Pollution de l’air : la Métropole de Grenoble et le Smmag dénoncent le manque d’ambition de l’État

sep article



 

EN BREF- Après la sortie d’une étude révélant le coût très élevé de la pollution de l’air en Europe et pour les villes, la Métropole de Grenoble et le Syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise (Smmag) en appellent à « la mobilisation collective ». Le maillon faible étant de leur point de vue à chercher du côté de « l’État, [du] gouvernement et [des] parlementaires » dont les « initiatives » ne sont pas assez « lisibles, cohérentes et ambitieuses ».

 

 

La pol­lu­tion de l’air coûte chaque année en moyenne 1 000 euros par habi­tant de l’Union euro­péenne et 758 euros par Grenoblois. Des chiffres issus de la récente étude menée par le cabi­net CE Delft, à l’i­ni­tia­tive de l’Alliance euro­péenne pour la santé.

 

Tram cours Jean-Jaurès : pic pollution air, gratuité transports en commun Grenoble. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Tram cours Jean-Jaurès. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

 

Pour y par­ve­nir, les experts en éco­no­mie ont addi­tionné les coûts directs liés aux soins des malades de la pol­lu­tion, aux coûts indi­rects. Comme les jour­nées de tra­vail per­dues en rai­son de la réduc­tion de l’es­pé­rance de vie.

 

 

Une batterie de mesures déjà en place selon la Métropole et le Smmag

 

bornes de covoiturage spontané à Seyssins © Paul Turenne - placegrenet.fr

Borne de covoi­tu­rage spon­tané à Seyssins © Paul Turenne – placegrenet.fr

Réagissant aux conclu­sions de cette étude qui vise à inci­ter les déci­deurs à prendre des mesures plus fortes pour jugu­ler la pol­lu­tion de l’air, la Métropole de Grenoble et le Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise (Smmag) estiment que « la mobi­li­sa­tion » doit être « col­lec­tive ».

 

Pour leur part, les deux struc­tures s’en­gagent à « pour­suivre [et] accé­lé­rer », « ce com­bat ». Elles rap­pellent ainsi que, depuis quelques années, une bat­te­rie de mesures – amé­na­ge­ment de pistes cyclables, ver­dis­se­ment du réseau de cha­leur, encou­ra­ge­ment au covoi­tu­rage, etc. – ont été enga­gées. Et assor­ties d’aides, telles la prime air bois, ou la sub­ven­tion à l’a­chat d’un véhi­cule propre dans le cadre de la Zone à faible émis­sion, « pour ne lais­ser per­sonne au bord du che­min ».

 

 

« Des milliards pour l’aérien et l’automobile sans conditions environnementales »

 

Si à leur niveau, Christophe Ferrari, réélu à la tête de Grenoble-Alpes Métropole et Sylvain Laval, nou­veau pré­sident du Smmag estiment action­ner bon nombre de leviers, c’est à l’é­chelle natio­nale que le bât blesse, d’a­près eux.

 

La nomination de huit conseillers délégués par le président de la Métropole est jugée irrégulière par la préfecture de l'Isère.

Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole de Grenoble. DR

« Nous en appe­lons […] à l’État, au gou­ver­ne­ment et aux par­le­men­taires pour mettre en œuvre des ini­tia­tives lisibles, cohé­rentes et ambi­tieuses en faveur de la pré­ser­va­tion de la qua­lité de l’air », lancent ainsi les deux pré­si­dents.

 

Qui trouvent éga­le­ment fort constable que l’État ait injecté « des cen­taines de mil­lions d’euros, si ce n’est [des] mil­liards » dans les sec­teurs de l’automobile et de l’aé­rien « sans condi­tion envi­ron­ne­men­tale […] et sans inci­ta­tion consé­quente pour ses acteurs à se tour­ner vers des solu­tions d’avenir ».

 

 

« Sur le ferroviaire, le malus pour les SUV… l’État peut mieux faire »

 

Autre pro­blème, à leurs yeux : « l’absence de moyens finan­ciers sup­plé­men­taires, [dans le pro­jet de loi de finances 2021, ndlr] pour accom­pa­gner les ter­ri­toires dans la tran­si­tion éco­lo­gique ». Les deux pré­si­dents s’in­ter­rogent aussi sur l’in­té­rêt d’un « malus » pour les véhi­cules en fonc­tion de leur poids, qui semble, en l’é­tat du pro­jet de texte légis­la­tif, écar­ter la majo­rité des SUV.

 

Sylvain Laval, nouveau président du SMMAG © Laure Gicquel

Sylvain Laval, nou­veau pré­sident du Smmag. © Laure Gicquel

Les deux pré­si­dents appellent éga­le­ment l’État à géné­ra­li­ser l’in­ter­dic­tion de vente d’appareils de chauf­fage indi­vi­duel au bois non per­for­mants. Une inter­dic­tion appli­quée, à ce jour, à la seule Vallée de l’Arve.

 

Mais aussi à mettre en œuvre urgem­ment « un plan extrê­me­ment ambi­tieux en faveur du fer­ro­viaire ». En l’occurrence, « des ser­vices express métro­po­li­tains à l’image du pro­jet exis­tant sur le bas­sin de vie gre­no­blois ».

 

Séverine Cattiaux 

 

UNE POLLUTION COÛTEUSE ET TOUJOURS TUEUSE 

 

En ville, le diesel pollue car le filtre à particules est souvent inopérant. Pollution carbone

En ville, le die­sel pol­lue car le filtre à par­ti­cules est sou­vent inopé­rant. Crédit DR

Dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, la pol­lu­tion atmo­sphé­rique est tou­jours res­pon­sable de la mort pré­ma­tu­rée de 3 à 7% per­sonnes décé­dées dans le bas­sin gre­no­blois, selon les chiffres de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Malgré des baisses signi­fi­ca­tives des par­ti­cules fines, ces der­nières sont encore au des­sus des valeurs recom­man­dées par l’Organisation mon­diale de la santé. Quant au dioxyde d’azote et à l’ozone, leurs seuils régle­men­taires  sont dépas­sés « de manière récur­rente » constate éga­le­ment la Métropole.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1644 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Mais ils sontr drôle !
    Ce sont eux qui on plombé le PPA avec CVCM et ils rejètent la faute sur l’é­tat ?

    sep article
  2. De qui se moquent t‑ils ceux qui avec Cvcm imposé sans études d’im­pacts et chro­no­velo en plein Grenoble qui ont eu pour effets d’a­voir fait pas­ser Grenoble de la 10ème à la 4ème ville la plus embou­teillée de France en a peine 3 ans ainsi que d’aug­men­ter la pol­lu­tion au lieu de la réduire?? D’ailleurs Grenoble est devenu 1ère ville pol­luée, bravo les verts & rouges et merci pour l’en­fu­mage 👎😡

    https://www.lefigaro.fr/sciences/un-nouvel-indice-de-qualite-de-l-air-plus-rigoureux-mis-en-place-en-2021 – 20200917

    sep article
  3. Ça fait six ans qu’on nous ment, à Grenoble c’est le chauf­fage au bois le prin­ci­pal res­pon­sable de la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines can­cé­ri­gènes.
    https://www.placegrenet.fr/2020/05/07/grenoble-a-coeur-pollution-chauffage-et-pas-voiture/293716
    Et c’est à cause de ça qu’a­vec le nou­vel indice Atmo Grenoble est clas­sée pire ville de France.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/un-nouvel-indice-de-qualite-de-l-air-plus-rigoureux-mis-en-place-en-2021 – 20200917
    La vérité c’est que Grenoble est la capi­tale verte du chauf­fage noir.

    sep article