Le loup agite les passions

Loup et monde agri­cole : “le gros pro­blème, c’est qu’il n’y a aucun débat entre les pro et les anti”

Loup et monde agri­cole : “le gros pro­blème, c’est qu’il n’y a aucun débat entre les pro et les anti”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS - Avec l'affaire de la "queue de loup", les autorisations de tir de défense demandées par les éleveurs sont au coeur du débat en ce mois d'octobre 2021. Cependant, qu'en est-il de la position des "pro-loup" ? Pourquoi l'Etat protège t-il ces grands prédateurs, alors même qu'il permet leur abattage dans certaines conditions ? Éléments de réponse avec un guide spécialiste de la question du loup.

"L'Etat ménage la chèvre et le chou", soupire Victor2Prénom d'emprunt. Le professionnel interviewé a souhaité rester absolument anonyme, déclarant que sans cela il aurait "un loup mort dans son jardin" dès le lendemain de l'interview. Une illustration, si besoin était, des tensions considérables autour de cette question… d'entrée de jeu, en réaction à nos questions sur l'autorisation des "tirs de prélèvement" sur les loups. Ce guide de montagne a consacré la majeure partie de sa carrière à l'étude du loup et à sa présentation au public. Pour lui, alors que les éleveurs ont réclamé, à l'occasion d'une manifestation ce 5 octobre, plus de tirs d'abattage, ceux-ci "sur le long terme, ne résolvent rien".

Des tirs qui "déstabilisent les meutes"

"Dès qu'on a des foyers d'attaque localisés sur certains secteurs, une brigade spécifique à l'Office français de la biodiversité (OFB), va essayer de se débarrasser d'un loup," précise Victor. En l'occurrence, la Brigade mobile d’intervention (BMI), spécialisée dans les "grands prédateurs terrestres", "participe à des missions de défense des troupeaux en plein air après en avoir assuré la préparation." Selon leur fiche de poste, ses agents contribuent également "au suivi de l’espèce et au recueil d’informations techniques sur les comportements de prédation". Qu'il est ensuite possible de trouver sur “Loup France”, le site spécialisé de l'OFB sur ce thème.

Deux louveteaux loups abattus à Chichilianne en septembre 2016. DR

Deux louveteaux abattus à Chichilianne en septembre 2016. DR

Pour lui, "cette méthode a pour vocation d'acheter la paix sociale, d'apaiser la colère du monde agricole". Le problème, c'est que "ces tirs déstabilisent les meutes, qui sont des unités familiales". Et "à court terme, ils augmentent le nombre d'attaques". En effet, le risque est d'abattre l'un des dominants, provoquant ainsi un éclatement de la meute. Avec le risque de favoriser l'existence de "plus de meutes, plus petites, qui vont occuper un territoire peut-être plus grand".

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 60 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laure Gicquel

Auteur

Tags : | | |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Objectif « zéro attaque » pour les manifestants contre la prédation du loup. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Des repré­sen­tants du monde agri­cole ont mani­festé à Grenoble contre la pré­sence du loup sur leurs territoires

REPORTAGE VIDÉO - Plus d'une centaine d'agriculteurs des départements de l'arc alpin se sont rassemblés devant la préfecture de l'Isère ce mardi 5 octobre 2021. Lire plus

Deux louveteaux loups abattus à Chichilianne en septembre 2016. DR
One Voice demande à la ministre Barbara Pompili l’ar­rêt des abat­tages de loups

  EN BREF - L’association de défense des animaux One Voice réclame à la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili l’arrêt des abattages de Lire plus

Les sénateurs LR de l'Isère Michel Savin et Frédérique Puissat interpellent Olivier Véran sur la situation des oubliés du Ségur de la santé.
Deux séna­teurs de l’Isère déposent une pro­po­si­tion pour que le loup ne soit plus une espèce stric­te­ment protégée

  FIL INFO – Frédérique Puissat et Michel Savin, sénateurs LR  en Isère, ont déposé jeudi 23 juillet une proposition de résolution européenne visant à Lire plus

Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

  EN BREF — Des loups dans Grenoble ? Après plusieurs témoignages concordants, une photographie semble le confirmer. À la faveur du confinement et de la Lire plus

Nouvelles attaques attribuées au loup en Isère
Attaques de mou­tons attri­buées au loup à Saint-Paul-de-Varces : la direc­tive Habitats dans le collimateur

FLASH INFO - Deux troupeaux de moutons ont été en l'espace de quelques jours l'objet d'attaques sur la commune de Saint-Paul-de-Varces, au sud de Grenoble. Lire plus

Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

REPORTAGE - Face aux canicules successives, l'alpage de haute altitude du Jas des Lièvres à Laval-en-Belledonne s'est métamorphosé en ce milieu d'été 2022. L'herbe grasse Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Abonnement| Îlots de cha­leur : Grenoble, mau­vaise élève et sous les cri­tiques de l’op­po­si­tion, veut faire mieux

Flash info| L’incendie qui a ravagé 100 hec­tares de végé­ta­tion entre La Buisse et Voreppe est « maî­trisé mais pas éteint » selon la pré­fec­ture de l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin