Récit d'un aller-retour Grenoble-Pologne, pour apporter du matériel et revenir avec des réfugiés ukrainiens

Récit d’un aller-retour Grenoble-Pologne pour appor­ter du maté­riel et reve­nir avec des réfu­giés ukrainiens

Récit d’un aller-retour Grenoble-Pologne pour appor­ter du maté­riel et reve­nir avec des réfu­giés ukrainiens

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TÉMOIGNAGE – À l’i­ni­tia­tive (per­son­nelle) de Sylvain Becquet, sapeur-pom­pier à Meylan, et avec le sou­tien du col­lec­tif Ukraine-Grenoble, quatre four­gons sont par­tis de la région gre­no­bloise jeudi 10 mars 2022 pour rejoindre la fron­tière entre la Pologne et l’Ukraine. Objectif ? Livrer du maté­riel et reve­nir avec des réfu­giés. Récit d’un périple avec son orga­ni­sa­teur et l’un de ses par­ti­ci­pants, Damien Parisse.

« À la fron­tière, c’est un flot inin­ter­rompu 24 heures sur 24. Des femmes font la queue, elles sont gelées, les enfants ont le visage mar­qué. C’est hor­rible ! » C’est par ces mots que Sylvain Becquet décrit l’af­flux de réfu­giés Ukrainiens en Pologne. Entre le jeudi 10 et le dimanche 13 mars, l’Isérois a effec­tué un aller-retour jus­qu’à la fron­tière pour appor­ter de l’aide… et reve­nir avec des réfugiés.

Ukraine : un aller retour Grenoble-Pologne pour venir en aide aux réfugiés. Des sourires et de la fatigue pour un trajet presque non-stop depuis Grenoble jusqu'à la frontière entre la Pologne et l'Ukraine. © Sylvain Becquet

Les sou­rires des béné­voles ayant pris part au tra­jet, mal­gré la fatigue liée à un tra­jet presque non-stop depuis Grenoble jus­qu’à la fron­tière entre la Pologne et l’Ukraine. © Sylvain Becquet

Mais Sylvain Becquet n’est pas parti seul : en tout, huit per­sonnes ont par­ti­cipé au périple, à bord de quatre four­gons. Le tout pour un tra­jet aller et retour (sans qua­si­ment aucune halte), les conduc­teurs se relayant au volant. Et si Sylvain Becquet est à l’o­ri­gine de l’i­ni­tia­tive, il s’est rapi­de­ment coor­donné avec le col­lec­tif Ukraine-Grenoble, qui lui a notam­ment fourni une grande part des 10 mètres cubes de maté­riel à ache­mi­ner jus­qu’à la frontière.

Matériel médi­cal et pro­duits pour les enfants

Pourquoi une telle opé­ra­tion ? « J’ai été très tou­ché par cette guerre, ces images de gens qui partent en exode. Je me suis dit qu’il fal­lait faire quelque chose », explique Sylvain Becquet. Difficile tou­te­fois de se por­ter volon­taire pour accueillir des réfu­giés, avec un bébé en bas âge à la mai­son et une épouse enceinte. « Ça a cogité et j’ai pensé : si je ne peux pas les accueillir, alors je vais aller les cher­cher ! », poursuit-il.

« Aide humanitaire pour l'Ukraine », de l'autre côté de la frontière polonaise. © Damien Parisse

« Aide huma­ni­taire pour l’Ukraine », de l’autre côté de la fron­tière polo­naise. © Damien Parisse

Sapeur-pom­pier basé à Meylan, Sylvain Becquet a le sens de l’aide… et de l’or­ga­ni­sa­tion. Il envoie à ses proches un appel aux dons qui dépasse vite ses espé­rances. Le pro­jet ini­tial : par­tir avec un four­gon en direc­tion de l’Ukraine. Ce sont fina­le­ment quatre four­gons qui ont pris le départ. À leur bord : des pro­duits pour les enfants, mais aussi du maté­riel médi­cal récolté auprès de phar­ma­cies du Vercors.

Damien Parisse, accom­pa­gna­teur en mon­tage, fai­sait par­tie du voyage. « Il y avait pas mal d’ac­ces­soires pour les bébés. Ça fai­sait bizarre, ce “go fast” avec plein de couches ! On est même tom­bés sur des anciens légion­naires qui col­lec­taient des bibe­rons et des tétines », raconte-t-il. Sur place, l’or­ga­ni­sa­tion était bien rodée : les camions fran­çais et ukrai­niens se met­taient dos à dos en zone neutre, le maté­riel pas­sait de l’un à l’autre et par­tait rejoindre l’Ukraine.

Vingt-deux réfu­giés pour le tra­jet de retour depuis la Pologne

Mais l’ob­jet du voyage était aussi, et sur­tout, de reve­nir avec des réfu­giés. C’est une Ukrainienne de Coublevie, retour­née en Ukraine peu après le début de la guerre, qui s’est char­gée de trou­ver les per­sonnes dési­rant rejoindre la région gre­no­bloise. Pas ques­tion de “char­ger” des gens au hasard. « Il faut avoir une solu­tion pour les gens à l’ar­ri­vée », explique Sylvain Becquet. En tout, ce sont 22 réfu­giés (et quatre chiens) qui seront du voyage retour.

Ukraine : un aller retour Grenoble-Pologne pour venir en aide aux réfugiés. Un "flot ininterrompu" de réfugiés, des femmes et des enfants dans leur immense majorité, passe la frontière entre l'Ukraine et la Pologne. © Sylvain Becquet

Un « flot inin­ter­rompu » de réfu­giés – des femmes et des enfants dans leur immense majo­rité – passe la fron­tière entre l’Ukraine et la Pologne. © Sylvain Becquet

Leur pro­fil ? « Des mor­ceaux de familles », résume en quelques mots Damien Parisse. La majo­rité des réfu­giés sont en effet des femmes et des enfants, ou des hommes trop âgés pour sup­por­ter le conflit… ou se battre. Sur les 22 per­sonnes qui ont rejoint l’Isère, Sylvain Becquet compte un jeune de 17 ans et deux hommes de plus de 60. Les autres per­sonnes sont des femmes avec leurs enfants en bas âge.

Arrivées en Isère, elles ont rejoint Coublevie, Chamagneux, Villard-de-Lans ou Grenoble, selon les solu­tions d’ac­cueil ou les parents déjà pré­sents dans la région. Avec une excep­tion pour quatre per­sonnes – deux femmes avec enfants – qui ont “pro­fité” du tra­jet pour pou­voir ensuite se rendre à Périgueux. Des places étaient en effet res­tées vacantes, des pas­sa­gers pré­vus ini­tia­le­ment n’ayant fina­le­ment pas pu pas­ser la frontière.

« Le seul sen­ti­ment que j’ai, c’est qu’on n’en a pas ramené assez »

La fron­tière a mar­qué les esprits. Stéphane Becquet n’est pas le seul à avoir été tou­ché par la vision du flux de réfu­giés. « C’était poi­gnant ! Cet exode évoque plein de choses. C’était nos familles que l’on voyait là. On a tous eu des moments où l’on s’est mis à chia­ler dans un coin », relate Damien Parisse. Qui envi­sage d’or­ga­ni­ser à son tour un nou­veau tra­jet en direc­tion des réfu­giés ukrainiens.

Des réfugiés ukrainiens partagent des images de la guerre telle que prises à leurs fenêtres. © Sylvain Becquet

Des réfu­giés ukrai­niens par­tagent des pho­tos de la guerre prises à leurs fenêtres. © Sylvain Becquet

Sylvain Becquet en a l’en­vie aussi… « mais il y a ma femme et mes enfants der­rière ; c’est un gros inves­tis­se­ment per­son­nel et il faut le finan­cer », décrit-il. Sans pour autant se conten­ter du suc­cès de sa mis­sion. « Le seul sen­ti­ment que j’ai, c’est qu’on n’en a pas rame­nés assez. Ils sont par­qués comme des bes­tiaux. Et ce n’est pas du tout le fait de la Pologne qui a mis beau­coup de moyens. Mais il y a trois mil­lions de réfu­giés, c’est ingé­rable ! »

Pour rap­pel, la pré­fec­ture de l’Isère a dif­fusé les moda­li­tés d’ins­crip­tion pour les per­sonnes sou­hai­tant se por­ter volon­taires à l’ac­cueil de réfu­giés. La Ville de Grenoble a, pour sa part, activé la pla­te­forme Solidarité avec l’Ukraine pour per­mettre de pro­po­ser de l’aide ou un héber­ge­ment. Tandis que le col­lec­tif Ukraine-Grenoble relaye sur les réseaux sociaux les appels aux dons ou col­lectes lan­cées par les associations.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Particuliers, associations, entreprises: où s'inscrire pour proposer un accueil aux réfugiés ukrainiens?
Particuliers, asso­cia­tions, entre­prises : où s’ins­crire pour pro­po­ser un accueil aux réfu­giés ukrainiens ?

FIL INFO - "Les services de l’État en Isère sont pleinement mobilisés pour organiser l’accueil de ressortissants ukrainiens sur le territoire", déclare la préfecture de Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF épisode 36: "Les difficultés à exercer le métier de journaliste"
Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 23 : « La soli­da­rité avec l’Ukraine »

Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, décrypter une Lire plus

Grenoble : plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ras­sem­blées contre la guerre en Ukraine, aux cris de « Poutine, assassin »

REPORTAGE - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées contre la guerre en Ukraine ce samedi 5 mars 2022, à Grenoble, défilant de la rue Lire plus

L'association grenobloise SOS Attitude en Moldavie pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens
L’association gre­no­bloise SOS Attitude en Moldavie pour venir en aide aux réfu­giés ukrainiens

FLASH INFO – L'association grenobloise SOS Attitude lance un appel aux dons pour soutenir ses actions. Samedi 26 février, une équipe de terrain constituée de Lire plus

Des soldats du 93ème RAM de Varces déployés en Roumanie et en Estonie dans le cadre du conflit en Ukraine
Des sol­dats du 93ème RAM de Varces déployés en Roumanie et en Estonie dans le cadre du conflit en Ukraine

FLASH INFO –  Ce sont 24 soldats du 93ème régiment d'artillerie de montagne, basé à la caserne de Varces-Allières-et-Riset, qui ont pris la direction de Lire plus

Grenoble se pare des couleurs du drapeau ukrainien en signe de soutien à l'Ukraine face à l'invasion russe
Grenoble se pare des cou­leurs du dra­peau ukrai­nien en signe de sou­tien à l’Ukraine face à l’in­va­sion russe

FLASH INFO – "La Ville de Grenoble souhaite témoigner son soutien aux autorités ukrainiennes démocratiquement élues ainsi qu’au peuple ukrainien". Ainsi s'exprime la municipalité grenobloise Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Abonnement| Îlots de cha­leur : Grenoble, mau­vaise élève et sous les cri­tiques de l’op­po­si­tion, veut faire mieux

Flash info| L’incendie qui a ravagé 100 hec­tares de végé­ta­tion entre La Buisse et Voreppe est « maî­trisé mais pas éteint » selon la pré­fec­ture de l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin