Appel Forêt -
Précarité étudiante: le maire de Grenoble Éric Piolle interpelle le gouvernement

Précarité étudiante : le maire de Grenoble Éric Piolle interpelle le gouvernement

Précarité étudiante : le maire de Grenoble Éric Piolle interpelle le gouvernement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Face à la détresse des étudiants, le maire de Grenoble a décidé d’interpeller le gouvernement. Éric Piolle a envoyé un courrier, mardi 26 janvier, à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation mais aussi à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Le maire les enjoint à agir pour lutter contre la précarité, tout en taclant les mesures annoncées par Emmanuel Macron.

 

 

« La France, si elle veut conti­nuer à être une nation appre­nante, doit faire de ses étu­diant-es des citoyen-nes qui jouissent des mêmes droits à vivre en sécu­rité et en bonne santé, afin de se for­mer et de s’é­man­ci­per dans les meilleures condi­tions », écrit Éric Piolle dans un cour­rier adressé mardi 26 février à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supé­rieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ainsi qu’à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé.

 

Campus de Grenoble (avant pandémie) © Florent Mathieu - Place Gre'net

Campus de Grenoble (avant pan­dé­mie) © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les étu­diants ont mul­ti­plié les mani­fes­ta­tions en jan­vier pour crier leur colère. Une pre­mière mobi­li­sa­tion a eu lieu jeudi 21 jan­vier et une autre mardi 26 jan­vier. Le maire de Grenoble a donc décidé, à son tour, d’in­ter­pel­ler le gou­ver­ne­ment par cour­rier. On compte 68 000 étu­diants dans la Capitale des Alpes. Qui, depuis un an, doivent com­po­ser avec l’incertitude.

 

 

Une précarité étudiante exacerbée par la crise

 

Les étu­diants subissent de plein fouet la crise sani­taire et ses consé­quences éco­no­miques. En 2019, 20% des étu­diants vivaient sous le seuil de pau­vreté. « Précarité ali­men­taire, pré­ca­rité en besoins de pre­mières néces­sité, frac­ture numé­rique sont le lot d’un trop grand nombre d’entre-eux », rap­pelle Éric Piolle. Le Centre com­mu­nal d’ac­tion sociale (CCAS) dis­tri­bue ainsi 400 repas chaque semaine aux étu­diants en situa­tion de précarité.

 

Éric Piolle, maire de Grenoble © Simon Marseille – Place Gre’net

Éric Piolle, maire de Grenoble © Simon Marseille – Place Gre’net

 

« La concur­rence exa­cer­bée, elle, com­mence dès ParcourSup et jalonne les par­cours d’an­née en année : elle est une insé­cu­rité sup­plé­men­taire », ajoute le maire de Grenoble. Il pointe éga­le­ment du doigt des dis­pa­ri­tés de trai­te­ment entre les élèves. Ceux en classes pré­pa­ra­toire assistent aux cours en pré­sen­tiel, alors que la grande majo­rité des étu­diants suivent les cours à dis­tance, par visioconférence.

 

 

Des jeunes en détresse psychologique

 

Cette pré­ca­rité se tra­duit par une détresse psy­cho­lo­gique. « A un âge où l’on se construit et qui déter­mine les hori­zons de toute une vie, ces fra­gi­li­tés impactent dura­ble­ment la santé men­tale », com­mente Éric Piolle. Et ces der­nières semaines les sui­cides aug­mentent. A Grenoble, deux étu­diants on mis fin à leurs jours depuis fin décembre. Et une autre per­sonne a fait une ten­ta­tive de suicide.

 

Pancarte dans la manifestation du mardi 26 janvier 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

Pancarte dans la mani­fes­ta­tion du mardi 26 jan­vier 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

Face à cette situa­tion, Emmanuel Macron a pro­posé un chèque psy pour per­mettre de consul­ter un professionnel.

 

Une « avan­cée » pour l’é­dile de Grenoble… mais un geste insuf­fi­sant. « Le manque d’offre de soins, la més­in­for­ma­tion des étu­diants et les tabous encore pré­gnants sont autant d’obs­tacles qu’un “chèque psy” ne lèvera pas », tacle Éric Piolle.

 

« Nous deman­dons une cam­pagne d’in­for­ma­tion mas­sive autour de la santé men­tale per­met­tant aux étu­diants de s’in­for­mer, d’être orien­tés et écou­tés. Nous deman­dons le recru­te­ment, en urgence, du plus grand nombre d’as­sis­tantes sociales et de psy­cho­logues », exhorte le maire de Grenoble. Les psy­chiatres subissent éga­le­ment depuis plu­sieurs années des baisses de dota­tions. Ce qui se tra­duit par une dégra­da­tion des soins, comme le relève La Croix.

 

 

Des moyens humains supplémentaires pour accueillir les élèves en présentiel

 

Emmanuel Macron a éga­le­ment annoncé le retour pro­gres­sif des étu­diants sur les cam­pus. Dans un pre­mier temps une jour­née par semaine. « Malgré ces annonces, le retour des étu­diants en pré­sen­tiel est com­plexe, dans les faits, en rai­son du manque de pro­fes­seurs en capa­cité d’a­ni­mer les tra­vaux diri­gés », constate Éric Piolle.

 

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supé­rieur, de la Recherche et de l’Innovation. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le maire de Grenoble sou­haite des moyens sup­plé­men­taires et l’in­dem­ni­sa­tion des ensei­gnants à la hau­teur de leur inves­tis­se­ment. De plus, il craint que le Grenelle de l’é­du­ca­tion ne « dégrade le ser­vice public d’é­du­ca­tion à l’heure où des créa­tions mas­sives de postes devraient être pro­po­sées ». Une prise de posi­tion par laquelle l’élu plus­soie aux reven­di­ca­tions por­tées par les syn­di­cats de l’Éducation natio­nale dans leurs mobilisations.

 

 

La mise en place d’un RSA jeune

 

Éric Piolle salue la mise en place de deux repas à un euro au Crous pour tous les étu­diants. Mais pour lui, elle per­met juste de com­bler les carences de l’État. « Cette mesure n’au­rait cepen­dant pas lieu d’être si le sys­tème de bourses cou­vrait l’en­semble des situa­tions et si, par ailleurs, les aides sociales comme les APL n’a­vaient pas été ampu­tées », attaque l’é­dile grenoblois.

 

La précarité des étudiants a été exacerbée par la crise du Covid-19. © Tim Buisson – Place Gre’net

La pré­ca­rité des étu­diants a été exa­cer­bée par la crise du Covid-19. © Tim Buisson – Place Gre’net

Quelques mois après son élec­tion, Emmanuel Macron a décidé de bais­ser les aides au loge­ment (APL) alors que cette aide pro­fi­tait aux plus modestes. Une mesure mal per­çue alors que, dans le même temps, le pré­sident sup­pri­mait l’Impôt sur la for­tune. « Retirer aux plus modestes 5 € par mois d’aide pour les redis­tri­buer sous forme de sou­tien ali­men­taire ponc­tuel, c’est là toute l’in­co­hé­rence de votre poli­tique », tance Éric Piolle.

 

Dès lors, le maire de Grenoble demande le gel dans les coupes bud­gé­taires. Ainsi que la mise en œuvre des objec­tifs du plan pau­vreté. Et réitère enfin son sou­tien à la mise en place d’un RSA jeune.

 

 

Tim Buisson

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tim Buisson

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le DAL 38 s'inquiète du sort des familles à la fin de la trêve hivernale. © Sarah Krakovitch - Place Gre'net
À la veille de la fin de la trêve hivernale, le Dal 38 se mobilise pour empêcher les expulsions

  FOCUS - Le 1er juin 2021 marquera la fin de la trêve hivernale et la reprise des expulsions locatives. Le Dal 38, qui aide Lire plus

L'équipe du Fournil compte, en plus de ses salariés, une quinzaine de bénévoles actifs. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net
Le Fournil : haut lieu d’accueil, d’entraide et de partage à Grenoble

  REPORTAGE - Le Fournil, association qui vient en aide aux plus démunis, est à l’origine un lieu d’accueil de jour et une cantine associative, Lire plus

Installation d’une banderole dénonçant la précarité des intermitents du spectacle sur la façade au niveau du 5ᵉ étage d'un immeuble de la rue Félix-Poulat. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« T‑shirt noir et croix blanche » : action surprise d’intermittents du spectacle contre la réforme de l’assurance chômage à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Le collectif Cultures essentielles en lutte et la Coordination intermittents et précaires organisaient une action ce vendredi 7 mai à Grenoble. Lire plus

Une manifestation commune travailleurs sociaux - étudiants. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Travailleurs sociaux, culturels, étudiants… Près de 250 personnes ont manifesté ce jeudi 8 avril à Grenoble

  FOCUS - Près de 250 personnes ont manifesté à Grenoble ce jeudi 8 avril 2021, dans le cadre d'une nouvelle journée de grève des Lire plus

Les militants brandissent leur banderole © Simon Marseille - Place Gre'net
“Nous ne serons pas la génération sacrifiée” : à Grenoble, des étudiants en colère contre le gouvernement

  REPORTAGE AUDIO - Un rassemblement a eu lieu ce jeudi 11 février à midi sur le parvis de la bibliothèque universitaire de Saint-Martin-d’Hères. Une Lire plus

Manifestation contre la précarité à Grenoble ce 4 février 2021. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Entre 1 000 et 1 500 manifestants ont défilé à Grenoble contre la précarité, pour l’emploi et les services publics

  REPORTAGE VIDÉO - Entre 1 000 et 1 500 personnes ont manifesté ce jeudi 4 février 2021 à Grenoble, en réponse à l'appel d'une Lire plus

Flash Info

|

03/08

18h30

|

|

03/08

11h56

|

|

03/08

10h37

|

|

03/08

9h41

|

|

02/08

11h42

|

|

02/08

10h23

|

|

31/07

20h28

|

|

30/07

12h07

|

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

Les plus lus

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin