Le Département de l’Isère dénonce le plafonnement de la TVA pour les collectivités territoriales

sep article



 

FIL INFO – Les députés ont-ils plafonné les recettes de la TVA à destination des collectivités territoriales pour avantager l’État ? C’est ce qu’affirme Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère, en ciblant notamment deux parlementaires iséroises ayant voté l’amendement allant dans ce sens. Faux, répondent-elles en chœur.

 

 

« L’Assemblée natio­nale vient ni plus, ni moins, de déci­der de res­treindre les res­sources finan­cières des Départements ». C’est ainsi que le Département de l’Isère pré­sente un amen­de­ment adopté par les dépu­tés, qui pla­fonne les recettes de TVA pour les Conseils dépar­te­men­taux et les inter­com­mu­na­li­tés.

 

C’est peu dire que l’i­ni­tia­tive par­le­men­taire n’est pas du goût de la majo­rité dépar­te­men­tale. Qui affirme « plei­ne­ment son rôle dans la crise en étant aux côtés des Isérois les plus fra­giles ». Et de citer une aug­men­ta­tion de 12 mil­lions d’eu­ros de la dota­tion consa­crée aux allo­ca­taires du RSA. Ou encore la récente prime “confi­ne­ment” à l’in­ten­tion des Services d’aide et d’ac­com­pa­gne­ment à domi­cile.

 

De gauche à droite : Jean-Pierre Barbier, président du Département, et Pierre Gimel, vice-président aux Finances. Le Département dénonce le plafonnement de la TVA pour les collectivités territoriales © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite : Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Département, et Pierre Gimel, vice-pré­sident aux Finances. Le Département dénonce le pla­fon­ne­ment de la TVA pour les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La col­lec­ti­vité n’ou­blie pas de sou­li­gner encore sa mobi­li­sa­tion « aux côtés des com­munes et des inter­com­mu­na­li­tés, pour pal­lier les insuf­fi­sances de l’État, inca­pable de four­nir masques et gel en quan­tité suf­fi­sante ». Autant de rai­sons pour les­quelles, juge le Département, « le sou­tien du Gouvernement aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales devrait être au plus fort ». C’est pour­quoi la limi­ta­tion des recettes de TVA, au pro­fit de l’État, semble mal­ve­nue.

 

Le pré­sident du Département n’ou­blie pas de tacler des adver­saires poli­tiques. Notamment les dépu­tées Cendra Motin et Élodie Jacquier-Laforge, qui ont toutes deux voté l’a­men­de­ment. « Les mêmes qui cri­tiquent le Département en lui repro­chant de ne pas faire assez de social sont les pre­mières à voter un texte qui limite ses pos­si­bi­li­tés de le faire », lance Jean-Pierre Barbier. Non sans dénon­cer une « hypo­cri­sie ».

 

 

La réponse des deux parlementaires

 

Réponse des deux par­le­men­taires en ques­tion ? « Non, les dépu­tés n’ont pas voté le pla­fon­ne­ment des res­sources finan­cières des dépar­te­ments pour que le Gouvernement puisse récu­pé­rer le reste », affirment-elles par voie de com­mu­ni­qué. Et d’ex­pli­quer que le trans­fert d’une part de la TVA annuelle aux col­lec­ti­vi­tés a été déci­dée afin de com­pen­ser le manque-à-gagner causé par la sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion.

 

Élodie Jacquier-Laforge et Cendra Motin contestent les propos du Département © FDSEA

Élodie Jacquier-Laforge et Cendra Motin contestent les pro­pos du Département © FDSEA

 

Problème : « La crise éco­no­mique excep­tion­nelle que nous connais­sons, et l’effondrement de la consom­ma­tion, ont tota­le­ment faussé ces indi­ca­teurs », écrivent les dépu­tées. Avant d’a­jou­ter : « Pour que le contrat de confiance passé avec les dépar­te­ments ne débute pas sur une base faus­sée par des cir­cons­tances éco­no­miques excep­tion­nelles, un amen­de­ment du Gouvernement a été adopté pour neu­tra­li­ser les inci­dences de la crise sani­taire ».

 

Enfin, les deux dépu­tées mettent en avant « le méca­nisme de sou­tien excep­tion­nel et inédit aux dépar­te­ments pour les sou­te­nir dans la crise », à hau­teur de 2,7 mil­liards d’eu­ros. « Nous regret­tons que Monsieur Barbier n’ait pas pris contact avec nous afin que nous puis­sions avoir un dia­logue construc­tif, notam­ment pour la pro­tec­tion des publics les plus fra­giles », déplorent-elles enfin. Non sans sus­pec­ter le pré­sident du Département de « consi­dé­ra­tions poli­ti­ciennes ».

 

Florent Mathieu

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1025 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.