait poursuivi ses livraisons d'équipements Lire plus

La longue route vers la France des réfugiés ukrainiens. DR
Réfugiées ukrai­niennes à Grenoble : « Nous avons toutes laissé nos vies en Ukraine »

TÉMOIGNAGES - Depuis le début de la guerre en Ukraine, près de trois millions de réfugiés ont fui leur pays. Pour leur venir en aide, Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin