Budget : les finances de la Ville de Grenoble fragilisées par les effets de la crise sanitaire du Covid-19

sep article



 

FOCUS – La crise sanitaire replonge les finances de la Ville de Grenoble dans une situation très fragile, avec une épargne nette attendue négative. C’est ce qui est ressorti du conseil municipal de ce lundi 2 novembre 2020, qui examinait une décision modificative du budget 2020. Selon la municipalité, sans aides de l’État, cette situation devrait s’aggraver sur la période 2021 – 2022. En cause, des recettes atones et des dépenses alourdies par les conséquences de pandémie. 

 

 

Les finances de Grenoble fragilisées par la crise sanitaire.Hakim Sabri, adjoint aux finances lors du conseil lmunicipal du 2 novembre 2020. Copie d'écran

Hakim Sabri, adjoint aux finances, lors du conseil muni­ci­pal en visio­con­fé­rence ce 2 novembre 2020. Copie d’é­cran

« Nous tra­ver­sons depuis plus de six mois une situa­tion inédite, tant sur le plan sani­taire que social qui n’est pas sans inci­dence finan­cière sur le fonc­tion­ne­ment de la col­lec­ti­vité. »

 

Hakim Sabri, adjoint aux finances, pré­sen­tait, ce 2 novembre 2020 devant le conseil muni­ci­pal, une déci­sion modi­fi­ca­tive1Ce sont des déli­bé­ra­tions qui viennent modi­fier les auto­ri­sa­tions bud­gé­taires ini­tiales. Soit pour inté­grer des dépenses ou des res­sources nou­velles, soit pour sup­pri­mer des cré­dits anté­rieu­re­ment votés. (DM) visant à enre­gis­trer les consé­quences de la crise sani­taire sur les finances de la Ville. Soit une aug­men­ta­tion de 2 085 827 euros de la sec­tion fonc­tion­ne­ment et de 7 976 269 euros de la sec­tion inves­tis­se­ments, res­pec­ti­ve­ment pour leur par­ties dépenses et recettes.

 

L’occasion de faire le point, selon l’ad­joint, « sur le bud­get de fonc­tion­ne­ment de la Ville en recettes et dépenses, autant que sur la dégra­da­tion des épargnes ». Mais aussi sur la ges­tion du CCAS « for­te­ment sol­li­cité en cette période de crise sani­taire », a sou­li­gné Hakim Sabri.

 

 

Les finances fragilisées par une perte nette de recettes de 3,9 millions d’euros

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
5178 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. si je com­prend bien l’ar­ticle :

    Recette : 3,9 mil­lions
    Depense : – 1,3 mil­lions
    Total : 2,6 mil­lion en moins

    Je déduis que la crise du Covid à couté 2, 6 mil­lions d’euro à la ville soit de l’ordre de 10 euros par habi­tant. bah, ca va, non ?

    sep article
  2. Ils n’ont qu’à récla­mer le rem­bour­se­ment des sub­ven­tions qu’ils ont donné au ccif ça fera tou­jours quelques euros en plus dans la caisse de la ville

    sep article
  3. Pas d’argent mais E. PPPiolle a refusé les 2 mil­lions d’eu­ros offerts par la région pour finan­cer la sécu­rité. Par contre il va dépen­ser pour ins­tal­ler des camé­ras de « vidéo ver­ba­li­sa­tion » (dixit Maud Tavel dans le DL) dès l’an­née pro­chaine.
    Car comme tout le monde le sait, le délin­quant n°1 à Grenoble c’est l’au­to­mo­bi­liste. Loin devant les dea­lers de Mistral, les tireurs au mor­tier, les pro Daesh qui taguent au centre ville.
    https://actu.fr/auvergne-rhone-alpes/grenoble_38185/un-nouveau-tag-retrouve-sur-un-mur-de-grenoble-indique-que-daesh-recrute-le-parquet-saisi_37222304.html

    sep article