Le Théâtre 145 accueille l’exposition “Les poissons dorment les yeux ouverts” de Sandra Wieser

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO – Le TMG (Théâtre municipal de Grenoble) soutient toute l’année la création en mettant à disposition des artistes un plateau et ses ateliers de construction de décors et confection de costumes. En ce moment, il présente l’exposition de l’artiste plasticienne Sandra Wieser. À découvrir dès ce mardi 13 octobre jusqu’au 18 décembre 2020 au théâtre 145.

 

 

C’est à l’invitation de Nicolas Hubert, artiste asso­cié du TMG, que l’ex­po­si­tion « Les Poissons dorment les yeux ouverts » a vu le jour au Théâtre 145. Après avoir ren­con­tré la dan­seuse Sandra Wieser, il a visité son ate­lier de plas­ti­cienne. Et cela a été l’é­vi­dence !

 

TMG Les Poissons dorment les yeux ouverts, exposition au Théâtre 145

« Les Poissons dorment les yeux ouverts », aqua­relle de Sandra Wieser, au Théâtre 145. © Sandra Wieser

 

Sandra Wieser a grandi à Genève où elle a pra­ti­qué la danse, enfant. Puis elle a choisi en 2005 la Haute École d’Art de Berlin pour apprendre la pein­ture, la gra­vure et le des­sin. Elle y a obtenu son diplôme en 2011 et créé sa pre­mière pièce en 2010. Dessins, texte et danse se côtoyaient sur scène « pour fabri­quer une nar­ra­tion intime, absurde et poé­tique », explique-t-elle. Avant de pré­ci­ser : « Dessiner, tout comme dan­ser, est pour moi une manière de faire trace… »

 

 

D’étranges face-à-face entre les espèces animale et humaine

 

Les poissons dorment les yeux ouverts » : Une exposition de Sandra Wieser au Théâtre 145

La plas­ti­cienne et dan­seuse Sandra Wieser devant son expo­si­tion « Les pois­sons dorment les yeux ouverts » au Théâtre 145. © Christine Prato – Place Gre’net.

« En manque de langue fran­çaise et de mon­tagnes », Sandra Wieser a décidé de s’installer à Grenoble en 2017. Et y a déve­loppé son uni­vers avec la com­pli­cité des artistes de l’association Strates.

 

Pour le Théâtre 145, Sandra a réuni 26 œuvres, orga­ni­sées en trois séries, trois « fables débri­dées », comme elle aime les qua­li­fier : « Fabulations multi-spé­ci­fiques », « Le fes­tin » et « Les Poissons dorment les yeux ouverts », titre de l’exposition.

 

C’est intense et vif ! Le geste, comme un coup de patte, et la cou­leur, dont des rouges san­gui­no­lents et des bleus pro­fonds semblent sor­tir du cadre de ses petits for­mats (du A7 au A4).

 

Avec l’aquarelle et le crayon pour tech­niques, l’artiste invente d’étranges face-à-face entre les espèces ani­male et humaine. Ici un renard, là une femme. Un oiseau se pose, des mains volent. Souliers et pois­sons rouges se font écho comme des rico­chets. Autant de « rêves sous l’eau » à décou­vrir le cœur, l’imagination et les yeux grand ouverts !

 

Christine Prato

 

 

Les pois­sons dorment les yeux ouverts au Théâtre 145, Grenoble

Entrée gra­tuite.

Mardi 13 octobre de 17 heures à 19 heures, dans le cadre de « Ouverture excep­tion­nelle »

Puis jusqu’au 18 décembre, tous les soirs de spec­tacles, à par­tir de 19 h 30.

(Le masque est obli­ga­toire, le pro­to­cole sani­taire rigou­reu­se­ment res­pecté.)

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
829 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.