Troubles obses­sion­nels com­pul­sifs : appel à volon­taires sains pour une recherche cli­nique sur la sti­mu­la­tion céré­brale profonde

Troubles obses­sion­nels com­pul­sifs : appel à volon­taires sains pour une recherche cli­nique sur la sti­mu­la­tion céré­brale profonde

FIL INFO – Audrey Kist, doc­to­rante en psy­cho­lo­gie cog­ni­tive et neu­ros­ciences à l’Institut des Neurosciences de Grenoble, lance un appel à recru­te­ment de volon­taires pour par­ti­ci­per à une recherche cli­nique rému­né­rée sur la per­cep­tion visuelle et la prise de déci­sion. L’objectif ? Mieux com­prendre les effets thé­ra­peu­tiques de la sti­mu­la­tion céré­brale pro­fonde sur des per­sonnes atteintes de troubles obses­sion­nels com­pul­sifs (Tocs) invalidants.

Grenoble est un centre reconnu de trai­te­ment des troubles obses­sion­nels com­pul­sifs (Tocs) par la sti­mu­la­tion céré­brale pro­fonde (SCP)1Cette tech­nique consiste en l’implantation d’une élec­trode dans une zone du cer­veau afin d’appliquer un cou­rant élec­trique à haute fré­quence de façon chro­nique. ciblant une zone qui s’ap­pelle le noyau sous-tha­la­mique. Cependant, « les méca­nismes cog­ni­tifs » sur les­quels reposent les effets thé­ra­peu­tiques de la sti­mu­la­tion res­tent à préciser.

Stimulation cérébrale profonde des noyaux sous-thalamiques (en orange) au moyen d'électrodes. DR

Méthode de trai­te­ment des Tocs sévères par sti­mu­la­tion céré­brale pro­fonde des noyaux sous-tha­la­miques (en orange) au moyen d’élec­trodes. DR

« Afin de mieux com­prendre com­ment la sti­mu­la­tion réduit les symp­tômes psy­chia­triques, je mène actuel­le­ment des expé­riences sur la per­cep­tion, la prise de déci­sion et la confiance, avec des patients ainsi que des volon­taires sains », explique Audrey Kist, doc­to­rante en psy­cho­lo­gie cog­ni­tive et neu­ro­cog­ni­tion (PCN) à l’Institut des neu­ros­ciences de Grenoble (Gin), en par­te­na­riat avec le Laboratoire de psy­cho­lo­gie et de neu­ro­cog­ni­tion (LPNC).

Recrutement de volon­taires sains pour des exer­cices sur ordinateur

La jeune doc­to­rante a besoin de com­plé­ter son groupe de per­sonnes contrôles pour pour­suivre sa recherche cli­nique super­vi­sée par le Pr Mircea Polosan, res­pon­sable du sec­teur des troubles de l’humeur et des patho­lo­gies de l’émotion au Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire Grenoble Alpes (Chuga), et vali­dée par le Comité d’é­thique pour la recherche Grenoble Alpes (Cerga). Ainsi recrute-t-elle jus­qu’à la mi-février 2022 des volon­taires sains que les tutelles rému­nè­re­ront à hau­teur de 40 euros au titre de leur participation.

Mesure de l'activité électrique du cerveau d'un volontaire au cours des expériences sur l'ordinateur. © Audrey Kist

Mesure de l’ac­ti­vité élec­trique du cer­veau d’un volon­taire au cours des expé­riences sur l’or­di­na­teur. © Audrey Kist

« Les expé­riences sont des exer­cices2Volet per­cep­tion visuelle : « on pré­sente une séquence de quatre secondes de bruit visuel – comme de la neige de télé­vi­seur – et à un moment appa­raît une photo de visage plus ou moins contras­tée, ou rien du tout. Le sujet doit dire s’il a vu quelque chose, et s’il est sûr de lui ou non », explique la doc­to­rante. Quant au test sur la prise de déci­sion, « on pré­sente au sujet un jeu de pré­ci­sion avec une mise en jeu d’argent vir­tuel. Le sujet doit choi­sir s’il joue ou non pour cette mise en jeu. Et ce, en essayant de gagner le plus d’argent pos­sible ». à faire sur un ordi­na­teur pen­dant qu’on enre­gistre l’ac­ti­vité céré­brale du sujet au moyen d’un élec­troen­cé­pha­lo­gramme (EEG)3Bonnet équipé d’élec­trodes pas­sives », explique encore Audrey Kist. Le tout, en vue de répondre à des ques­tions telles que : « lors­qu’on allume le neu­ro­sti­mu­la­teur, le com­por­te­ment des patients est-il plus proche de celui des sujets sains, que lorsque qu’on éteint le sti­mu­la­teur ? », cite-t-elle en exemple.

« Nous ano­ny­mi­sons les données »

Les tests seront orga­ni­sés sur le cam­pus au LPNC. Leur durée est d’en­vi­ron quatre heures par par­ti­ci­pant. À savoir : une heure d’ins­tal­la­tion, deux heures d’ex­pé­rience devant l’ordinateur et trente à qua­rante-cinq minutes pour répondre à un ques­tion­naire. « Nous ano­ny­mi­sons bien sûr les don­nées », ajoute la jeune chercheuse.

Les cri­tères pour par­ti­ci­per à cette étude ? « Afin de consti­tuer un groupe de patients et un groupe de sujets sains com­pa­rables en âge et en niveau d’é­tudes, je recherche des hommes ou des femmes âgés de 30 à 50 ans et ayant un niveau d’études CAP, BEP, Brevet ou Bac. Ils ne doivent pas souf­frir de mala­die psy­chia­trique ou neu­ro­lo­gique. Ni avoir subi de trau­ma­tisme crâ­nien et ne pas être sous trai­te­ment psy­cho­trope. Ils doivent enfin pos­sé­der une vue nor­male ou cor­ri­gée à la nor­male mais sans dal­to­nisme », pré­cise Audrey Kist.

Aussi, toute per­sonne sou­hai­tant « faire avan­cer la science » et répon­dant à ces cri­tères peut-elle envoyer un mail à perception.​[email protected]​gmail.​com

Vers de nou­velles appli­ca­tions de la sti­mu­la­tion céré­brale profonde
Historiquement mise au point à Grenoble dans les années 80 par le Professeur Alim Louis Benabid pour la mala­die de Parkinson, la sti­mu­la­tion céré­brale pro­fonde (SCP) a démon­tré une effi­ca­cité spec­ta­cu­laire sur les patients par­kin­so­niens trai­tés qui, une fois « neu­ro­sti­mu­lés », ne tremblent plus. En plus d’être uti­li­sée pour soi­gner par­fois d’autres troubles moteurs tels que le trem­ble­ment essen­tiel, cette tech­no­lo­gie médi­cale est aujourd’hui tes­tée sur des troubles psy­chia­triques réfrac­taires à tout trai­te­ment exis­tant, dont cer­tains Tocs, mais aussi dans le cas de dépres­sions sévères ou encore l’anorexie et l’épilepsie.

Véronique Magnin

Auteur

1 commentaire sur « Troubles obses­sion­nels com­pul­sifs : appel à volon­taires sains pour une recherche cli­nique sur la sti­mu­la­tion céré­brale profonde »

  1. Bjr pour­quoi sur Perpignan il y a pas de recherche ou de cher­cheurs qui inté­ressé aux tocs

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Prix de l’in­ven­teur euro­péen 2016 pour le Pr Benabid, fon­da­teur de Clinatec

ÉVÉNEMENT - Le professeur grenoblois Alim-Louis Benabid, fondateur de Clinatec, a été récompensé ce jeudi 9 juin du prix de l’inventeur européen 2016, dans la Lire plus

Alim-Louis Benabid a centré ses travaux sur plusieurs pathologies neurochirurgicales, en particulier les tumeurs cérébrales et les mouvements anormaux, en développant la chirurgie stéréotaxique. Il est également conseiller scientifique au CEA (DRT). Portrait réalisé à Grenoble, 2008.
Parkinson : le Pr Benabid consacré

FOCUS - Les travaux du neurochirurgien Alim-Louis Benabid ont été récompensés du prestigieux prix Lasker, l’équivalent du prix Nobel pour la recherche médicale. La stimulation Lire plus

Le CEA, l'UGA et le CHU de Grenoble en phase d'essai clinique d'une nouvelle technologie contre Parkinson
Le CEA, l’UGA et le CHU de Grenoble en phase d’es­sai cli­nique d’une nou­velle tech­no­lo­gie contre Parkinson

  FLASH INFO — "Ralentir l’évolution de la maladie de Parkinson par la neuroillumination". Tel est l'axe de recherche engagé par le CEA, le CHU Lire plus

Clinatec parie sur l’alliance technologies - neurosciences pour lutter contre les maladies et les handicaps moteurs. Voici les premiers essais cliniques.
Tétraplégies, obé­sité maligne, Tocs… Clinatec se lance dans les pre­miers essais cliniques

CLINATEC ÉPISODE 3 - Depuis le milieu du XXe siècle, les sciences transforment les corps, la vie des hommes, leur espérance de vie. Clinatec, centre Lire plus

Parkinson : un sys­tème de détec­tion dans les larmes mis au point par des étu­diants grenoblois

  EN BREF – Treize étudiants grenoblois ont mis au point un dispositif pour détecter la maladie de Parkinson dans de simples échantillons de larmes. Lire plus

Guy Janet-Maître, délégué Savoie de France Parkinson (1er en partant de la gauche), Hervé de Dave Davy, délégué Isère et Christiane Gachet, déléguée Rhône-Alpes Auvergne. © Véronique Magnin – Place Gre’net
Maladie de par­kin­son : des patients neu­ro­sti­mu­lés à Grenoble témoignent

FOCUS - Alors que le professeur Alim-Louis Benabid, fondateur de Clinatec, vient de recevoir le prix de l’inventeur européen 2016, dans la catégorie recherche, pour Lire plus

Flash Info

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

19h33

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Agenda

Je partage !