Inauguration de l'exposition « Art et Science : un demi-siècle d’existence pour le laboratoire ARC-Nucléart » au Musée dauphinois. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Pour ses 50 ans, l’atelier Arc-Nucléart d’irradiation gamma au ser­vice du patri­moine, s’expose au Musée dauphinois

Pour ses 50 ans, l’atelier Arc-Nucléart d’irradiation gamma au ser­vice du patri­moine, s’expose au Musée dauphinois

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS - L'atelier grenoblois Arc-Nucléart qui met l'irradiation gamma au service du patrimoine fête ses 50 ans. Pour l'occasion, le Musée dauphinois rend hommage à cet atelier de restauration et de recherche hébergé au CEA de Grenoble à travers une exposition retraçant son histoire. Au nombre de ses réalisations remarquables, le sauvetage de centaines de pièces issues des collections du musée, conservées dans les murs de l’ancien couvent Sainte-Marie-d’en-Haut.

« Cette exposition est là pour marquer nos 50 ans d’existence. L’occasion m’est ainsi donnée de rendre hommage à l’ingénieur Louis de Nadaillac, qui a eu cette idée originale au début des années 1970 de sauver de la destruction des sculptures en bois polychromées au moyen de l’irradiation. » Tels ont été les premiers mots de Christian Vernou, conservateur en chef du patrimoine de l'Atelier de recherche et de conservation grenoblois Arc-Nucléart11Doté d’un budget d’1,5 million d’euros, l’atelier Arc-Nucléart est un groupement indépendant d'intérêt public soutenu par quatre partenaires: le CEA, le ministère de la Culture, la Ville de Grenoble et l'association ProNucléart, ce jeudi 25 novembre 2021 au Musée dauphinois, lors de l’inauguration de l’exposition « Art et Science : un demi-siècle d’existence pour le laboratoire Arc-Nucléart », à découvrir jusqu’au 28 février 2022 dans la galerie du cloître.

Une trentaine de panneaux y exposent les instruments utilisés par l’équipe d’Arc-Nucléart composée de chimistes, physiciens, techniciens, restaurateurs et conservateurs pour sauver, grâce au nucléaire, des chef-d'œuvres et autres objets patrimoniaux emblématiques dont le public peut aussi admirer les photographies.

Christian Vernou, conservateur en chef du patrimoine d’ARC-Nucléart devant une photographie de la Vierge à l’Enfant de Flavigny-sur Ozerain en Côte d’Or restaurée par l’atelier en 1971. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Christian Vernou, conservateur en chef du patrimoine d’Arc-Nucléart devant la  photographie de la Vierge à l’Enfant restaurée par l’atelier en 1971. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Le lieu de l'exposition n'est pas fortuit. De fait, le Musée dauphinois est le premier établissement culturel à avoir sollicité, dans les années 70, les services de l’atelier laboratoire hébergé sur le site du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Grenoble. En l'occurrence, un choix de la dernière chance pour sauver des pièces de ses collections qui continuaient à se dégrader, en dépit des soins déjà prodigués. Ainsi, l'application du nucléaire a-t-elle permis de prolonger la vie de centaines de pièces dont L’homme sauvage, figure mythique de la montagne alpine qui trône à l’entrée de l’exposition.

« L’homme sauvage », figure mythique de la montagne alpine sauvé de la dégradation par l'équipé d'ARC-Nucléart. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Statue de « L’homme sauvage », sauvé de la dégradation par l'équipé d'Arc-Nucléart. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Depuis cinquante ans, Arc-Nucléart plastifie par irradiation des milliers d'objets du patrimoine

Le rayonnement gamma émis lors de la désintégration de noyaux atomiques (réaction nucléaire) est en particulier utilisé pour durcir les objets dégradés et donc poreux, préalablement imprégnés d’une résine hydrophobe12Qui n’aime pas l’eau plastifiante. Le tout selon le procédé baptisé Nucléart13Cette technique est également appliquée à d’anciens objets en fer devenus poreux sous l’effet de la corrosion ou en pierre altérée par la pluie, le gel, le vent ou le soleil. À la condition que ces pièces de pierre soient démontables comme un balustre ou une sculpture. (voir encadré) qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet dans les années 70. Cette technique est spécialement adaptée au traitement d'objets constitués de matière organique14 Bois, cuir, os, cornes et fibres végétales (vanneries, tissus etc.), qu'Arc-Nucléart a déjà sauvés par milliers.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 74 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Peuple Rikbaktsa, coiffes en plumes de perroquet, d'aras, de hocco et toucan. Collection du musée d'histoire naturelle de Lille. © Philip Bernardbleu
Exposition Amazonie[s] forêt-monde au musée dau­phi­nois de Grenoble : immer­sion au cœur d’un éco­sys­tème en grand danger

FOCUS - Après deux ans de préparation, l'exposition Amazonie[s], forêt-monde est enfin ouverte au public et le restera jusqu'au 2 mai 2022 au musée dauphinois Lire plus

signature pour donation meuble hache
Le musée dau­phi­nois reçoit une impor­tante dona­tion de meubles Hache d’un col­lec­tion­neur privé

FLASH INFO – Le Musée dauphinois a reçu une donation de meubles Hache, du nom d'une célèbre dynastie d'ébénistes dauphinois. Tous appartenaient à Maître Stéphane Lire plus

Face à une grève très suivie, la Ville de Grenoble annule la restauration scolaire du jeudi 25 novembre
Face à une grève très sui­vie, la Ville de Grenoble annule la res­tau­ra­tion sco­laire du jeudi 25 novembre

FLASH INFO — Après un mouvement de grève très suivi dans les écoles grenobloises mardi 23 novembre, la Ville de Grenoble annonce annuler la restauration Lire plus

Le Mary Rose. © The Mary Rose Trust
Les rayons X de l’ESRF ont exploré un ves­tige du Mary Rose, navire de guerre pré­féré d’Henri VIII

FLASH INFO - Une technique du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF) offre de nouvelles perspectives pour la conservation du Mary Rose, navire de guerre préféré Lire plus

© Gilles-Marie Moreau
Restauration du patri­moine reli­gieux ancien de Grenoble : « un plan d’urgence s’impose »

  TRIBUNE LIBRE - Gilles-Marie Moreau, historien, auteur de plusieurs livres sur l'histoire de Grenoble et de sa région, nous a transmis un courrier qu'il Lire plus

Le syn­chro­tron de Grenoble va contri­buer à mieux conser­ver Le Cri, chef‑d’œuvre d’Edvard Munch

  FOCUS – Grâce au synchrotron européen de Grenoble, une équipe scientifique internationale a démontré que l’humidité était la principale cause de la dégradation du Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin