Rencontres Business Hydro : les acteurs de l’hydroélectricité alpine misent sur le numérique et l’écologie

sep article



 

FOCUS – La 5e édition des Rencontres Business Hydro qui devait se tenir le 10 novembre prochain est remplacée par un événement en ligne, le e‑Business Hydro. Le thème retenu ? L’Hydro 4.0, à savoir l’hydroélectricité à l’heure du numérique. Alors que la crise du coronavirus redessine les contours de leurs perspectives économiques, les acteurs de l’hydroélectricité convergent en effet vers une double transition : écologique et numérique.

 

 

Hydroélectricité alpine : cap sur le numérique et l'écologie Roland Vidil, président de l'association Hydro 21. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Roland Vidil, pré­sident de l’as­so­cia­tion Hydro 21, pour qui l’hy­dro­élec­tri­cité doit conci­lier éco­lo­gie et numé­rique. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Un des prin­ci­paux atouts de l’hy­dro­élec­tri­cité, c’est qu’il per­met une meilleure inté­gra­tion envi­ron­ne­men­tale et une amé­lio­ra­tion des per­for­mances tech­niques grâce aux inno­va­tions et aux nou­velles tech­no­lo­gies. » C’est avec ces mots que Roland Vidil, pré­sident d’Hydro 21, a intro­duit son pro­pos dans le cadre d’une confé­rence orga­ni­sée le 24 sep­tembre der­nier par cette asso­cia­tion qui fédère les com­pé­tences de la région Auvergne-Rhône-Alpes en hydrau­lique et hydro­élec­tri­cité. Le tout en pré­sence des nom­breux acteurs indus­triels de la région comme EDF Hydro Alpes, General Electric ou encore Ponticelli Frères.

 

 

« Grenoble, berceau de la houille blanche »

 

Emmanuel Peret, direc­teur géné­ral de la société CIC Orio, en est convaincu : le pro­jet de col­la­bo­ra­tion porté par Hydro 21 peut être « un véri­table levier pour faire rayon­ner la région Rhône-Alpes et atteindre nos objec­tifs de mix éner­gé­tique [pas­ser à 30% d’énergies renou­ve­lables, ndlr] ». Les indus­triels ne manquent pas de van­ter les atouts du pay­sage alpin. Selon eux, il se prête par­fai­te­ment au pro­jet : « On a de la chance d’avoir des mon­tagnes et des fleuves », a rap­pelé le res­pon­sable de CIC Orio. Quant à Antoine Paray de l’entreprise Artelia, il insiste, chiffres à l’ap­pui, sur « les res­sources durables et quasi-illi­mi­tées » qu’offre la région. À elle seule, la région Auvergne-Rhône-Alpes comp­ta­bi­li­se­rait envi­ron 50 % du poten­tiel hydro­élec­trique fran­çais…

 

 

L’hydroélectricité doit surfer sur la vague numérique et l’écologie

 

« Aujourd’hui, la crise sani­taire sou­lève le besoin de gérer ces équi­pe­ments à dis­tance et de limi­ter un maxi­mum le per­son­nel pré­sent sur le site », explique Sylvain Grillet, direc­teur géné­ral de General Electric Renewable Energy. Plus poé­tique, le pré­sident de l’entreprise Automatique & Industrie, Pascal Mioche, pré­vient que « nos lacs bien tran­quilles doivent être pré­pa­rés pour faire face au tsu­nami numé­rique qui se pro­file ».

 

 

Hydroélectricité alpine : cap sur le numérique et l'écologie Barrage de Livet-Gavet en eau. © EDF

Barrage de Livet-Gavet en eau. © EDF

 

Des « cap­teurs et logi­ciels sont déve­lop­pés pour la col­lecte et le trai­te­ment des don­nées des bas­sins d’alimentation afin de mieux pré­voir la res­source hydrique. », rap­pe­lait déjà l’as­so­cia­tion dans une tri­bune, le 30 mai der­nier. Sylvain Grillet pré­cise l’objectif de cette hybri­da­tion « Enernet » [inter­net de l’énergie, ndlr] : « Pour accom­pa­gner les exploi­tants de cen­trales élec­triques dans leur tran­si­tion digi­tale, on uti­lise le Machine Learning. »

 

L’idée ? Exploiter le poten­tiel du Big Data (bases de don­nées mas­sive récol­tées sur les parcs indus­triels) cou­plé aux capa­ci­tés de cal­culs ver­ti­gi­neuses des algo­rithmes. Avec un objec­tif : mettre en route des machines auto­nomes qui anti­cipent et désa­morcent les défauts d’équipements sur les parcs. Prédiction, aug­men­ta­tion de l’efficacité et réduc­tion des coûts seraient ainsi les nou­velles clefs de la crois­sance verte d’après Sylvain Grillet.

 

 

Une leçon post-Covid-19 pour le secteur hydroélectrique ?

 

Souhaitant aler­ter sur les dan­gers de la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, Roland Vidil risque un paral­lèle entre la crise des masques des mois der­niers et la néces­sité de déve­lop­per un sec­teur hydro­élec­trique indé­pen­dant : tous deux rele­vant de « ser­vices publics » selon Hydro 21.

 

Rencontres Business Hydro 2018. © Business Hydro

Rencontres Business Hydro 2018. © Business Hydro

À ce pro­pos, l’association sou­ligne dans sa tri­bune que « la crise du coro­na­vi­rus met en lumière la vul­né­ra­bi­lité éco­no­mique et socié­tale qu’engendre une mon­dia­li­sa­tion non maî­tri­sée. […] Une réac­tion s’impose avant qu’une nou­velle fois notre pays soit vic­time d’un manque d’anticipation. »

 

Son pré­sident regrette tou­te­fois que le sec­teur hydro­élec­trique soit trop sou­vent décon­si­déré dans le débat public : « Quand on parle d’éner­gies renou­ve­lables, les gens pensent intui­ti­ve­ment à l’éolien ou au solaire. Nous avons le sen­ti­ment d’être sou­vent oubliés. » Pour toutes ces rai­sons, elle sou­haite se rap­pro­cher des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et des pou­voirs publics afin de leur pro­po­ser « un véri­table argu­men­taire » qui per­met­trait de déve­lop­per la filière.

 

Une opé­ra­tion de lob­bying sur laquelle les acteurs indus­triels de l’hy­dro­élec­tri­cité alpine ne man­que­ront pas de reve­nir le 10 novembre pro­chain à l’oc­ca­sion des 5es ren­contres Business Hydro 2020 de façon vir­tuelle.

 

Simon Marseille

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1342 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.