Rentrée: la rectrice de l'Académie de Grenoble "optimiste"... les syndicats sur le pied de guerre

Rentrée : la rec­trice de l’Académie de Grenoble « opti­miste »… les syn­di­cats sur le pied de guerre

Rentrée : la rec­trice de l’Académie de Grenoble « opti­miste »… les syn­di­cats sur le pied de guerre

FOCUS — Comme chaque année, les per­cep­tions de la ren­trée sco­laire par le rec­to­rat de Grenoble ou par les syn­di­cats sont bien dif­fé­rentes. Si la rec­trice Hélène Insel fait part de son opti­misme et met en avant « inclu­sion » et « éga­lité des chances », Sud et la CGT s’in­ter­rogent sur les pro­to­coles sani­taires et dénoncent une baisse des moyens dédiés à l’enseignement.

« Le mes­sage que je sou­haite por­ter auprès de l’en­semble de la com­mu­nauté édu­ca­tive c’est que nous pou­vons abor­der cette ren­trée des classes avec opti­misme ». C’est par ces mots que la rec­trice de l’Académie de Grenoble Hélène Insel ouvre sa pré­sen­ta­tion de la ren­trée 2021 – 2022. Non sans espé­rer, dans la fou­lée, « reve­nir a une séré­nité de l’ac­tion édu­ca­tive, à une école de la République éclai­rée, ambi­tieuse, accueillante pour cha­cun ».

La Covid-19 est pour­tant tou­jours pré­sente, avec un variant Delta qui semble rebattre les cartes. Mais la rec­trice affiche sa confiance, et met en avant l’ex­pé­rience acquise en plus d’un an face au virus. « Autant l’an­née der­nière nous devions nous adap­ter au fur et à mesure, autant là nous avons une vision glo­bale », explique-t-elle. Y‑compris sur les dif­fé­rents niveaux du pro­to­cole sani­taire, tous déjà expé­ri­men­tés par le passé.

Un ton bien dif­fé­rent entre la rec­trice… et les syndicats

La ren­trée s’ouvre ainsi sur le niveau 2 du pro­to­cole, avec res­pect des gestes bar­rières et aéra­tion des espaces, plus une stra­té­gie « tes­ter – aler­ter – pro­té­ger ». Avec un recours mas­sif aux tests et une école à dis­tance pour les élèves non-vac­ci­nés dans le cas d’un Covid posi­tif dans une classe. Une pro­cé­dure qui n’a rien de com­plexe, juge la rec­trice, au regard encore une fois de « l’ex­pé­rience acquise depuis ce début d’an­née ».

Quand Hélène Insel visitait l'école Les Frênes de Grenoble pour la rentrée de septembre 2020, aux côtés du maire de Grenoble Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quand Hélène Insel visi­tait l’é­cole Les Frênes de Grenoble pour la ren­trée de sep­tembre 2020, aux côtés du maire de Grenoble Éric Piolle © Florent Mathieu – Place Gre’net

Sans sur­prise, le ton est bien dif­fé­rent du côté des syn­di­cats. Pour Benjamin Moisset, de Sud Éducation 38, la mesure ne peut qu’en­traî­ner une sur­charge de tra­vail pour l’en­sei­gnant, et nuire à sa capa­cité d’or­ga­ni­sa­tion de ses cours, notam­ment pour les tra­vaux de groupe. De plus, juge le syn­di­ca­liste, sépa­rer les élèves vac­ci­nés et non-vac­ci­nés relève pure­ment et sim­ple­ment d’une « dis­cri­mi­na­tion », qu’il asso­cie au passe sanitaire.

La CGT Éduc’action n’est pas plus convain­cue. S’il ne reprend pas à son compte le terme de « dis­cri­mi­na­tion », le co-secré­taire de la sec­tion Isère Alex sena de Freitas anti­cipe lui aussi un dou­ble­ment de la charge de tra­vail des ensei­gnants. Rien de tel, juge Hélène Insel. Pour la rec­trice, des méthodes péda­go­giques, comme par exemple le prin­cipe de la classe inver­sée, peuvent per­mettre de limi­ter les consé­quences de la mesure sanitaire.

Des AESH plus nom­breux… mais tou­jours pas fonctionnaires

Hélène Insel a sur­tout, cela se sent, le sou­hait de par­ler d’autre chose que de la Covid. « On espère que l’é­cole va vivre cette année avec le virus sans qu’il n’ac­ca­pare tota­le­ment nos pen­sées », lance ainsi la rec­trice. Et de déployer les ambi­tions de l’État autour d’une école inclu­sive, « lieu d’ap­pren­tis­sage des fon­da­men­taux, qui prend en compte la diver­sité des excel­lences et pro­meut l’é­ga­lité des chances ».

Les rassemblements des AESH devant le rectorat de Grenoble sont fréquents depuis plusieurs années (ici en 2018) © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les ras­sem­ble­ments des AESH devant le rec­to­rat de Grenoble sont fré­quents depuis plu­sieurs années (ici en 2018) © Florent Mathieu – Place Gre’net

Inclusion des publics en situa­tion de han­di­cap, avec les pôles inclu­sifs d’ac­com­pa­gne­ment loca­li­sés (Pial), nou­veau mode de ges­tion et de coor­di­na­tion de l’ac­com­pa­gne­ment des élèves han­di­ca­pés… qui n’a pas été sans sus­ci­ter la colère des AESH. Des AESH, ajoute la rec­trice, dont le nombre a aug­menté de 150 % en quatre ans. Et qui dis­posent d’une nou­velle grille de rému­né­ra­tion natio­nale depuis le 1er sep­tembre 2021.

« On est loin du compte ! », juge pour­tant Alex sena de Freitas. « Ça reste des contrats pré­caires, qui concernent en majo­rité des femmes en temps par­tiel subi », pour­suit le syn­di­ca­liste CGT. Sa reven­di­ca­tion, por­tée par une inter­syn­di­cale ? La fonc­tion­na­ri­sa­tion du sta­tut des AESH. « Même la caté­go­rie C, qui est la plus basse dans la fonc­tion publique, leur est refu­sée ! », s’indigne-t-il.

Des dis­po­si­tifs pour les élèves en difficulté

L’inclusion concerne éga­le­ment les élèves en dif­fi­culté. Le Rectorat met ainsi en avant la poli­tique de dédou­ble­ment des classes dans les quar­tiers prio­ri­taires, qui concerne désor­mais les grandes sec­tions de mater­nelle en plus des classes de CP et de CE1. Et d’y ajou­ter l’é­cole obli­ga­toire dès 3 ans, adop­tée en 2019, qui concourt à faire de la mater­nelle « un sujet de tra­vail essen­tiel avec de nou­veaux outils ».

Aide aux devoirs au collège Jules-Vallès de Fontaine © Giovanna Crippa – Place Gre’net

Aide aux devoirs au col­lège Jules-Vallès de Fontaine © Giovanna Crippa – Place Gre’net

Le dis­po­si­tif « devoirs faits » pour les col­lé­giens est pour sa part main­tenu. Hélène Insel annonce enfin une nou­veauté, avec un dis­po­si­tif d’ac­com­pa­gne­ment simi­laire à l’in­ten­tion des lycéens « les plus fra­giles ». Celui-ci n’a pas tou­te­fois voca­tion à per­du­rer : sa mise en oeuvre sur 2021, comme les moyens qui lui sont alloués, sont « excep­tion­nels », insiste la rectrice.

Des annonces qui n’é­meuvent guère les syn­di­cats. Qui dénoncent avant tout une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail des ensei­gnants, dont la Covid aurait cruel­le­ment démon­tré les consé­quences. « Ce que l’on réclame, c’est une aug­men­ta­tion des moyens, un plan d’ur­gence qui n’est abso­lu­ment pas mis en place au sein de l’Éducation natio­nale », conclut Benjamin Moisset. Des mou­ve­ments sociaux (natio­naux) sont d’ores et déjà ins­crits au calendrier.

DES CAPTEURS DE CO2… AU JUSTE PRIX ?

Quel coût pour l’ins­tal­la­tion de cap­teurs de CO2 dans les éta­blis­se­ments sco­laires. La Région Auvergne-Rhône-Alpes comme le Département de l’Isère ont annoncé mettre la main à la poche pour poser de tels dis­po­si­tifs. Du côté de la Ville de Grenoble, leur déploie­ment est éga­le­ment prévu. Mais l’ad­jointe aux Écoles Christine Garnier s’in­ter­ro­geait sur une éven­tuelle com­pen­sa­tion finan­cière de l’État.

De moins de 50 euros à 400 euros... Quel est le juste prix pour un capteur CO2 ? DR

De moins de 50 euros à 400 euros… Quel est le juste prix pour un cap­teur CO2 ? DR

Interrogée, Hélène Insel tique. Et décrit des dis­po­si­tifs qui relèvent de la com­pé­tence des col­lec­ti­vi­tés. Si des aides pour les petites com­munes peuvent s’en­vi­sa­ger du côté de la pré­fec­ture, la Ville de Grenoble n’au­rait donc pas voca­tion à y pré­tendre. En par­ti­cu­lier quand, affirme le rec­to­rat, les cap­teurs en ques­tion coû­te­raient « moins de 50 euros ». « Ce n’est pas un inves­tis­se­ment énorme », juge la rectrice.

Christine Garnier, pour sa part, tablait plu­tôt sur un coût… entre 200 et 400 euros (pose com­prise), à mul­ti­plier par mille pour équi­per conve­na­ble­ment les éta­blis­se­ments. En ligne, sur les sites de vente grand public, tous les modèles (du maté­riel tech­nique au simple gad­get) et tous les prix sont dis­po­nibles. Difficile dès lors de se faire une idée sur le juste prix d’un maté­riel qui, rap­pe­lons-le, ne rem­plit qu’une fonc­tion d’alerte.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouveau rassemblement devant le rectorat de Grenoble contre la baisse des moyens du collège Lucie-Aubrac... et d'autres établissements
Nouveau ras­sem­ble­ment à Grenoble contre la baisse des moyens du col­lège Lucie-Aubrac… et d’autres établissements

FOCUS - Alors que le collège Lucie-Aubrac continue de se battre contre la baisse annoncée de ses moyens à la rentrée de septembre 2023, d'autres Lire plus

Quelles réalités derrière la tentative de squat avortée à Grenoble dimanche 22 août?
Grenoble : une jeune femme griè­ve­ment bles­sée de plu­sieurs coups de cou­teau, son com­pa­gnon interpellé

FLASH INFO - Une jeune femme de 22 ans a été découverte gravement blessée après avoir reçu plusieurs coups de couteau, ce mercredi 1er février Lire plus

Disparition de Marie-Françoise Proust-Baudry, présidente de l'Observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes
Disparition de Marie-Françoise Proust-Baudry, pré­si­dente de l’Observatoire isé­rois de la parité entre les femmes et les hommes

FLASH INFO - L'Observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes (OIP) pleure sa présidente. Marie-Françoise Proust-Baudry s'est en effet éteinte à Lire plus

Entre 20 000 et 40 000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraite le 31 janvier 2023. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Mobilisation en hausse contre la réforme des retraites : des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 20 000 et 40 000 personnes120 000 pour les autorités, 40 000 pour les syndicats. sont descendues dans la rue à Lire plus

Audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Grenoble le 27 janvier 2023. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le tri­bu­nal judi­ciaire de Grenoble déplore tou­jours un manque de moyens mais se réjouit d’une nou­velle organisation

FOCUS - À l'occasion de l’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Grenoble, le 27 janvier 2023, le procureur de la République Éric Vaillant Lire plus

Neuf auteurs ont apporté leur contribution à la rédaction de l'ouvrage que vient d'éditer l'Université inter-âges du Dauphiné (UIAD). © Martin de Kerimel - Place Gre'net
L’Université inter-âges du Dauphiné édite un livre sur le sens du travail

EN BREF - Quel sens donner au travail ? Quelle est sa place au sein de nos aspirations individuelles et collectives ? Quelles évolutions à Lire plus

Flash Info

|

01/02

17h34

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

|

30/01

18h22

|

|

30/01

17h46

|

|

30/01

17h10

|

|

30/01

12h18

|

|

28/01

17h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Agenda

Je partage !