Émilie Chalas réagit à son tour à la fermeture temporaire de la crèche de la Villeneuve

sep article



FLASH INFO – La crèche collective municipale de la Villeneuve a fermé ses portes depuis le mardi 5 janvier 2020, suite à des menaces et actes de vandalisme. Émilie Chalas, députée de l’Isère et conseillère municipale d’opposition, y voit un renoncement de la part de la municipalité grenobloise. Et surtout un manque d’accompagnement des jeunes en difficulté.

 

Quelques jours après Alain Carignon qui deman­dait la démis­sion du pré­sident du CCAS, la dépu­tée La République en Marche de l’Isère Émilie Chalas prend à son tour posi­tion sur le dos­sier de la fer­me­ture de la crèche de la Villeneuve.

 

Le jardin de la crèche de la Villeneuve, fermée depuis le mardi 5 janvier. © Tim Buisson – Place Gre’net

Le jar­din de la crèche de la Villeneuve, fer­mée depuis le mardi 5 jan­vier. © Tim Buisson – Place Gre’net

Elle accuse la mai­rie d’a­voir « cédé » en fer­mant le lieu d’ac­cueil et de « faire preuve d’ir­res­pon­sa­bi­lité ». La Ville de Grenoble assure de son côté avoir jus­te­ment fermé l’équipement d’ac­cueil du jeune enfant (EAJE) pour pro­té­ger le per­son­nel, les enfants et les familles.

 

Mais pour Émilie Chalas c’est un véri­table renon­ce­ment. « Les élus auraient dû main­te­nir la crèche ouverte, accom­pa­gner immé­dia­te­ment leurs agents et les parents, les pro­té­ger, et prendre les déci­sions néces­saires afin de ren­for­cer leur sécu­rité et celle des lieux », affirme-t-elle. Tout en insis­tant, comme Alain Carignon, sur l’as­pect sécu­ri­taire. Pour la dépu­tée, la muni­ci­pa­lité aurait ainsi dû ren­for­cer la pré­sence de poli­ciers sur place et ins­tal­ler un sys­tème de vidéo­pro­tec­tion.

 

 

La députée défend le bilan du gouvernement pour soutenir les jeunes

 

Mais c’est sur­tout la réac­tion de Maud Tavel, adjointe à la tran­quillité publique, qui a sus­cité l’ire de la conseillère d’op­po­si­tion. Dans une inter­view accor­dée au Dauphiné libéré, l’é­lue gre­no­bloise insis­tait sur la néces­sité de « se poser la ques­tion du sou­tien et de la pré­ven­tion pour accom­pa­gner cette jeu­nesse et lui pro­po­ser autre chose afin de trans­for­mer ce sec­teur ». Des pro­pos qui n’ont pas du tout plu à Émilie Chalas.

 

Une pancarte réalisée par des parents-délégués et les associations. © Tim Buisson – Place Gre’net

Une pan­carte réa­li­sée par des parents-délé­gués et les asso­cia­tions. © Tim Buisson – Place Gre’net

« Comment tolé­rer sa cri­tique de la sup­pres­sion des emplois aidés qui, selon elle, consti­tue une consé­quence du manque d’accompagnement de ces jeunes du quar­tier ! », s’a­gace-t-elle. Tout en égre­nant les dis­po­si­tifs mis en place par l’État pour accom­pa­gner les jeunes. Tels que les mis­sions de ser­vice civique, les emplois francs pour les jeunes en quar­tier prio­ri­taire de la poli­tique de la ville, le plan « un jeune, une solu­tion »…

 

La dépu­tée prend la défense de la poli­tique du gou­ver­ne­ment. Et rap­pelle qu’il a mis 6,7 mil­liards d’eu­ros sur la table pour favo­ri­ser l’ac­cès à l’emploi des jeunes.

 

Ce tout en poin­tant du doigt une cer­taine forme d’i­nac­tion de la muni­ci­pa­lité. « Car que fait la mai­rie pour l’emploi des jeunes ? », inter­roge Émilie Chalas. La dépu­tée indique ainsi en avoir recom­mandé plu­sieurs dans un cour­rier des­tiné à Pierre Mériaux, en charge du per­son­nel, pour appuyer leur can­di­da­ture. « Comme le maire vous l’a déjà indi­qué, les élu-es de cette majo­rité n’in­ter­viennent pas dans les pro­ces­sus de recru­te­ment, et ce dans un souci de trans­pa­rence et d’é­ga­lité de trai­te­ment entre les can­di­dat-es », lui a rétor­qué l’élu.

 

Tim Buisson

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1504 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour
    Vous n’a­vez pas honte.…..
    Que n’a­vez-vous pas fait pen­dant les élec­tions muni­ci­pales.…
    Heureusement que le ridi­cule ne tue pas.
    Utilisation sans tabou du fait reli­gieux dans les quar­tiers popu­laires et sur­tout le pire de tout,
    votre ges­tion des masques où votre atta­ché par­le­men­taire deman­dait une com­mis­sion pour avoir accès au com­mande de l’e­tat…
    En temps de guerre cela merite au mini­mum une démis­sion.…
    Quelle honte .…
    VILLENEUVE en chiffre :
    2200 euro de taxe fon­cière
    Ecole 0
    Sécurité 0
    300 euros de chare par moi
    Des struc­tures sociales qui ferment avec des défi­cits abys­sales.…
    Mr le pro­cu­reur mr le pre­fet mr le maire vous n’êtes que des oenuques devant un harem.….
    Que de la ges­ti­cu­la­tion quand l’un salue les sol­dats morts au Mali les autres(LREM EELV )uti­lisent le fait reli­gieux pour acce­der au pou­voir.….
    Les clients de ce tra­fic font aussi par­tis du conseil muni­ci­pale.…
    En atten­dant à Villeneuve nous sommes vic­time d’une véri­table spo­lia­tion ins­ti­tu­tion­na­li­sée.…
    En atten­dant lais­sons le couple médias poli­tique nous conter une ber­ceuse.

    BENYOUB.A

    sep article