Rénovation thermique : la Métropole de Grenoble renforce son soutien financier pour les maisons individuelles

sep article

 

FOCUS – La Métropole de Grenoble renforce son soutien à la rénovation thermique des maisons individuelles, avec des aides financières allant de 1 000 à 12 000 euros. Objectif ? Quadrupler le rythme de rénovation pour arriver à 9 000 maisons d’ici 2030. Soit environ 20 % du parc du territoire métropolitain.

 

 

De gauche à droite : Nicolas Beron-Perez, Christophe Ferrari et Pierre Verri. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Nicolas Beron-Perez, Christophe Ferrari et Pierre Verri. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, a annoncé, le 28 jan­vier 2021, le ren­for­ce­ment des aides finan­cières aux pro­prié­taires de mai­sons indi­vi­duelles. Ainsi, la Métro pré­voit-elle de leur accor­der des aides com­prises entre 1 000 et 12 000 euros pour la réno­va­tion ther­mique de leurs biens. Une déci­sion qui a été votée lors du conseil métro­po­li­tain du 29 jan­vier.

 

Cette « nou­velle brique » – cumu­lable avec les aides de l’État – vient com­plé­ter le dis­po­si­tif Mur Mur 2 visant à sou­te­nir la réno­va­tion éner­gé­tique et ther­mique des loge­ments sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain. L’objectif de la Métropole ? Multiplier par quatre le rythme de réno­va­tion pour arri­ver à 9 000 mai­sons d’ici 2030 au niveau BBC-Rénovation. Soit envi­ron 20 % du parc de mai­sons situées sur le ter­ri­toire.

 

Le tout en sym­biose avec l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe) ainsi qu’a­vec l’Agence locale de l’énergie (Alec). « La Métropole affiche ainsi sa volonté de don­ner prio­rité aux éco­no­mies d’énergie et à la mas­si­fi­ca­tion des opé­ra­tions de réno­va­tion », explique la Métro.

 

 

Des niveaux d’aide adaptés aux capacités d’investissement des ménages

 

« La construc­tion de la moi­tié des 42 000 mai­sons indi­vi­duelles du ter­ri­toire date d’a­vant 1974. Ce sont pour beau­coup des loge­ments éner­gi­vores ou des pas­soires ther­miques sou­vent occu­pés par des ménages modestes », indique Christophe Ferrari. Afin de pal­lier ce pro­blème et de tenir compte de la capa­cité d’investissement de l’ensemble des ménages, le dis­po­si­tif métro­po­li­tain offrira la pos­si­bi­lité d’un BBC par étape. C’est-à-dire le choix de plu­sieurs bou­quets de tra­vaux parmi sept éli­gibles aux finan­ce­ments métro­po­li­tains.

 

Maisons : niveaux de subvention proposés par la Métro. © Grenoble-Alpes Métropole.

Maisons : niveaux de sub­ven­tion pro­po­sés par la Métro. © Grenoble-Alpes Métropole.

Par ailleurs, la Métropole pro­pose d’a­dap­ter ses niveaux d’aide en fonc­tion de quatre classes de reve­nus (voir ci-contre). À savoir : les très modestes, les modestes, les inter­mé­diaires et les supé­rieurs, en cohé­rence avec le nou­veau dis­po­si­tif gou­ver­ne­men­tal MaPrimeRénov’.

 

Parmi les tra­vaux éli­gibles, figurent l’i­so­la­tion de la toi­ture, des murs et des plan­chers bas, ainsi que le rem­pla­ce­ment des ouvrants don­nant sur l’extérieur et des sys­tèmes de chauf­fage. Ce « à l’ex­clu­sion des sys­tèmes au fioul et au pro­pane par­ti­cu­liè­re­ment pol­luants », indique la Métro. Enfin, seront éli­gibles les tra­vaux de rem­pla­ce­ment des sys­tèmes d’eau chaude sani­taire et de ven­ti­la­tion.

 

 

Un bonus de 1 000 à 1 500 euros pour des matériaux biosourcés

 

Mais ce n’est pas tout. En cas de recours à des maté­riaux iso­lants bio­sour­cés1Un maté­riau bio­sourcé est une matière d’origine bio­lo­gique à l’exception des matières de for­ma­tions géo­lo­giques ou fos­siles. C’est géné­ra­le­ment une matière issue de la bio­masse végé­tale ou ani­male : bois, paille, chanvre, liège, lin, laine…, la Métropole pro­pose une aide com­plé­men­taire s’é­ta­lant de 1 000 à 1 500 euros.

 

Pour ren­for­cer l’im­pact de cette mesure pour les plus pré­caires, un accom­pa­gne­ment sera mis en place avec Soliha, un acteur de l’é­co­no­mie sociale et soli­daire. De quoi per­mettre le recours à des aides finan­cières dédiées (Anah, Département, caisses de retraite…), pré­cise la Métropole. « Cumulée avec les aides de l’État dis­po­nibles, la prise en charge des tra­vaux pour les plus modestes avoi­si­nera les 100 % », se féli­cite ainsi Christophe Ferrari.

 

Deux exemples de calcul. © Grenoble-Alpes Métropole

Maisons : la Métro accroît son aide réno­va­tion ther­mique © Grenoble-Alpes Métropole

 

Quant aux retom­bées éco­no­miques pour le ter­ri­toire, elles sont évi­dentes, pour­suit le pré­sident de la Métropole. « Les TPE et PME locales deviennent ainsi de grandes spé­cia­listes des sujets de régu­la­tion ther­mique. Après Mur mur copro­prié­tés, nous voyons bien com­ment nous sommes en train de ren­for­cer une filière. Et, pour nous, ça a beau­coup de sens. »

 

Joël Kermabon

 

Rénovation des maisons individuelles, comment ça marche  ?

 

Pierre Verri, vice-président de la Métropole en charge du climat, de l'air et de l'énergie. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Pierre Verri, © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La grande force de Mur mur 1, c’é­tait le gui­chet unique », relève Pierre Verri.   Aussi, le vice-pré­sident de la Métropole chargé du cli­mat, de l’air et de l’éner­gie pro­met-il un accès au dis­po­si­tif cal­qué sur le même prin­cipe.

 

Le pro­prié­taire n’a qu’un seul point d’en­trée. En l’oc­cur­rence, l’Alec2Au 04 76 00 19 09 ou bien en se ren­sei­gnant en ligne sur le site de l’Alec qui tra­vaille avec Soliha, en charge de mon­ter le dos­sier admi­nis­tra­tif.

 

« Il est pris par la main et accom­pa­gné dans toutes ses démarches tout au long du pro­ces­sus », assure l’élu. Et ce jus­qu’à rece­voir une liste d’ar­ti­sans en capa­cité de répondre à ses pro­jets de tra­vaux, explique l’élu.

 

« C’est un gage de réus­site de pas­ser par l’Alec. Ainsi, les pro­prié­taires traitent avec un tiers de confiance », pré­cise Pierre Verri. Et c’est bien de confiance qu’il est ques­tion en la matière. Tout par­ti­cu­liè­re­ment au vu de l’in­fla­tion de démarches télé­pho­niques pro­met­tant l’i­so­la­tion à 1 euro, les­quelles débouchent bien sou­vent sur une arnaque.

 

1 Un maté­riau bio­sourcé est une matière d’origine bio­lo­gique à l’exception des matières de for­ma­tions géo­lo­giques ou fos­siles. C’est une matière géné­ra­le­ment issue de la bio­masse végé­tale ou ani­male : bois, paille, chanvre, liège, lin, laine…

 

2 Au 04 76 00 19 09 ou bien en se ren­sei­gnant en ligne sur le site de l’Alec

 

commentez lire les commentaires
1753 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Très bien l’i­so­la­tion mais pour­quoi pous­ser à chan­ger pour du chauf­fage au bois ? C’est celui qui pol­lue le plus.
    https://www.20minutes.fr/planete/816468 – 20111102-green­peace-affirme-bio­masse-fores­tiere-pol­lue-plus-char­bon
    A noter aussi que ce Pierre Verri est le pré­sident du réseau ALEC. Le « tiers de confiance » dont il fait la pro­mo­tion est donc … lui même.
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/transitions-ecologiques/renovation-l-etat-pourrait-envisager-de-creer-un-livret-transition-energetique-850116.html

    sep article