Le championnat de France de hockey suspendu au moins jusqu’à la fin du confinement

sep article



 

FLASH INFO – La Ligue Magnus se met sur pause au moins jusqu’au 1er décembre, date de la fin du confinement, a annoncé la Fédération française de hockey sur glace mercredi 11 novembre. Les clubs professionnels, dont Les Brûleurs de Loups, ne souhaitent en effet pas jouer à huis clos en raison des pertes économiques qu’engendrerait cette configuration.

 

Les cham­pion­nats de sport pro­fes­sion­nel peuvent se pour­suivre en France pen­dant la période de confi­ne­ment, cen­sée se ter­mi­ner le 1er décembre 2020. Avec une contrainte majeure : l’ab­sence de public. Si le foot­ball, le rugby, le bas­ket et le vol­ley notam­ment ont choisi de conti­nuer à jouer, le hockey sur glace a fait le choix inverse. La déci­sion a été prise mardi 10 novembre par le bureau direc­teur de la Fédération fran­çaise de hockey sur glace (FFHG) « en accord avec les clubs concer­nés », a expli­qué la FFHG par voie de com­mu­ni­qué mer­credi 11 novembre.

 

Avec les travaux de la patinoire qui avaient pris du retard et le coronavirus, les Brûleurs de Loups, en hockey sur glace,n'ont toujours pas pu jouer à domicile cette saison.

Avec les tra­vaux de la pati­noire qui avaient pris du retard et le coro­na­vi­rus, les Brûleurs de Loups, en hockey sur glace, n’ont tou­jours pas joué à domi­cile cette sai­son. © Archive Laurent Genin

 

Pas ques­tion pour les clubs pro­fes­sion­nels de dis­pu­ter leurs matchs à huis clos alors que les aides de l’État semblent insuf­fi­santes pour com­pen­ser les pertes, notam­ment de billet­te­rie, engen­drées par l’absence de public. « On ne peut pas conce­voir de jouer des matchs à huis clos, on veut par­ta­ger des émo­tions avec nos fans et nos par­te­naires, sou­ligne Jacques Reboh, le pré­sident des Brûleurs de Loups de Grenoble, par voie de com­mu­ni­qué. Nous avons un modèle éco­no­mique à pré­ser­ver. Tant qu’on n’a pas joué des matchs à huis clos, l’impact éco­no­mique est moindre. »

 

Jacques Reboh indi­quait dans Le Dauphiné libéré, jeudi 12 novembre, que les frais enga­gés en cas de huis clos s’élèveraient de 8 à 10 000 euros pour les matchs en dépla­ce­ment et jusqu’à 12 000 euros pour ceux à domi­cile. Or les Grenoblois devaient jouer sept fois d’ici au 1er décembre… La fac­ture aurait été par­ti­cu­liè­re­ment salée.

 

« Notre objec­tif com­mun reste inchangé : reprendre la com­pé­ti­tion dès que l’ac­cueil du public et des par­te­naires sera de nou­veau pos­sible, a pré­cisé la Fédération fran­çaise de hockey sur glace, même si cela doit avoir pour consé­quence une réduc­tion des jauges d’ac­cueil en ques­tion ; [et] jouer l’en­semble des ren­contres pré­vues au calen­drier ini­tial [44 jour­nées de sai­son régu­lière, plus les phases finales, ndlr]. »

 

LG

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
686 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.