Le fort de la Bastille

Une nou­velle mare au fort de la Bastille pour pro­té­ger et favo­ri­ser la biodiversité

Une nou­velle mare au fort de la Bastille pour pro­té­ger et favo­ri­ser la biodiversité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le fort de la Bastille accueille depuis mai une nou­velle mare, conçue pour pro­té­ger deux espèces de tri­ton mena­cées. Bien qu’es­sen­tiel, ce type d’é­co­sys­tème est sou­vent négligé. Le Contrat Vert et Bleu signé entre la Métropole de Grenoble et la Région Auvergne-Rhône-Alpes intègre ainsi la pré­ser­va­tion des mares comme axe de la poli­tique écologique.

Comme au centre hor­ti­cole en 2020, le fort de la Bastille accueille une nou­velle mare depuis mai 2021. Cette ini­tia­tive de la Métropole de Grenoble et de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) inter­vient dans une optique de pré­ser­va­tion des espèces.

La Bastille abrite déjà une mare entre­te­nue par la Métropole et la LPO. Problème : depuis quelques temps, elle connaît une pro­li­fé­ra­tion du perche-soleil, un pois­son exo­tique enva­his­sant. Mais compte tenu de sa vitesse de repro­duc­tion, éli­mi­ner cette espèce du point d’eau s’a­vère impos­sible. Or, la pré­sence de ce spé­ci­men met en dan­ger le tri­ton palmé et le tri­ton alpestre, deux espèces mena­cées qu’il convient donc de protéger.

Un triton alpestre mâle, espèce également présente au fort de la Bastille

Un tri­ton alpestre mâle, espèce éga­le­ment pré­sente au fort de la Bastille © Piet Spaans

Deux jours ont été néces­saires à la construc­tion de la nou­velle mare. Première étape mise en oeuvre par les agents du ser­vice Nature en ville de Grenoble et de la LPO : creu­ser gros­siè­re­ment puis mode­ler les bords avant de dis­po­ser des plantes aqua­tiques. S’agissant du fond, il est tapissé suc­ces­si­ve­ment d’une bâche en plas­tique pour l’im­per­méa­bi­lité, d’un géo­tex­tile et d’une toile de jutes en coco. C’est dans cette der­nière que les plantes viennent s’en­ra­ci­ner. « L’intervention humaine s’arrête là. Les espèces ani­males venant natu­rel­le­ment colo­ni­ser le milieu par la suite. », pré­cisent la LPO et la ville de Grenoble dans un com­mu­ni­qué. Cette mare se veut donc être un refuge pour le tri­ton palmé, alpestre ainsi que pour cer­taines espèces de plantes aqua­tiques, peu pré­sentes sur le territoire.

La créa­tion de cette mare s’in­tègre dans le cadre du Contrat Bleu et Vert

Près de 90 % des mares aurait dis­paru depuis le XIXe siècle. En effet, cet éco­sys­tème s’a­vère bien sou­vent relé­gué au second plan. Or, il joue pour­tant un rôle essen­tiel dans le maillage éco­lo­gique. Depuis fin 2017, la métro­pole de Grenoble entre­tient donc un Contrat Vert et Bleu en par­te­na­riat avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Le « plan de res­tau­ra­tion des mares » est une des branches de ce contrat, por­tée par la LPO Auvergne-Rhône-Alpes délé­ga­tion Isère.

Le but de ces contrats Verts et Bleus ? La pré­ser­va­tion des éco­sys­tèmes. Notion issue du Grenelle de l’environnement en 2007 et qui donne son nom au contrat en ques­tion, la trame Verte et Bleue » désigne l’interconnexion entre les éco­sys­tèmes. Ainsi, favo­ri­ser cette inter­con­nexion per­met de ren­for­cer tous les éco­sys­tèmes individuellement.

Les mares, réser­voirs bio­lo­giques cen­traux dans la pré­ser­va­tion de l’environnement 

Les mares sont en effet un point cen­tral dans la pré­ser­va­tion de la faune et la flore. Celles-ci sont dési­gnées comme des réser­voirs de bio­di­ver­sité . « La mis­sion de la LPO consiste à réa­li­ser un inven­taire des mares et à mener des actions de res­tau­ra­tion et de créa­tion de nou­velles mares pour ren­for­cer le réseau exis­tant ».

A ce jour, le Contrat Vert et Bleu a per­mis de créer et res­tau­rer 48 mares sur 20 com­munes. Et la LPO a pour objec­tif 70 créa­tions d’ici à 2022, année de fin du contrat. Tout ceci afin de « favo­ri­ser une bio­di­ver­sité spé­ci­fique très utile ». Ces milieux pré­sentent beau­coup d’avantages. Premièrement ils servent de lieu de régu­la­tion et d’épuration de l’eau. Ensuite, ils sont un refuge pour beau­coup d’espèces, y com­pris cer­taines très mena­cées comme les amphibiens.

Deux tritons palmés, espèce protégée présente au fort de la Bastille

Deux tri­tons pal­més, espèce pro­té­gée pré­sente au fort de la Bastille © Gilles San Martin

Le site a‑vos-mares.org explique et accom­pagne ce pro­jet. Il per­met à cha­cun de recen­ser une mare ou même d’apprendre à en créer une. Il y en a pour l’instant 114 recen­sées sur le ter­ri­toire de la Métropole de Grenoble. Selon la LPO, le recours au public a per­mis d’en res­tau­rer 12 et d’en créer 34.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ilan Khalifa-Delclos

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La LPO lance le site Médiation faune sau­vage, pour une meilleure coha­bi­ta­tion entre humains et animaux

  FLASH INFO — "Apporter des solutions durables aux problèmes de cohabitation" entre humains et animaux? Tel est l'objectif (parmi d'autres) du site "Médiation faune Lire plus

Blaireaux Européen libre de droit
La LPO Aura rede­mande au pré­fet de région d’in­ter­dire la chasse aux blai­reaux, « cruelle, bar­bare et inutile »

  FIL INFO - Après un premier courrier envoyé en juillet 2020, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes écrit de nouveau au préfet de région pour exiger l'interdiction Lire plus

Tous les jeunes rapaces trouvés au sol ne sont pas orphelins ou tombés du nid, alerte la LPO Aura
Tous les jeunes rapaces trou­vés au sol ne sont pas orphe­lins ou tom­bés du nid, alerte la LPO Aura

  FLASH INFO — Attention, alerte la LPO Auvergne-Rhône-Alpes: tous les jeunes rapaces trouvés au sol ne sont pas orphelins ou tombés du nid. Et Lire plus

La pla­te­forme col­la­bo­ra­tive Faune Isère de la LPO passe le cap des trois mil­lions de données

  FLASH INFO — Et de trois! Après le cap des deux millions de données enregistrées en janvier 2018, la plateforme collaborative naturaliste Faune Isère Lire plus

LPO et FNE lancent un atlas numé­rique et gra­tuit des mam­mi­fères de Rhône-Alpes

  FLASH INFO — C'est le résultat d'un travail de longue haleine. En 2014, les associations LPO et FNE (ex-Frapna) Auvergne-Rhône-Alpes unissaient leurs forces pour Lire plus

La LPO Aura dénonce les arrêtés préfectoraux autorisant la chasse par temps de confinement
La LPO Aura dénonce les arrê­tés pré­fec­to­raux auto­ri­sant la chasse par temps de confinement

  FLASH INFO – "Des arrêtés signés dans la plus totale précipitation et sans réelle concertation". C'est ainsi que la LPO Auvergne-Rhône-Alpes décrit les décisions Lire plus

Flash Info

|

28/06

9h18

|

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin