Une Semaine de l’EPS pour lutter contre la sédentarité qui gagne du terrain

sep article

 

FIL INFO – Le Snep-FSU organise la « Semaine de l’EPS » (éducation physique et sportive) du 7 au 11 décembre 2020. L’occasion pour la section grenobloise du syndicat de proposer un rendez-vous entre enseignants le jeudi 10 décembre au Tremplin sport formation de Voiron. Et de réfléchir à la place du sport, actuellement en déclin, notamment en France.

 

 

Avec sa « Semaine de l’EPS » du 7 au 11 décembre 2020, le Syndicat natio­nal de l’é­du­ca­tion phy­sique Snep-FSU entend rap­pe­ler l’im­por­tance de l’ac­ti­vité spor­tive pour les jeunes, comme pour l’en­semble de la popu­la­tion. De fait, les chiffres du Panorama santé 2016 de l’OCDE sont cruels : « Seuls 14% des gar­çons et 6% des filles pra­tiquent une acti­vité phy­sique quo­ti­dienne (au moins une heure) dans l’Hexagone. »

 

L'EPS, déterminante dans la pratique sportive. La pratique du sport a fortement baissé chez les jeunes, alerte le syndicat des enseignants d'éducation physique et sportive © Snep-FSU

La pra­tique du sport a for­te­ment baissé chez les jeunes, alerte le syn­di­cat des ensei­gnants d’é­du­ca­tion phy­sique et spor­tive. © Snep-FSU

 

Résultat ? « Entre il y a 40 ans et aujourd’hui, les enfants ont perdu 25% de leurs capa­ci­tés car­dio­vas­cu­laires », selon la Fédération fran­çaise de car­dio­lo­gie, citée encore par le Snep-FSU. Et « seuls 10 % des enfants ont conservé les mêmes capa­ci­tés que leurs aînés ». Au final, la France est avant-der­nière en Europe pour ce qui concerne l’ac­ti­vité phy­sique des jeunes… et dix-hui­tième dans le monde, selon l’Unicef, pour la santé phy­sique de ses citoyens.

 

 

Une journée pour une EPS fondamentale à Voiron

 

Le grand ennemi ? La séden­ta­rité. « L’Agence natio­nale de sécu­rité sani­taire de l’alimentation, de l’environnement et du tra­vail alerte sur la séden­ta­rité des jeunes de 11 à 17 ans : 66 % d’entre eux pré­sentent un risque sani­taire impor­tant et 49 % un risque sani­taire élevé », énonce encore le Snep-FSU. Les deux confi­ne­ments n’ont évi­dem­ment pas amé­lioré la situa­tion, et même contri­bué à « ren­for­cer les inéga­li­tés ter­ri­to­riales et sociales d’ac­cès à la pra­tique spor­tive ».

 

Le Snep-FSU tire la sonnette d'alarme sur la sédentarité. DR

Le Snep-FSU tire la son­nette d’a­larme sur la séden­ta­rité. DR

 

L’éducation phy­sique et spor­tive peut-elle y remé­dier ? Oui, si les moyens sont suf­fi­sants, répond le syn­di­cat. « L’EPS est actuel­le­ment for­te­ment fra­gi­li­sée par les choix poli­tiques », dénonce-t-il. Et de citer le cas des classes sur­char­gées, la dif­fi­culté pour assu­rer des rem­pla­ce­ments, ou encore un accès aux équi­pe­ments spor­tifs jugé insuf­fi­sant. Sans oublier des réformes qui nuisent à l’é­va­lua­tion de la matière spor­tive.

 

Pour mieux réflé­chir à ces pro­blé­ma­tiques, le Snep-FSU Grenoble orga­nise une Journée « Pour une EPS fon­da­men­tale » le jeudi 10 décembre de 10 heures à 16 h 30 sur le site Tremplin sport for­ma­tion (TSF) de Voiron. L’occasion pour 100 ensei­gnants d’é­du­ca­tion phy­sique et spor­tive de se réunir « pour échan­ger, débattre et faire des pro­po­si­tions pour une EPS contri­buant aux défis sani­taire, social et éco­lo­gique ».

 

Florent Mathieu

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1727 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.