Une vaste affaire de traite d'êtres humains dans des restaurants de l'Isère devant la justice

Une vaste affaire de traite d’êtres humains dans des res­tau­rants de l’Isère devant la justice

Une vaste affaire de traite d’êtres humains dans des res­tau­rants de l’Isère devant la justice

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Pas moins de vingt per­sonnes sont convo­quées devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le 6 décembre 2021, dans le cadre notam­ment de soup­çons de traite d’êtres humains en Isère. Le tout en lien avec un réseau fai­sant tra­vailler des per­sonnes en situa­tion irré­gu­lière dans des res­tau­rants viet­na­miens de l’Isère. Chérif Boutafa, élu d’op­po­si­tion de Grenoble, ainsi que son épouse, font par­tie des per­sonnes mises en cause.

Ce sont pas moins de vingt per­sonnes qui sont convo­quées devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le 6 décembre 2021, après pré­sen­ta­tion du dos­sier le 12 novembre, dans le cadre (entre autres) de soup­çons de traite d’êtres humains en Isère. Selon Le Dauphiné libéré, qui a consa­cré une grande enquête à l’af­faire, un réseau fai­sait tra­vailler, ou plu­tôt « exploi­tait », des migrants en situa­tion irré­gu­lière dans des res­tau­rants viet­na­miens de la région grenobloise.

Le restaurant China Moon de Grenoble. © Google Maps

Le res­tau­rant China Moon de Grenoble est notam­ment dans le viseur de la jus­tice. © Google Maps

Les per­sonnes étaient ainsi sous-payées et logées dans des condi­tions par­fois insa­lubres, révèle l’en­quête. Des dizaines de migrants seraient ainsi pas­sées entre les mains du réseau entre 2017 et 2020. C’est la décou­verte de faux titres de séjour, iden­ti­fiés par un éta­blis­se­ment ban­caire de la région gre­no­bloise puis par la pré­fec­ture de l’Isère, qui a lancé les enquê­teurs sur la piste du réseau isérois.

Le Wok Asia de Meylan ou le China Moon de Grenoble concernés

Parmi les per­sonnes mises en cause, plu­sieurs gérants de res­tau­rants gre­no­blois. Notamment le Wok Asia de Meylan, le New Saigon de Crolles ou le China Moon de Grenoble. Dans ce der­nier cas, indique Le Dauphiné libéré, les enquê­teurs ont décou­vert que les “employés” du res­tau­rant dor­maient sur des cou­ver­tures dans la salle prin­ci­pale de l’é­ta­blis­se­ment, une fois ses portes closes.

Le China Moon fermé pour cause de Covid? La mise en cause de son gérant dans le cadre de soupçons de traite d'êtres humains en bande organisée laisse penser à d'autres motifs. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le China Moon fermé pour cause de Covid ? La mise en cause de son gérant dans le cadre de soup­çons de traite d’êtres humains en bande orga­ni­sée laisse pen­ser à d’autres motifs. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le China Moon est aujourd’­hui fermé. Sur sa porte, un écri­teau indi­quait que la fer­me­ture « indé­ter­mi­née » avait pour cause une « sus­pi­cion de cas Covid-19″. Une infor­ma­tion qui semble avant tout rele­ver du pré­texte, au regard des cir­cons­tances. « La direc­tion met­tra tout en œuvre pour une ouver­ture pro­chaine », explique encore l’af­fi­chette. Aujourd’hui, Google men­tionne l’é­ta­blis­se­ment comme « défi­ni­ti­ve­ment fermé »…

Son gérant (éga­le­ment co-gérant du Wok Asia) est en effet mis en exa­men pour traite d’êtres humains, usage de faux docu­ments, emploi d’un étran­ger sans auto­ri­sa­tion de tra­vail ou encore aide au séjour irré­gu­lier d’un étran­ger en France. Des faits qui auraient pu être com­mis, dans cer­tains cas, en bande orga­ni­sée. Autant de délits qui pré­voient des peines allant de trois… à vingt ans d’emprisonnement.

Chérif Boutafa et son épouse mis en cause

Autre mis en cause dans le dos­sier ? Le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion de Grenoble Chérif Boutafa, ainsi que son épouse. L’élu, agent de la Métro et jusque-là syn­di­ca­liste FO à la Ville de Grenoble (cf. enca­dré), n’est pas mis en cause dans le cadre de la traite d’êtres humains, mais pour « aide à l’entrée, à la cir­cu­la­tion ou au séjour irré­gu­liers d’un étran­ger en France en bande orga­ni­sée ». Un délit pou­vant conduire à dix ans d’emprisonnement.

Si Chérif Boutafa n'est pas mis en cause pour traite d'êtres humains, il est toutefois convoqué par la justice sur des suspicions d'aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’un étranger en France en bande organisée. © Corentin Bemol - Place Gre'net

Si Chérif Boutafa n’est pas mis en cause pour traite d’êtres humains, il est tou­te­fois convo­qué par la jus­tice pour des sus­pi­cions d’aide à l’entrée, à la cir­cu­la­tion ou au séjour irré­gu­liers d’un étran­ger en France en bande orga­ni­sée. © Corentin Bemol – Place Gre’net

Le Dauphiné libéré rap­porte que l’é­pouse de Chérif Boutafa tra­vaillait au Wok Asia, avec notam­ment la charge du plan­ning. Son mari pos­sède en effet 49 % des actions du res­tau­rant. Si la prin­ci­pale inté­res­sée, de même que son mari, contestent avoir su que des per­sonnes en situa­tion irré­gu­lière étaient employées dans l’é­ta­blis­se­ment, des écoutes télé­pho­niques indi­que­raient le contraire. Pour ne rien arran­ger, les enquê­teurs auraient décou­vert 22 000 euros en liquide au domi­cile du couple. De l’argent « retiré d’un compte d’é­pargne », assure-t-il.

La ques­tion du res­tau­rant Wok Asia n’est pas nou­velle en ce qui concerne les Boutafa. En mai 2021, la Ville de Grenoble avait déposé plainte pour « escro­que­rie » contre l’é­pouse de Chérif Boutafa, alors que celle-ci tra­vaillait pour le res­tau­rant tout en étant rému­né­rée à 100 % par la muni­ci­pa­lité dans le cadre d’un inci­dent du tra­vail. Un pré­ju­dice estimé à plu­sieurs dizaines de mil­liers d’eu­ros. « Des inep­ties », avait répli­qué l’élu d’opposition.

Chérif Boutafa sus­pendu par FO

Par un com­mu­ni­qué daté du mer­credi 10 novembre 2021, le syn­di­cat Force ouvrière a annoncé “sus­pendre l’adhésion de mon­sieur Chérif Boutafa”, jusque-là secré­taire géné­ral FO de la Ville de Grenoble. “Tout en res­pec­tant la pré­somp­tion d’innocence, la Fédération des per­son­nels des ser­vices publics et de santé Force ouvrière a décidé de sus­pendre l’adhésion de Chérif Boutafa jusqu’à la déci­sion de jus­tice ren­due dans cette affaire. Pendant cette période, Chérif Boutafa ne pourra se pré­va­loir de notre orga­ni­sa­tion syn­di­cale ou exer­cer une quel­conque res­pon­sa­bi­lité au sein des struc­tures locales rele­vant de notre fédé­ra­tion”, pré­cise le com­mu­ni­qué. Le syn­di­cat lui avait jusque-là tou­jours assuré son sou­tien, mal­gré sa double cas­quette en tant que délé­gué syn­di­cal et élu muni­ci­pal d’op­po­si­tion qui avait fait polé­mique.

(enca­dré ajouté le 12 novembre 2021 à 10 heures)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le festival Migrant' Scène de la Cimade de retour sur Grenoble du 12 novembre au 5 décembre 2021
Le fes­ti­val Migrant” Scène de la Cimade de retour sur Grenoble du 12 novembre au 5 décembre 2021

FIL INFO - Le festival Migrant's Scène est de retour à Grenoble du 12 novembre au 5 décembre 2021. Avec, au programme, plusieurs projections-débats, des Lire plus

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour soutenir les "7 de Briançon". © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : ras­sem­ble­ment en sou­tien aux « 7 de Briançon », jugés pour avoir aidé des migrants à pas­ser la frontière

  EN BREF - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, jeudi 27 mai 2021, devant le tribunal de Grenoble pour afficher leur soutien aux Lire plus

Retour sur les finances 2020 : la crise sanitaire a mis Grenoble KO
La Ville de Grenoble a porté plainte pour escro­que­rie contre l’é­pouse de l’élu Chérif Boutafa

  FIL INFO - Lors du conseil municipal de ce lundi 17 mai 2021, Pierre Mériaux, adjoint délégué au personnel, a fermement démenti les allégations Lire plus

Le syndicat FO de la Ville de Grenoble affirme son soutien à Chérif Boutafa
Chérif Boutafa en conflit d’in­té­rêts ? FO Grenoble réaf­firme son sou­tien à son secré­taire général

  DROIT DE SUITE — Faisant suite à l'article publié par Place Gre'net sur Chérif Boutafa, secrétaire général Force ouvrière et élu d'opposition de la Lire plus

Chérif Boutafa, élu d’op­po­si­tion à Grenoble et syn­di­ca­liste FO, dénonce une ten­ta­tive de « putsch »

  FOCUS - Drôle d'ambiance en Isère chez Force ouvrière. La Ville de Grenoble a en effet reçu un courrier, signé du délégué régional FO, Lire plus

Le col­lec­tif de Chérif Boutafa offi­cia­lise son alliance avec celui d’Alain Carignon

  FIL INFO — L'annonce est désormais officielle : le collectif constitué autour d'une possible candidature grenobloise de Chérif Boutafa rejoint celui de la Société Lire plus

Flash Info

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

|

03/08

15h57

|

|

03/08

13h04

|

Les plus lus

Flash info| Séparatisme et com­mu­nau­ta­risme : le pré­fet de l’Isère demande des expli­ca­tions face aux bur­ki­nis dans une pis­cine de Grenoble

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Environnement| « Chasses pré­si­den­tielles » en Isère : le mili­tant Jean-François Noblet condamné pour diffamation

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin