Environ 700 manifestants ont demandé la réouverture des commerces. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Commerçants et indé­pen­dants de l’Isère ont lancé un SOS avant les annonces d’Emmanuel Macron

Commerçants et indé­pen­dants de l’Isère ont lancé un SOS avant les annonces d’Emmanuel Macron

 

REPORTAGE VIDÉO - Des centaines de commerçants, cafetiers, restaurateurs, hôteliers et indépendants en colère se sont rassemblés à Grenoble ce lundi 23 novembre 2020. Inquiets pour leur avenir,  ils ont manifesté pour alerter sur leur situation jugée « intenable » et réclamer le droit de pouvoir rouvrir leurs commerces. Ce la veille de l'allocution d'Emmanuel Macron devant lever certaines contraintes liées au confinement.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Ce lundi 23 novembre 2020 à 15 heures, plusieurs centaines de commerçants, cafetiers, restaurateurs, hôteliers, fournisseurs, traiteurs et indépendants ont convergé place de Verdun. Où s'est tenu un rassemblement en forme de SOS, à l'appel de l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie (Umih) de l’Isère et de Label ville.

 

L'objectif des manifestants ? Alerter sur les situations économique et psychologique « intenables » que vivent les professionnels du secteur, le gouvernement ayant jugé leurs activités « non essentielles ». Ce dans une ambiance d'autant plus anxiogène que deux établissements sur trois du secteur de l'hôtellerie-restauration pourraient mettre la clef sous la porte, selon une enquête récente.

 

 

« Qui peut survivre à ça humainement et économiquement ? »

 

« Les loyers vont nous tuer ! », « Laissez-nous travailler ! » ou encore « Assureurs = menteurs ! », pouvait-on lire sur les pancartes et banderoles brandies par certains. À nouveau frappés par la fermeture de leurs établissements durant ce deuxième confinement, les commerçants ont manifesté leur inquiétude et réclamé le droit de pouvoir rouvrir au plus tôt.

 

Dans le même temps, le préfet de l'Isère recevait une délégation à laquelle s'était jointe la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) du département. Un rassemblement qui se déroulait avec le soutien des chambres de commerce et d'industrie de Grenoble et du Nord-Isère, de la chambre des métiers et de l'artisanat de l'Isère et du Syndicat des marchés de l'Isère.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

 

À l'orée de l'allocution d'Emmanuel Macron attendue ce mardi 24 novembre à 20 heures concernant certains allègements pour les commerçants, les manifestants ne se faisaient guère d'illusions. De fait, nombre d'entre eux ne croient pas pouvoir sortir de sitôt du « marasme économique désastreux » qu'ils traversent, ni rouvrir prochainement.

 

« Huit mois que les discothèques sont closes, plus d'un trimestre de fermeture pour les restaurants et les bars. Les hôtels sont désespérément vides et les saisonniers ne savent toujours pas à cette date si leur saison existera », a dénoncé au micro Danièle Chavant, la présidente de l'Umih de l'Isère. « Qui peut survivre à cela, humainement et économiquement ? », a-t-elle gravement interrogé.

 

 

« L'échafaud des cessations de paiement et des dépôts de bilan »

 

Dans la foule qui se pressait devant la préfecture, de très nombreux représentants des secteurs du commerce et de l'hôtellerie-restauration. Sans oublier tous ceux entraînés dans la tourmente : bouchers, fournisseurs de boissons, organisateurs d'événements, maraîchers et bien d'autres indépendants gravitant autour de la restauration.

 

Les entreprises de loisirs intérieurs (indoor) également touchées par la crise sanitaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les entreprises de loisirs intérieurs (indoor) également touchées par la crise sanitaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des clients sont même venus pour exprimer leur solidarité envers leurs commerces de proximité, tout comme un petit groupe de Gilets jaunes, arrivés en renfort.

 

« J'ai zéro budget, zéro commandes qui tombent. Les charges, elles, continuent de courir et nous n'avons encore reçu aucune aide », se désole Annabelle Revol.

 

À la tête d'une entreprise de fourniture de matériel d'art de la table, cette dernière décrit un « chaos total » et craint le pire pour les mois et même les années à venir. Un sentiment d'angoisse devant l'avenir que partageaient la plupart des personnes présentes lors de ce rassemblement.

 

 

« L'échafaud des cessations de paiement et des dépôts de bilan »

 

Concernant les saisonniers, Luc Magnin, leur président, a réclamé la mise en œuvre de « mesures fortes, concrètes et pérennes ». « À défaut, vous nous ferez entrer dans le gouffre des entreprises en difficulté. Et vous nous pousserez ainsi sur l'échafaud des cessations de paiement et des dépôts de bilan », a-t-il prédit aux instances gouvernementales.

 

Retour en images sur les principales séquences de ce rassemblement à l'issue, duquel deux tiers des participants ont mis le genou à terre en signe de désarroi.

 

 

 

« Nous sommes vraiment les laissés pour compte de la crise sanitaire »

 

« Toutes les fêtes vont se passer sans nous et on nous dit que nous pourrons rouvrir le 15 janvier, s'il n'y a pas une nouvelle augmentation de la circulation du virus. C'est donc très clair : nous sommes vraiment les laissés pour compte de la crise sanitaire », se désole Danièle Chavant.

 

La présidente de l'Umih n'est d'ailleurs guère optimiste quant à l'avenir du secteur qu'elle représente. « Les gens n'iront plus que vers les grands groupes, des choses sans âme ni identité alors que la France c'est un savoir-faire. De la diversité il n'y en aura plus parce que les petits disparaîtront », anticipe-t-elle.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

L'entrevue avec le préfet ? « Il nous a écoutés et assuré qu'il allait agir sur certains leviers », rapporte Danièle Chavant.  Notamment, précise-t-elle, sur les aides de la Région, trop limitées quant aux chiffres d'affaires et au nombre d'employés. Quant aux banques, elles ne suivent plus les commerçants pour leurs reports de prêts lors de ce deuxième confinement.

 

Avant que le président de la République ne s'exprime devant la Nation, Danièle Chavant lui a adressé une forme de supplique, au terme de son discours : « Ne tuez pas notre savoir-faire, ne tuez pas nos entreprises ! Laissez-nous notre dignité, laissez-nous travailler ! »

 

Joël Kermabon

 

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Rossignol lance un nou­veau plan stra­té­gique et ambi­tionne de dépas­ser les 500 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2026

EN BREF - Rossignol a annoncé, à la mi-novembre 2022, son nouveau plan stratégique, baptisé "Ascension 2026". Le groupe isérois s'appuie sur "de nouveaux engagements Lire plus

La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 millions d'euros pour un "pack sécurité écoles"
La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 mil­lions d’eu­ros pour un « pack sécu­rité écoles »

FLASH INFO - Après le soutien à l'équipement des villes en vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce adopter un "pack sécurité écoles" doté de 10 millions Lire plus

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Le Département de l’Isère s’en­gage avec l’EFS pour mobi­li­ser et for­mer des « ambas­sa­deurs du don de sang »

FLASH INFO - "Mobiliser et former des “ambassadeurs du don” pour dynamiser les collectes de sang". Tel est l'objectif de la convention signée le 25 Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !