Actualité

Conférence sur la contre-expertise du bilan à un an de CVCM par l'association Grenoble à Coeur, vendredi 20 avril 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pollution de l’air : Grenoble à cœur demande la révi­sion du plan de cir­cu­la­tion et de lut­ter contre le chauf­fage au bois

Pollution de l’air : Grenoble à cœur demande la révi­sion du plan de cir­cu­la­tion et de lut­ter contre le chauf­fage au bois

FOCUS – Le col­lec­tif Grenoble à cœur a décor­ti­qué l’é­tude de l’as­so­cia­tion Respire pré­sen­tée mi-février 2022, révé­lant une pol­lu­tion de l’air impor­tante et nocive aux abords des éta­blis­se­ments sco­laires de Grenoble. Sa conclu­sion ? L’étude cor­ro­bore ses propres ana­lyses : la pol­lu­tion du centre-ville pié­ton­nisé n’a pas dis­paru mais s’est repor­tée sur les autres voies de cir­cu­la­tion, notam­ment aux abords de six écoles situées sur ces axes ; et la pol­lu­tion de l’air émane prin­ci­pa­le­ment du chauf­fage à bois. La sor­tie du die­sel n’est donc, selon eux, pas l’ur­gence, contrai­re­ment à ce que « pré­tend » le maire Éric Piolle.

L’étude de l’as­so­cia­tion Respire arrive à point nommé pour les mili­tants de Grenoble à cœur. Ses résul­tats tendent en effet à confir­mer les effets de bord de la démarche Cœur de Ville cœur de Métropole (CVCM) en matière de pol­lu­tion de l’air. Or, depuis plus de cinq ans, les mili­tants n’ont de cesse de dénon­cer la révi­sion du plan de cir­cu­la­tion induit par CVCM et de cri­ti­quer, en par­ti­cu­lier, l’une de ses mesures phares : la fer­me­ture aux voi­tures de l’axe Agutte-Sembat tra­ver­sant le centre-ville. Le col­lec­tif s’est tou­jours opposé à cette mesure radi­cale, au motif qu’elle n’al­lait faire que dépla­cer la cir­cu­la­tion sur les axes de cir­cu­la­tion périphériques.

La pol­lu­tion au NO2 a moins baissé près des écoles concer­nées par CVCM, observe Grenoble à coeur

Se pen­chant de près sur l’é­tude Respire, le col­lec­tif a ainsi com­paré l’é­vo­lu­tion des niveaux de pol­luants de l’air autour des divers éta­blis­se­ments sco­laires de Grenoble pour en conclure que les sept éta­blis­se­ments 1Le col­lège de l’Aigle (entre Lesdiguières-Gambetta, le bd Foch et le cours Jean-Jaurès), le col­lège Champollion (croi­se­ment Lesdiguières-Gambetta), l’école mater­nelle Marceau (entre Lesdiguières-Gambetta et le bd Foch), l’école mater­nelle Jean-Jaurès (entre le cours-Jean Jaurès et le bd Gambetta), l’école pri­maire Jean-Jaurès (cours Jean-Jaurès) et l’école élé­men­taire Marianne-Cohn (rue Hoche) qui n’existait pas en 2015. à l’ex­cep­tion de l’é­cole Diderot, où la pol­lu­tion au dioxyde d’a­zote (NO2) a le moins baissé entre 2015 et 2019, ont « pour point com­mun d’être situés dans les sec­teurs du centre-ville où la fer­me­ture du Boulevard Agutte-Sembat a reporté la cir­cu­la­tion ».

Grenoble à coeur observe que les niveaux de PM 2,5 sont sensiblement les mêmes aux abords de toutes les établissements scolaire de Grenoble, d'après l'étude Respire. Si la concentration du polluant a baissé, il reste encore très élevé au regard du nouveau seuil de l'OMS, comme de l'ancien.

Grenoble à cœur observe que les niveaux de PM 2,5 sont sen­si­ble­ment les mêmes aux abords de tous les éta­blis­se­ments sco­laires de Grenoble, d’a­près l’é­tude Respire. Si la concen­tra­tion du pol­luant a baissé, il reste encore très élevé au regard du nou­veau seuil de l’OMS, comme de l’ancien.

Pour ces six éta­blis­se­ments, la baisse de la pol­lu­tion au NO2 entre 2015 et 2019 a été « de seule­ment ‑12% au lieu de ‑19% pour la soixan­taine d’établissements » qui affi­chaient une concen­tra­tion en NO2 supé­rieure ou égale à 30 μg/m3 en 2015. Exprimée en concen­tra­tion de pol­luant, cette dif­fé­rence est plus élo­quente, comme l’in­dique Grenoble à cœur : « En terme de concen­tra­tion dans l’air, cela s’est tra­duit par ‑4,3 μg/m3 de baisse dans la période, au lieu de ‑6,2 μg/m3. C’est un tiers de baisse en moins.»

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 58 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Sortie des enfants à l'école primaire Jean Jaurès, février 2020 © Ambre Croset
Grenoble : des niveaux éle­vés de pol­luants aux abords des écoles selon une étude de l’as­so­cia­tion Respire

FOCUS - Tous les établissements scolaires de Grenoble sont exposés à des concentrations de polluants de l'air dangereuses pour la santé des enfants, selon une étude de Lire plus

La Ville de Grenoble et les associations accusent le FDPTIMA de financer le trafic routier dans la vallée de la Maurienne avec les bénéfices du trafic routier de la vallée de l’Arve. © evoPix.evolo / Shutterstock
Pollution de l’air des val­lées alpines : la Ville de Grenoble relance la bataille judiciaire

FOCUS - La Ville de Grenoble a annoncé, ce mardi 18 janvier 2022, qu'elle faisait appel du non-lieu prononcé pour sa plainte de 2018 concernant Lire plus

A Grenoble, le nouvel indice de la qualité de l'air fait exploser le nombre de jours pollués. Et ? Rien. Car la règlementation n'a pas changé.
Pollution de l’air aux par­ti­cules fines : le bas­sin gre­no­blois placé en vigi­lance jaune, le Nord-Isère en vigi­lance orange

FLASH INFO - Un nouvel épisode de pollution de l'air aux particules fines touche le département de l'Isère. La procédure préfectorale d'information-recommandation a ainsi été Lire plus

L'application Karos se présente comme "l’application n°1 du covoiturage pour les trajets domicile-travail : simple, rapide et sans contraintes". DR
Karos lance un dis­po­si­tif de covoi­tu­rage gra­tuit pour les étu­diants gre­no­blois, financé par les entre­prises « pollueuses »

FOCUS - En région grenobloise, la plateforme de covoiturage domicile-travail Karos a mis au point un dispositif de covoiturage gratuit pour des étudiants se rendant Lire plus

L'État condamné à verser 10 millions d'euros pour lutte insuffisante contre la pollution, notamment sur le territoire grenoblois
L’État condamné à ver­ser 10 mil­lions d’eu­ros pour lutte insuf­fi­sante contre la pol­lu­tion de l’air, notam­ment sur le ter­ri­toire grenoblois

FIL INFO - Le Conseil d'État condamne l'État à une astreinte de 10 millions d'euros pour insuffisances dans la lutte contre la pollution de l'air. Lire plus

Christophe Ferrari dénonce la suppression de la CVAE, qui représente 40 millions d'euros par an pour la Métropole
Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole de Grenoble : « La sor­tie du die­sel concerne 100 000 véhi­cules : c’est nor­mal qu’il y ait débat ! »

TROIS QUESTIONS À - Tous les établissements scolaires de la capitale verte européenne 2022 baignent dans un air pollué et nocif pour la santé de Lire plus

Flash Info

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

|

05/07

11h23

|

|

04/07

18h57

|

|

04/07

17h13

|

|

04/07

16h03

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Culture| Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

Politique| Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

Agenda

Je partage !