Les pompiers du Grimp à l’assaut des « bulles » du téléphérique de Grenoble pour s’entraîner à les évacuer

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Un exercice nocturne d’évacuation des “bulles” du téléphérique de Grenoble a eu lieu ce lundi 29 novembre 2021, à la tombée de la nuit. Ainsi des personnels du Grimp et du Sdis de l’Isère ont-ils secouru les 44 passagers de deux trains de cabines, stoppés à proximité des gares haute et basse du téléphérique. Dont 22 évacués verticalement juste au-dessus des flots de l’Isère, grâce à des canots de sauvetage. 

 

 

Une passagère volontaire des "bulles" évacuée grâce à un canot de sauvetage. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une pas­sa­gère volon­taire des « bulles » éva­cuée grâce à un canot de sau­ve­tage. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce soir, le but de l’exer­cice c’est d’é­va­cuer deux trains de bulles blo­qués à la ver­ti­cale de l’Isère et de la gare d’ar­ri­vée de la Bastille, et ce en moins de trois heures », expli­quait ce lundi 29 mars 2021 le lieu­te­nant Aristide Bonnet, du Groupe de recon­nais­sance et d’in­ter­ven­tion en milieux périlleux (Grimp) du Service dépar­te­men­tal d’in­cen­die et de secours de l’Isère (Sdis38).

 

De fait, comme tous les ans, la Régie du télé­phé­rique Grenoble Bastille orga­ni­sait dès la tom­bée de la nuit son exer­cice annuel d’é­va­cua­tion. La régle­men­ta­tion oblige en effet la Régie du télé­phé­rique à effec­tuer au moins un exer­cice d’é­va­cua­tion par an.

 

 

Deux trains de cabines bloqués à quelques encablures des gares haute et basse

 

Le scé­na­rio de cet entraî­ne­ment de sau­ve­tage noc­turne ? Le train de quatre cabines mon­tant a été stoppé à 68 mètres de la gare infé­rieure, juste à l’a­plomb des flots de l’Isère. Un second train, celui des­cen­dant, a été arrêté à 68 mètres lui aussi mais de la gare d’ar­ri­vée supé­rieure, soit au-des­sus des contre­forts de la col­line de la Bastille.

 

Exercice de sauvetage nocturne sur les "bulles" du téléphérique de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Exercice de sau­ve­tage noc­turne sur les « bulles » du télé­phé­rique de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Toutes les “bulles” conte­naient cha­cune six par­ti­ci­pants volon­taires. Soit, au total, 48 per­sonnes à secou­rir dans un temps res­treint et, bien sûr, en toute sécu­rité. L’objectif de ces entraî­ne­ments régu­liers ? « Le but c’est que nos équipes soient fami­lia­ri­sées avec le milieu et l’u­ti­li­sa­tion du maté­riel. Ainsi, le jour où un inci­dent sur­vien­dra serons-nous opé­ra­tion­nels pour accom­plir notre mis­sion dans les délais », explique Aristide Bonnet.

 

 

Une opération d’évacuation nocturne délicate demandant beaucoup de vigilance

 

Toujours est-il que réa­li­ser ce type d’exer­cice en pleine nuit n’est pas une mince affaire. « Ce soir, nous avons de la chance à cause de la pleine lune, mais il est vrai que ça demande beau­coup plus de vigi­lance, recon­naît Aristide Bonnet. Notamment pour la par­tie nau­tique de l’en­traî­ne­ment où les canots auront peu de visi­bi­lité pour repé­rer la des­cente des “vic­times” ».

 

Retour en images sur cette opé­ra­tion de sau­ve­tage qui s’est ache­vée sur les coups de 23 heures, juste après l’é­va­cua­tion du der­nier par­ti­ci­pant.

 

 

 

Deux vraies évacuations ont eu lieu depuis la mise en service des “bulles” de Grenoble

 

De vraies éva­cua­tions il y en a eu deux depuis la mise en ser­vice des fameuses bulles. L’une le jour même de leur inau­gu­ra­tion le 18 sep­tembre 1976, l’autre le 29 juin 2014 au soir, à cause du déraille­ment d’un câble trac­teur dû à une forte bour­rasque de vent. « J’ai eu la chance de par­ti­ci­per à ce sau­ve­tage. Du fait de nos entraî­ne­ments pério­diques, ça nous avait per­mis d’ac­com­plir la mis­sion sans aucune dif­fi­culté car nous étions bien aguer­ris », se sou­vient le lieu­te­nant Aristide Bonnet.

 

Joël Kermabon

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1179 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.