Sans surprise, quand le confinement s’allège, la qualité de l’air se dégrade

sep article



 

FLASH INFO – Sans surprise, ce second « confinement » est bien parti pour avoir moins d’impact sur la qualité de l’air que le premier. Au printemps, la réduction drastique de l’activité économique et du trafic routier avait permis de constater une baisse notable des émissions de polluants, et notamment aux abords des voiries.

 

Le confinement s'allège, la qualité de l'air se dégrade. Pic d'ozone : procédure d'information-recommandation sur le bassin grenoblois et Nord-Isère

La pol­lu­tion aux oxydes d’a­zote à la baisse, quoique moindre qu’au pre­mier confi­ne­ment – DR

Pour ce second épi­sode, la baisse des pol­luants auto­mo­biles est (for­cé­ment) moins mar­quée.

 

De fait, depuis la fin du mois d’oc­tobre, le tra­fic rou­tier a baissé entre 20 et 25 % en semaine, et de 50 % les week-ends.

 

« Ainsi, la dimi­nu­tion des taux de dioxyde d’azote est moins nette qu’en mars-avril, de l’ordre de – 40 % par rap­port à la “nor­male” des cinq der­nières années », constate Atmo, l’as­so­cia­tion char­gée de sur­veiller la qua­lité de l’air dans la région.

 

Ce qui est vrai pour les oxydes d’a­zote, prin­ci­pa­le­ment issus du tra­fic rou­tier, l’est net­te­ment moins pour les par­ti­cules fines, l’autre prin­ci­pale com­po­sante de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. Et pour cause, les pous­sières étant majo­ri­tai­re­ment issues du chauf­fage au bois, elles sont direc­te­ment tri­bu­taires de la météo.

 

« Au prin­temps, comme à l’automne, il ne se dégage pas une ten­dance très nette d’évolution des concen­tra­tions de par­ti­cules », convient Atmo. Résultat, la qua­lité de l’air se dégrade cet automne com­pa­ra­ti­ve­ment au prin­temps. « Il est dif­fi­cile d’évaluer la part du confi­ne­ment dans cette dégra­da­tion, notam­ment du fait du télé­tra­vail, mais l’influence du chauf­fage est en revanche indé­niable ». 

 

 

commentez lire les commentaires
1115 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. C’est mar­rant, Atmo ne parle pas de l’aug­men­ta­tion conti­nue de la moyenne du dioxyde d’a­zote qui a suivi CVCM / Chronovelo à Grenoble dès Avril 2017 ! 

    Ni que Grenoble passe 1ère ville pol­luée en 2021 avec l’in­té­gra­tion des pm 2.5 !

    La poli­tique soit disant éco­lo­gique des verts Grenoblois qui n’a eu pour effet que de faire explo­ser les embou­teillages, aug­men­ter la pol­lu­tion et affai­blir notre éco­no­mie, est un total échec👎

    https://www.lefigaro.fr/sciences/un-nouvel-indice-de-qualite-de-l-air-plus-rigoureux-mis-en-place-en-2021 – 20200917

    sep article
  2. Non seule­ment E. PPPiolle a aggravé la pol­lu­tion auto­mo­bile en conges­tion­nant gra­ve­ment
    la cir­cu­la­tion, mais il a menti et mani­pulé l’o­pi­nion en fai­sant croire qu’elle était la pre­mière source de pol­lu­tion. Car en réa­lité à Grenoble, la pol­lu­tion vient d’a­bord du chauf­fage, en par­ti­cu­lier au bois car c’est extrê­me­ment émet­teur de par­ti­cules can­cé­ri­gènes.
    https://www.placegrenet.fr/2020/05/07/grenoble-a-coeur-pollution-chauffage-et-pas-voiture/293716
    Résultat : Grenoble est la ville la plus pol­luée de France ! La capi­tale soit disant verte est en réa­lité la capi­tale noire.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/un-nouvel-indice-de-qualite-de-l-air-plus-rigoureux-mis-en-place-en-2021 – 20200917

    sep article