Trois Giérois déposent un recours devant le Conseil d’État pour contester le résultat des élections municipales

sep article



 

FLASH INFO – Trois Giérois dont deux élus du groupe Gières Avenir ont décidé de déposer un recours devant le Conseil d’État. Ils contestent le résultat des élections municipales de mars 2020. Un premier recours devant le tribunal administratif de Grenoble a été rejeté en octobre.

 

Pierre Verri, conseiller métropolitain en charge du Plan Climat Air Energie suit de près ce projet. @ Tim Buisson

Pierre Verri, maire de Gières et conseiller métro­po­li­tain. @ Tim Buisson

Le feuille­ton élec­to­ral n’est pas encore ter­miné à Gières. Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble a rejeté, en octobre, un pre­mier recours déposé par le groupe mino­ri­taire Gières Avenir1Près de qua­rante com­munes en Isère ont ainsi déposé des recours depuis le pre­mier tour. contes­tant l’é­lec­tion de Pierre Verri en mars 2020. Ce après avoir véri­fié d’hy­po­thé­tiques irré­gu­la­ri­tés lors des opé­ra­tions de vote ou de dépouille­ment et veillé aux condi­tions dans les­quelles la cam­pagne s’est dérou­lée.

 

Mais le samedi 28 novembre, trois Giérois, dont deux élus « dis­si­dents » de ce même groupe mino­ri­taire, ont décidé de por­ter ce juge­ment en appel auprès du Conseil d’État. Il s’a­git de Sylvain Stamboulian et Daniel Finazzo. « Cette ini­tia­tive n’en­gage en aucun cas les autres élus de la mino­rité, qui confirment leur volonté de pour­suivre leur rôle du groupe d’op­po­si­tion, por­teur de pro­jets et force de pro­po­si­tion au conseil muni­ci­pal », pré­cise le groupe Gières Avenir. C’est donc désor­mais au Conseil d’État d’é­tu­dier les condi­tions le dérou­le­ment de cette élec­tion.

 

Sylvain Stamboulian et Daniel Finazzo. Photo DR

Sylvain Stamboulian et Daniel Finazzo. Photo DR

Seulement 50 voix d’é­cart sépa­raient les deux can­di­dats gié­rois à l’is­sue du scru­tin en mars 2020. Le maire sor­tant Pierre Verri (PS) affron­tait alors Sylvain Stamboulian (autres éco­lo­gistes), dans un contexte mar­qué par le début de la crise du coro­na­vi­rus.

 

Au terme d’une cam­pagne muni­ci­pale âpre, Pierre Verri, par ailleurs vice-pré­sident à Grenoble Alpes Métropole, a ainsi rem­porté l’é­lec­tion d’une courte tête, avec 51,35% des voix, contre la liste de Sylvain Stamboulian qui en a recueilli 48,64%. L’abstention, quant à elle, a frôlé les 60% dans la com­mune.

 

TB

 

commentez lire les commentaires
1496 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.