Le Palais du parlement du Dauphiné va connaître une seconde jeunesse

sep article



EN BREF – Le Département de l’Isère a validé l’opération de valorisation et de rénovation du Palais du parlement du Dauphiné. Au programme : des travaux pour les salles historiques et les locaux de l’agence Isère Attractivité, ainsi que l’installation du Musée de la Résistance de l’Isère. Une partie du Palais est par ailleurs confiée à un promoteur privé pour la création de plus de 35 logements.

 

 

Évoquée en 2018 par le conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, la réno­va­tion du Palais du Parlement du Dauphiné est désor­mais sur les rails. Le Département a même annoncé sans ambages « sau­ver le Palais de l’a­ban­don ». La col­lec­ti­vité a ainsi validé « la com­po­si­tion finale de cette opé­ra­tion, ainsi que sa mise en œuvre juri­dique et finan­cière », lors de sa séance publique du 23 octobre 2020.

 

Palais du parlement de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Palais du par­le­ment de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Objectifs ? « Rénover et valo­ri­ser ce bâti­ment his­to­rique, dans une cohé­rence archi­tec­tu­rale géné­rale, afin de le faire (re)découvrir au public et lui redon­ner la place qui lui revient dans l’histoire et le patri­moine du Dauphiné du Moyen-âge à nos jours ». Ce tout en concé­dant une part non négli­geable à des pro­jets immo­bi­liers pri­vés : 44 % des 11 000 mètres car­rés (envi­ron) du bâti­ment accueille­ront plus de 35 loge­ments, plus un local com­mer­cial.

 

 

Le déménagement du Musée de la Résistance confirmé

 

Pour ce qui est de la par­tie publique, le conseil dépar­te­men­tal confirme le pro­jet de démé­na­ge­ment du Musée de la Résistance de l’Isère dans les murs du Palais du Parlement. Si l’Association des amis du musée appe­lait à une concer­ta­tion autour des moda­li­tés de cet emmé­na­ge­ment, le Département pro­met d’ores et déjà plus de 1400 m² de sur­face utile. Soit, tout de même, 400 m² de plus que l’emplacement actuel du Musée, rue Hébert à Grenoble.

 

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère va quitter la rue Hébert pour rejoindre le Palais du parlement © Chloé Ponset - Place Gre'net

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère va quit­ter la rue Hébert pour rejoindre le Palais du par­le­ment. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

« Cette nou­velle implan­ta­tion lui per­met­tra d’en renou­ve­ler la muséo­gra­phie et de dis­po­ser d’espaces sup­plé­men­taires », vante dès lors le Département. Qui table sur un déve­lop­pe­ment de l’es­pace des expo­si­tions tem­po­raires ainsi que de la bou­tique et des salles péda­go­giques du Musée. De plus, pré­cise-t-il, les grandes salles patri­mo­niales du Palais du par­le­ment pour­ront, elles aussi, être sol­li­ci­tées.

 

Le Musée de la Résistance ne sera pas seul dans le bâti­ment. L’agence Isère Attractivité reste, pour sa part, sur place. Mais « béné­fi­ciera, après réno­va­tion et réagen­ce­ment des espaces inté­rieurs, d’une visi­bi­lité excep­tion­nelle auprès du public en tirant par­tie d’espaces de récep­tion idéaux au titre de son action ». Enfin, le Département pré­voit de res­tau­rer et valo­ri­ser les salles his­to­riques du Palais pour mieux les rendre acces­sibles aux visi­teurs.

 

L’ancienne majorité accusée d’avoir « laissé à l’abandon » le Palais du parlement

 

Côté privé, c’est le grou­pe­ment Promoval – Financière-Petrus qui a rem­porté l’ap­pel à pro­jets lancé par le Département. « Le pro­mo­teur pren­dra une par­tie des coûts à sa charge (11,52 M€), le coût res­tant pour le Département étant de 9,55 M€ », chiffre le conseil dépar­te­men­tal. Les tra­vaux devraient démar­rer en février 2021.

 

Pour Jean-Pierre Barbier, la majorité précédente du Département a "laissé à l'abandon" le Palais du parlement © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour Jean-Pierre Barbier, la majo­rité pré­cé­dente du Département a « laissé à l’a­ban­don » le Palais du par­le­ment. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour le pré­sident du Département, « il est urgent d’agir sur ce site ». Un site qu’il consi­dère « laissé à l’a­ban­don » par l’an­cienne majo­rité. « Elle conti­nue aujourd’hui : elle a voté contre ou s’est abs­te­nue en séance publique lors du vote de ce pro­jet », attaque encore Jean-Pierre Barbier. Non sans esti­mer « regret­table » le vote de son oppo­si­tion : « Une telle cause patri­mo­niale et cultu­relle devrait nous réunir », juge-t-il. Une polé­mique oppor­tune à l’ap­proche des élec­tions dépar­te­men­tales ?

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1865 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.