Grenoble : deux auteurs d’agressions avec violence condamnés à de la prison ferme

sep article



 

FLASH INFO – Deux hommes de 21 et 32 ans ont été condamnés à deux ans de prison ferme vendredi 20 novembre, après avoir commis plusieurs vols très violents avec agressions durant le mois de novembre à Grenoble.

 

© Joël Kermabon – Placegrenet.fr

Le pre­mier vol remonte au 8 novembre 2020 peu avant 21 heures aux abords du télé­phé­rique sur les quais de l’Isère. Un pre­mier indi­vidu a étran­glé par der­rière une étu­diante de 21 ans en école de com­merce.

 

Pendant ce temps, un autre homme s’est emparé de son sac et de son télé­phone. Elle a alors perdu connais­sance et s’est bles­sée au crâne. Ce qui a occa­sionné, outre un stress aigu, trois points de suture et trois jours d’in­ca­pa­cité de tra­vail (ITT). Les poli­ciers de la sûreté de Grenoble ont pu retra­cer le par­cours des agres­seurs grâce à la carte ban­caire de la vic­time, uti­li­sée pour com­man­der une pizza. Mais aussi via les vidéos du tram.

 

 

Une autre victime de vol devant le lycée Champollion

 

Lycée Champollion, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Lycée Champollion, Grenoble © Chloé Ponset – Place Gre’net

Le len­de­main à 21 h 30, ces der­niers ont ciblé une étu­diante de 19 ans devant le lycée Champollion. Le pre­mier l’a entraî­née au sol tan­dis que le second s’emparait de son sac, son télé­phone et sa chaîne en or.

 

La jeune femme a réussi à frap­per son agres­seur mais celui-ci a accen­tué son étran­gle­ment jus­qu’à ce qu’elle perde connais­sance. Bilan : des traces de vio­lences sur les cer­vi­cales et trois jours d’ITT. Là encore, la vidéo-sur­veillance a per­mis de confondre les agres­seurs. En l’oc­cur­rence, la vidéo d’une supé­rette dans laquelle ils se sont ren­dus et qui a fourni des images assez pré­cises.

 

 

Une der­nière vic­time de 88 ans

 

Le 12 novembre, les deux hommes s’en sont cette fois pris à une dame de 88 ans. Munie d’une canne, elle ren­trait chez elle vers 14 h 30 après s’être ren­due à la phar­ma­cie sur le bou­le­vard Foch. Les deux indi­vi­dus l’ont sui­vie jus­qu’à son immeuble. Tandis que l’un tenait la porte, l’autre arra­chait son col­lier avant de la faire tom­ber. Une scène fil­mée par la vidéo-sur­veillance de l’im­meuble.

 

Disposant ainsi des pho­to­gra­phies des deux sus­pects, la Bac a pu inter­pel­ler le pre­mier indi­vidu le 18 novembre en fin de mati­née. Confronté aux images de la vidéo­sur­veillance, il a avoué les faits rapi­de­ment. Arrêté le len­de­main en fin de jour­née, son com­plice « a reconnu les faits en impu­tant à son co-auteur le rôle moteur », pré­cise le pro­cu­reur de Grenoble Éric Vaillant.

 

 

Les deux individus condamnés à de la prison ferme

 

Placés en garde à vue, les deux indi­vi­dus ont com­paru devant le tri­bu­nal ce ven­dredi 20 novembre avec les chefs d’ac­cu­sa­tion de vols avec vio­lence ayant entraîné une ITT n’ex­cé­dant pas huit jours com­mis en réunion, ainsi que vol com­mis sur per­sonne vul­né­rable avec vio­lence sans ITT et en réunion.

 

Ali El Ahrach, 21 ans, et Mohamed Rahmouni, 32 ans, écopent de deux ans de pri­son ferme. Mais éga­le­ment de cinq ans d’interdiction du ter­ri­toire, le plus jeune étant un deman­deur d’asile maro­cain, le second un Libyen de 32 ans sous le coup d’une obli­ga­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais (OQTF), rap­porte Le Dauphiné libéré.

 

Tim Buisson

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1166 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ils sont clan­des­tins et ils étranglent les femmes mais ils pour­ront reve­nir après 5 ans seule­ment d’in­ter­dic­tion du ter­ri­toire ! Il faut quoi pour une inter­dic­tion pure et simple ? Décapiter les gens ?

    sep article