L'ESRF de Grenoble révèle que la météorite (probablement) responsable de la fin des dinosaures a touché la Terre au printemps

L’ESRF de Grenoble révèle que la météo­rite (pro­ba­ble­ment) res­pon­sable de la fin des dino­saures a tou­ché la Terre au printemps

L’ESRF de Grenoble révèle que la météo­rite (pro­ba­ble­ment) res­pon­sable de la fin des dino­saures a tou­ché la Terre au printemps

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FLASH INFO – C’est au prin­temps que s’est scel­lée la fin du règne des dino­saures. Telle est la conclu­sion d’une équipe inter­na­tio­nale de scien­ti­fiques, com­po­sée de cher­cheurs sué­dois, néer­lan­dais, belges… et gre­no­blois. Le Synchrotron euro­péen de Grenoble (ESRF) est en effet l’ou­til qui a per­mis de mener les études.

Petit rap­pel pour ceux qui n’é­taient pas encore nés : voilà 66 mil­lions d’an­nées, un météo­rite de plus de 10 kilo­mètres de dia­mètre per­cu­tait la terre près de la pénin­sule du Yucatán, dans notre Mexique actuel. Une col­li­sion, et ses consé­quences, esti­mées comme res­pon­sables de la dis­pa­ri­tion des dino­saures. Même si une étude récente, citée par L’Express, laisse entendre que leur popu­la­tion était déjà très affai­blie depuis plu­sieurs mil­lions d’années.

Le cratère de Chicxulub au Mexique, causé par l'impact d'une météorite qui aurait, selon le consensus scientifique en vigueur, causé la disparition des dinosaures. La collision aurait eu lieu au printemps, révèle aujourd'hui une équipe de scientifiques grâce à l'ESRF de Grenoble.

Le cra­tère de Chicxulub au Mexique, causé par l’im­pact d’une météo­rite qui aurait, selon le consen­sus scien­ti­fique en vigueur, causé la dis­pa­ri­tion des dino­saures. La col­li­sion aurait eu lieu au prin­temps, révèle aujourd’­hui une équipe de scien­ti­fiques grâce à l’ESRF de Grenoble.

La dis­pa­ri­tion des dino­saures est inso­lite, sou­ligne l’é­quipe inter­na­tio­nale : « Tous les dino­saures non aviaires, les pté­ro­saures, les ammo­nites et la plu­part des rep­tiles marins ont dis­paru, tan­dis que les mam­mi­fères, les oiseaux, les cro­co­diles et les tor­tues ont sur­vécu ». Découvrir que la catas­trophe a eu lieu au prin­temps, via notam­ment l’a­na­lyse du déve­lop­pe­ment des cel­lules osseuses de fos­siles de pois­sons, peut appor­ter un début de réponse au mystère.

En effet, qui dit prin­temps dans l’hé­mi­sphère nord dit… automne dans l’hé­mi­sphère sud. Soit une sai­son où les orga­nismes se pré­pa­raient pour l’hi­ver. « Les orga­nismes qui s’a­bri­taient dans des grottes ou des ter­riers parce qu’ils entraient en hiber­na­tion étaient beau­coup plus sus­cep­tibles de sur­vivre », expliquent les cher­cheurs. Une piste à creu­ser pour les futures études de paléontologie ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Illustration d'un Heterodontosaurus tucki, l'un des dinosaures sud-africains. © Radermacher et al.
Le syn­chro­tron de Grenoble a per­mis d’élucider un nou­veau mode res­pi­ra­toire chez les dinosaures

FIL INFO - Des chercheurs de l’ESRF ont permis à une équipe scientifique internationale de découvrir le mode respiratoire d’Heterodontosaurus tucki, un dinosaure sud-africain vieux Lire plus

Étude des œufs de Mussaurus patagonicus à l’ESRF © ESRF
Grâce à l’ESRF, la data­tion des com­por­te­ments sociaux chez les dino­saures est recu­lée de plus de 40 mil­lions d’années !

FOCUS – Traversés par les rayons X du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF), des œufs fossilisés de dinosaures provenant d’un vaste site à fossiles de Lire plus

L’Archéoptéryx, pre­mier dino­saure à plumes, volait, révèle le syn­chro­tron de Grenoble

FIL INFO - L'Archéoptéryx pratiquait le vol actif. Voilà ce qu’affirme, preuves à l’appui, une équipe internationale de scientifiques dont font partie des chercheurs du Lire plus

Les dinosaures couraient volaient et... nageaient. Lumière sur une nouvelle espèce de dinosaure, semi-aquatique, entre le cygne et le pingouin...
Une nou­velle espèce de dino­saure, semi-aqua­tique, révé­lée aux rayons X du Synchrotron

EN BREF - Une nouvelle espèce de dinosaure vient d'être révélée sous les rayons X du synchrotron européen de Grenoble. Un dinosaure semi-aquatique, lié à la Lire plus

Des paléontologues examinent des fossiles de dinosaures au synchrotron Photo © Argoud ESRF
Des œufs de dino­saures pas­sés au scan­ner des cher­cheurs du synchrotron

Durant quatre jours et quatre nuits, des fossiles d’œufs de dinosaures ont été analysés au synchrotron européen de Grenoble – ce puissant scanner qui permet de Lire plus

Des empreintes « remar­quables » de dino­saures décou­vertes sur le site de la Bastille

Un nouveau Jurassic Park à la Bastille ? Menées par une équipe internationale de paléontologues, des fouilles ont permis de découvrir des traces « remarquables » de Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Environnement| Un incen­die dû à la foudre ravage une ving­taine d’hec­tares de végé­ta­tion assé­chée à La Buisse près de Voreppe

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin