Smmag : le courant ne passe toujours pas entre Sylvain Laval et le groupe Une métropole d’avance

sep article



 

FLASH INFO – Les élus du groupe Une métropole d’avance (Uma) s’étonnent de « n’avoir reçu aucune proposition de rendez-vous » de la part de Sylvain Laval, président du Syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise (Smmag). Tandis que ce dernier avait préalablement affirmé attendre une réponse des “écologistes”.

 

Tensions au Smmag entre Sylvain Laval et le groupe Uma.La salle du Forum où se déroulait l'élection du Smmag © Laure Gicquel - Placegrenet.fr

La salle du Forum où se dérou­lait l’é­lec­tion du Smmag © Laure Gicquel – Placegrenet.fr

Après l’é­lec­tion de Sylvain Laval à la pré­si­dence du Syndicat mixte des mobi­li­tés de l’aire gre­no­bloise (Smmag) le 8 octobre der­nier et la consti­tu­tion de l’exé­cu­tif dans la fou­lée, le groupe Une métro­pole d’a­vance (Uma) s’é­tait vu pro­po­ser deux vice-pré­si­dences. Mais ses élus – Margot Belair, Florent Cholat, Alan Confesson, Pierre Bejjaji et Yann Mongaburu, ancien pré­sident du Smaag – n’a­vaient pas répondu à l’offre.

 

Ce mardi 10 novembre, ces der­niers ont envoyé un com­mu­ni­qué à la presse pour s’é­ton­ner que Sylvain Laval déplore, « dans une inter­view récente », « ne pas avoir de réponses des “éco­lo­gistes” à sa pro­po­si­tion d’entrer dans l’exécutif ». Et les élus d’af­fir­mer qu’ils ont au contraire « demandé à plu­sieurs reprises une ren­contre avec M. Laval pour dis­cu­ter enfin d’un contrat de man­da­ture et de gou­ver­nance ».

 

Car pour les élus Uma, « les pro­messes de consen­sus et de dia­logue ne peuvent se limi­ter à la dési­gna­tion des vice-pré­si­dences ». Ils affirment par ailleurs vou­loir contri­buer acti­ve­ment à « la construc­tion des poli­tiques publiques […] pas incom­pa­tible avec des poli­tiques ambi­tieuses, comme en atteste le vote à l’unanimité du PDU [Plan de dépla­ce­ment urbain, ndlr] en 2019″.

 

L’occasion éga­le­ment pour Uma de réité­rer ses cri­tiques sur l’é­lec­tion de Sylvain Laval « sans débat de fond sur le pro­jet ». Et le groupe de tacler un pré­sident dont « la pre­mière déci­sion sym­bo­lique [la sup­pres­sion de la Tempovélo pro­vi­soire des quais, ndlr] a été prise sans aucune concer­ta­tion […] abou­tis­sant à une réduc­tion de la place des modes actifs en ville ». Ils appellent donc à un dia­logue, qui seul pour­rait apai­ser des « craintes réelles ».

 

Laure Gicquel

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2101 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. « Nous ne pou­vons par­ti­ci­per à l’exécutif de C. Ferrari » avait dit Monbagourou, qui avait même évo­qué « une inac­cep­table pré­si­dence de la métro­pole » pen­dant que son copain Confesson fai­sait touit touit avec « Christophe Ferrari a com­mis un par­jure ».
    https://www.placegrenet.fr/2020/07/22/reelection-ferrari-christophe-metro-brouhaha-general/305934
    C’est la 2ème sai­son d’une pitoyable série. Après les sec­taires font leurs dik­tats, voilà les sec­taires font leur cinéma.

    sep article
  2. Mdr la sup­pres­sion des tem­po­velo sans concer­ta­tion, impo­sées elles même sans concer­ta­tion aucune !
    Et que dire de CVCM / Chronovelo impo­sés aux Grenoblois sans études d’im­pacts avec une pseudo concer­ta­tion de facade bidon­née et tru­quée ?

    sep article