Test du prototype de la sonde expérimentale Mini-Subglacior. © Thibaut VERGOZ/IPEV/LGGE/CNRS Photothèque

Des variations inédites des températures en Antarctique mesurées par des chercheurs grenoblois

Des variations inédites des températures en Antarctique mesurées par des chercheurs grenoblois

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FLASH INFO – Une collaboration internationale impliquant des scientifiques grenoblois1Ces travaux ont impliqué en France des chercheurs de l’Institut des géosciences de l’environnement (Osug, CNRS/IRD/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP) et du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (IPSL, CNRS/UVSQ/CEA) vient de remettre en cause les estimations précédemment admises sur les variations de température dans l’Antarctique. Ce, grâce à de nouvelles mesures publiées le 4 juin 2021 dans la prestigieuse revue Science.

 

 

L’Antarctique situé autour du pôle sud a connu des chan­ge­ments de tem­pé­ra­ture majeurs, notam­ment depuis la der­nière période gla­ciaire. Les tem­pé­ra­tures à sa sur­face ont for­te­ment aug­menté. Jusqu’ici, le réchauf­fe­ment sur l’ensemble du « conti­nent blanc » depuis la der­nière gla­cia­tion était estimé à +9°C.

 

Vue de l'Antarctique. DR

Vue de l’Antarctique. DR

Au moyen de mesures consi­dé­rées les plus fines à ce jour et d’estimations les plus fiables des varia­tions de tem­pé­ra­ture pas­sées, les cher­cheurs ont mis en évi­dence des dif­fé­rences mar­quées entre les fonc­tion­ne­ments de l’Antarctique de l’Est et de l’Ouest. « Les nou­velles mesures révèlent une varia­tion s’élevant à +10°C en Antarctique de l’Ouest et entre +4 et +7°C en Antarctique de l’Est », révèlent-t-ils.

 

 

Des mesures plus fiables grâce à deux nou­velles méthodes

 

« Jusqu’à pré­sent, les scien­ti­fiques esti­maient les tem­pé­ra­tures anciennes en uti­li­sant un ther­mo­mètre iso­to­pique, c’est-à-dire en ana­ly­sant la pro­por­tion de formes iso­to­piques de l’eau », expliquent les gla­cio­logues. Cependant, la pré­ci­sion de cette méthode repose sur une cali­bra­tion dif­fi­cile à mettre en place en Antarctique.

 

Pour résoudre ce pro­blème, les cher­cheurs ont testé deux nou­velles méthodes indé­pen­dantes. La pre­mière consiste à mesu­rer la tem­pé­ra­ture dans les trous de forage obte­nus après carot­tage. La grande épais­seur des couches de glace en Antarctique per­met en effet de gar­der une trace et de recons­ti­tuer les tem­pé­ra­tures passées.

 

Des variations de températures recalculées en Antarctique. Test du prototype de la sonde expérimentale Mini-Subglacior. © Thibaut VERGOZ/IPEV/LGGE/CNRS Photothèque

Test du pro­to­type de la sonde expé­ri­men­tale Mini-Subglacior. © Thibaut Vergoz/IPEV/LGGE/CNRS Photothèque

 

Quant à la seconde méthode, elle s’ap­puie sur le pro­ces­sus de den­si­fi­ca­tion de la neige sen­sible à la tem­pé­ra­ture. Une den­si­fi­ca­tion détec­tée par l’analyse de l’atmosphère pié­gée dans les carottes de glace. En don­nant des résul­tats simi­laires, ces deux types de mesures prouvent bien leurs fia­bi­li­tés respectives.

 

 

Lien entre réchauffement différentiel et variation d’altitude de la glace en Antarctique

 

L’explication des écarts de réchauf­fe­ment entre l’Est et l’Ouest de l’Antarctique repose sur les varia­tions d’altitude de la glace dans ces deux régions. Ainsi, « depuis l’époque gla­ciaire, l’altitude a légè­re­ment aug­menté à l’Est alors qu’à l’Ouest, elle s’est consi­dé­ra­ble­ment abais­sée », constatent les chercheurs.

 

Alimenter notre connais­sance de l’é­vo­lu­tion cli­ma­tique de l’Antarctique est une chose, mais « com­prendre cette évo­lu­tion des tem­pé­ra­tures sur le conti­nent Austral s’avère cru­cial afin d’étudier les chan­ge­ments cli­ma­tiques à toutes époques et de tes­ter notre apti­tude à les modé­li­ser », estiment aussi les glaciologues.

 

Véronique Magnin

 

 

1 Ces tra­vaux ont impli­qué en France des cher­cheurs de l’Institut des géos­ciences de l’en­vi­ron­ne­ment (Osug, CNRS/IRD/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP) et du Laboratoire des sciences du cli­mat et de l’en­vi­ron­ne­ment (IPSL, CNRS/UVSQ/CEA)

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véronique Magnin

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Convoi assemblé au-dessus de la base de Cap Prud'homme sur le continent Antarctique, juste avant le départ du raid ASUMA (Improving the accuracy of the surface mass balance of Antarctica). ASUMA est un programme ANR/IPEV dans le cadre duquel un raid scientifique est parti le 1er décembre 2016 depuis le point D10, à quelques kilomètres de la base française de Dumont d’Urville en Antarctique, en direction du centre du continent. Le but de ce programme est notamment de mieux connaître l’évolution actuelle de la neige accumulée en surface de l’Antarctique d’une année sur l’autre. Ceci permettrait de diminuer l’incertitude sur son régime actuel et sur son impact possible sur le niveau des mers. Le raid ASUMA a lieu dans une zone encore largement inconnue d’un point de vue scientifique, car très peu de mesures y ont été faites au sol. Il s’agit d’une zone de transition entre la côte et le plateau Antarctique. UMR5001 Institut des Géosciences de l'Environnement 20170034_0011
Des chercheurs de Grenoble en Antarctique pour mieux prévoir la montée des océans

FIL INFO - Des chercheurs grenoblois du CNRS et de l'Université Grenoble-Alpes seront aux côtés de confrères italiens et australiens dans une expédition sur le Lire plus

Sécheresse. DR
Vingt communes de l’Isère reconnues en « état de catastrophe naturelle » : les demandes de réparations sont à déposer d’ici le 27 juillet

  FIL INFO – Inondées ou asséchées au cours de l’année 2018, vingt communes* du département de l'Isère ont été reconnues en état de catastrophe Lire plus

Mountain Wilderness invite à s’encorder pour le climat, de la Bastille jusqu’au centre-ville de Grenoble

FIL INFO - Des cordées contre le climat ? Tel est l'événement organisé par l'association Mountain Wilderness et soutenu par de nombreux acteurs de l'environnement ou Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Près de 3 000 citoyens “plus chauds que le climat” ont déclaré “l’état d’urgence” climatique à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Près de 3 000 manifestants pour les organisateurs, 2 000 selon la police, ont marché pour le climat dans les rues de Grenoble, ce dimanche 27 Lire plus

Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.
Cop 21… Cop24 : alors que les Alpes se réchauffent, les ressources en eau s’amenuisent

WEB-DOCUMENTAIRE - Épisode 2 - Si le changement climatique fait fondre les glaciers et remonter la limite pluie-neige, les scientifiques sont encore réservés quant à Lire plus

Une nouvelle marche pour le climat à Grenoble et partout dans le monde samedi 8 décembre

FIL INFO — Une grande marche internationale pour le climat se tient le samedi 8 décembre. Objectif ? Appeler à l'adoption de mesures limitant le réchauffement Lire plus

Flash Info

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

|

13/10

16h18

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin