Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée Dauphinois à l'occasion de sa réouverture

Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Le Musée dauphinois propose deux expositions aux visiteurs depuis sa réouverture, le 19 mai 2021. L’une consacrée au vélo sous toutes ses coutures, dans ses implications techniques comme sportives, familiales ou sociétales. L’autre dédiée à deux regards croisés sur un territoire du Sénégal, Kédougou, partenaire de longue date du Département de l’Isère.

 

 

Ce n’est pas une, mais deux expo­si­tions tem­po­raires que le Musée dau­phi­nois pro­pose depuis sa réou­ver­ture le 19 mai. Des témoins du tra­vail mené par son équipe durant la période de fer­me­ture des lieux cultu­rels, mais aussi de l’es­pace pri­vi­lé­gié dont béné­fi­cie le site. Tandis que l’in­té­rieur du musée s’ouvre au vélo sous toutes ses cou­tures, la cour et les allées de l’an­cien couvent expose ainsi un regard pho­to­gra­phique croisé sur la région de Kédougou, au Sénégal.

 

Stéphanie Nelson - Personne n'éclaire la nuit © Stéphanie Nelson

Stéphanie Nelson – Personne n’é­claire la nuit © Stéphanie Nelson

 

Exposition évé­ne­ment par son ampleur, Un amour de vélo est à décou­vrir au Musée dau­phi­nois jus­qu’au mois de juillet 2022. De quoi lais­ser le temps (sauf nou­velle fer­me­ture) aux Grenoblois de visi­ter une expo­si­tion en réso­nance directe avec leur ter­ri­toire. Où la pra­tique du vélo est mon­naie cou­rante, sou­vent mili­tante, par­fois polé­mique. Et qui res­tera dans l’his­toire, faut-il le rap­pe­ler, comme le pre­mier ter­ri­toire où fut décerné un maillot jaune sur le Tour de France.

 

 

Le vélo sous toutes ses coutures au Musée dauphinois

 

Tout au long d’un long par­cours com­posé de salles spa­cieuses mais bien rem­plies, l’ex­po­si­tion tente d’a­bor­der le vélo sous tous ses aspects. Techniques tout d’a­bord, avec ce mur expo­sant cha­cune des nom­breuses pièces qui com­posent un vélo, quitte à prendre des allures de table d’au­top­sie. Quelques spé­ci­mens étranges sont éga­le­ment pro­po­sés : vélos impro­bables (et impra­ti­cables) ou cycles revi­si­tés par des créa­teurs inspirés.

 

Un vélo démantibulé pour l'exposition Un amour de vélo © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un vélo déman­ti­bulé pour l’ex­po­si­tion Un amour de vélo © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Mais le vélo inter­roge aussi la société. Et a notam­ment posé la ques­tion du genre, quand celui-ci était consi­déré néfaste pour les organes géni­taux des femmes. Ou quand une loi leur inter­di­sait le port du pan­ta­lon, à l’ex­cep­tion de celles tenant un vélo à la main. Au final, le vélo appa­raît comme un outil d’é­man­ci­pa­tion pour les femmes, sou­ligne le par­cours. Qui n’ou­blie pas que bicy­clette rime avec suffragette.

 

Le vélo, c’est aussi une pra­tique fami­liale illus­trée par des pho­to­gra­phies obte­nues auprès de par­ti­cu­liers. Il raconte alors une his­toire intime, sou­vent heu­reuse et sou­riante. Face à cette réa­lité, celle du vélo spor­tif et de son mythe entre­tenu du sur­homme appa­raît bien loin­taine. Elle aussi pose nombre de ques­tions, sur le sens de la com­pé­ti­tion, le dépas­se­ment de soi… et la triche orga­ni­sée au tra­vers du dopage.

 

Franck Philippeaux, commissaire de l’exposition Un amour de vélo © Florent Mathieu - Place Gre'net

Franck Philippeaux, com­mis­saire de l’exposition Un amour de vélo © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Vélo tou­ris­tique, vélo élec­trique, vélo ludique, vélo pra­tique… Si l’ex­po­si­tion Un amour de vélo ne pré­tend pas à l’ex­haus­ti­vité, elle tente d’embrasser le plus de dimen­sions pos­sibles du deux-roues. Jusqu’aux esca­pades au bout et autour du monde, par des aven­tu­riers plus ou moins fous qui repous­se­ront leurs limites autant que celles de leurs mon­tures. Et l’ex­po­si­tion de se conclure logi­que­ment en invi­tant le visi­teur à décrire, de lui-même, son « amour de vélo ».

 

Un amour de vélo

Exposition réa­li­sée sous la conduite de Franck Philippeaux et Olivier Cogne

Au Musée dau­phi­nois jus­qu’au 4 juillet 2022

 

 

Regards photographiques croisés sur Kédougou

 

Changement radi­cal de ton et d’am­biance avec les deux expo­si­tions croi­sées de pho­to­gra­phies, signées Stéphanie Nelson et Ina Thiam. Avec, res­pec­ti­ve­ment, Personne n’é­claire la nuit et La Mémoire en miroir, les deux artistes livrent leurs regards sur la région de Kédougou au Sénégal. Un ter­ri­toire engagé dans un par­te­na­riat de longue date avec le Département de l’Isère, notam­ment autour de conven­tions sur la santé et les droits des femmes.

 

Stéphanie Nelson présente son travail sur les murs du Musée dauphinois © Florent Mathieu - Place Gre'net

Stéphanie Nelson pré­sente son tra­vail sur les murs du Musée dau­phi­nois © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les deux expo­si­tions auraient pu ne pas voir le jour : l’ob­jec­tif ini­tial était de livrer le regard d’une Iséroise en rési­dence à Kédougou, et d’une Sénégalaise en rési­dence en Isère. Si Stéphanie Nelson a bien pu par­tir à la ren­contre du ter­ri­toire séné­ga­lais, Ina Thiam a dû, pour sa part, dras­ti­que­ment écour­ter son séjour pour cause de pan­dé­mie, en mars 2020. Et chan­ger son fusil d’é­paule, en consa­crant son tra­vail aux femmes de Kédougou.

 

« Mon tra­vail c’est l’hu­main. Je n’y allais pas pour les pay­sages ! », explique Stéphanie Nelson en décri­vant son séjour à Kédougou. Son parti-pris ? Rencontrer et pho­to­gra­phier les jeunes, et à tra­vers eux leur vie quo­ti­dienne, leurs ambi­tions et leurs espoirs. Le tout autour d’un trai­te­ment gra­phique en gris-de-plomb, pour « rendre moins lisibles les images telles qu’on les atten­drait ». Et ques­tion­ner la manière dont on aborde une pho­to­gra­phie de l’ailleurs.

 

Ina Thiam - La Mémoire en miroir © Ina Thiam

Ina Thiam – La Mémoire en miroir © Ina Thiam

 

Ina Thiam, pour sa part, a invité onze jeunes femmes à se rap­pe­ler une aînée « au par­cours remar­quable » et à les incar­ner le temps d’une pho­to­gra­phie via vête­ments et maquillage, « créant un palimp­seste, sym­bole de la menace de l’oubli ou pro­messe du sou­ve­nir ». Effet de miroir entre géné­ra­tions, les images figurent les évo­lu­tions natu­relles, les pro­grès tech­no­lo­giques ou socié­taux… et les com­bats qui perdurent.

 

Personne n’é­claire la nuit, Stéphanie Nelson / La mémoire en miroir, Ina Thiam

Résidences pho­to­gra­phiques Kédougou, Sénégal
Jusqu’au 4 octobre 2021 au Musée dau­phi­nois, puis en 2022 à Kédougou

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Danse, Yoga... Le Musée de Grenoble lance des "slow visites" un lundi par mois parmi ses collections
Une édition 2021 de Musées en Fête 100 % numérique les 15 et 16 mai, en attendant les réouvertures le 19

  EN BREF - En attendant l'ouverture des musées pour le 19 mai, l'édition 2021 de Musées en Fête se déroule en version 100 % Lire plus

Musées en fête – La nuit des Musées se déroule en virtuel tout le week-end du 14 et 15 novembre

  EN BREF - Malgré le confinement, les onze musées départementaux de l'Isère ouvrent leurs portes virtuellement, ce samedi 14 et dimanche 15 novembre 2020, Lire plus

Exposition sur les refuges alpins au Musée dauphinois : un beau voyage en altitude

  EN BREF - Le Musée dauphinois inaugurait mercredi 3 juin sa nouvelle exposition « Refuges alpins, de l’abri de fortune au tourisme d’altitude », Lire plus

Rose Valland en battle-dress (uniforme) examinant des tableaux, probablement au Collecting Point de Wiesbaden (Allemagne), 1946. Coll. Centre des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères
« Rose Valland. En quête de l’art spolié », une exposition immersive au Musée dauphinois

  FOCUS - Jusqu’au 27 avril 2020, le Musée dauphinois présente « Rose Valland. En quête de l’art spolié ». Une exposition qui retrace le parcours méconnu, Lire plus

Supporters fêtant à Grenoble la qualification en finale de l'Algérie en coupe d'Afrique des nations.
1 500 supporters ont fêté à Grenoble la qualification de l’Algérie en finale de la Can, quatre ont été interpellés

  REPORTAGE VIDÉO - À l’issue de la qualification de l’Algérie en finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football aux dépens du Lire plus

Les DJ Breakbot et Irfane lors de leur set. au festival Musée électronique © Joël Kermabon - Place Gre'net
Première édition du festival Musée électronique : un bilan encourageant malgré les aléas météo

REPORTAGE VIDÉO - « De la musique électro au musée », tel était le challenge du festival Musée électronique organisé par Le Périscope, en partenariat Lire plus

Flash Info

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin