Une surmortalité record en Auvergne-Rhône-Alpes pour la deuxième vague de Covid-19

sep article



 

FLASH INFO — Si la première vague de Covid avait (relativement) épargné Auvergne-Rhône-Alpes en matière de surmortalité, ce n’est hélas pas le cas de la deuxième. Au contraire, indique l’Insee, la région se classe en première position des territoires les plus touchés entre le 1er septembre et fin décembre 2020. 30 869 personnes ont perdu la vie, contre 22 349 l’année précédente. Soit une hausse de 38,1 %.

 

Comme tou­jours, il convient de rap­pe­ler que les chiffres de mor­ta­lité enre­gis­trés par l’Insee incluent toutes les causes de décès. « Les sta­tis­tiques per­mettent donc de comp­ter le nombre de décès toutes causes confon­dues, mais pas d’isoler le nombre de décès lié à la seule Covid-19″, prend soin de pré­ci­ser l’Institut de sta­tis­tiques. Il n’en demeure pas moins que la sur­mor­ta­lité est mani­feste durant les deux vagues épi­dé­miques, avec une accal­mie entre mai et août 2020.

 

Graphique de la surmortalité en Auvergne-Rhône-Alpes. Relativement épargnée lors de la première vague épidémique, la région subit de plein fouet la deuxième. © Insee

Graphique de la sur­mor­ta­lité en Auvergne-Rhône-Alpes. Relativement épar­gnée lors de la pre­mière vague épi­dé­mique, la région subit de plein fouet la deuxième. © Insee

 

La deuxième vague se révèle très intense en Auvergne-Rhône-Alpes. Alors que la sur­mor­ta­lité n’a été supé­rieure de 10 % “que” cinq semaines entre mars et avril 2020, elle l’est déjà durant 11 semaines, entre le 12 octobre et le 27 décembre. Un chiffre qui pour­rait s’al­lon­ger, puisque l’Insee ne dis­pose pas encore des don­nées pour les pre­mières semaines de 2021. Quand bien même la décrue obser­vée pré­cé­dem­ment semble se confir­mer.

 

À l’ex­cep­tion du Cantal (+ 6,8 %), tous les dépar­te­ments affichent une sur­mor­ta­lité supé­rieure à 20 %. Avec des pro­por­tions dra­ma­tiques en Haute-Loire et en Savoie, où l’aug­men­ta­tion frôle les 60 %, soit res­pec­ti­ve­ment 1086 et 1973 décès, contre 682 et 1248 l’an­née pré­cé­dente. L’Isère figure dans la four­chette haute : avec 4398 décès contre 3011 à la même période en 2019, elle affiche une mor­ta­lité en hausse de 46,1 %.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1922 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.