Stupeur à la Métro : la guerre à gauche est (re)déclarée

Coup de théâtre à la Métropole de Grenoble : les hos­ti­li­tés reprennent au sein de la majo­rité de gauche

Coup de théâtre à la Métropole de Grenoble : les hos­ti­li­tés reprennent au sein de la majo­rité de gauche

 

FOCUS - La fin de partie signée au conseil métropolitain, le 18 septembre 2020, n'en était pas une. "Quelques écologistes et l'Ades" ont maintenu – ou engagé – des actions en justice contre Christophe Ferrari. Ce, malgré l'alliance récente de la gauche à la Métro. Son président invite désormais les membres de la majorité à "condamner ces recours avec la plus grande fermeté".

 
 
Le conseil métropolitain du vendredi 18 septembre avait permis d'élire l'exécutif de la métropole. Et par là, de signer la réconciliation des différentes composantes de la gauche à la Métro. Mais un nouveau rebondissement menace ce fragile équilibre.
 

Stupeur à la Métro : la guerre à gauche est (re)déclarée © Laure Gicquel

La gauche plus que jamais divisée à la Métro. © Laure Gicquel


"Alors que nous avions l'engagement de l’abandon du recours contre mon élection postérieurement à l'élection de l'exécutif, je constate que non seulement le recours sur mon élection est maintenu. Mais qu’en plus il est assorti d’une demande d’inéligibilité à mon encontre devant le Conseil d’État pour mes fonctions de président de Métropole," déclare ainsi Christophe Ferrari ce 23 septembre, dans une lettre adressée aux élus des quatre groupes majoritaires. De fait, le passif en la matière est lourd au sein de la gauche métropolitaine…

 
Vincent Comparat, le président de l'association démocratie, écologie, solidarité (Ades)

Vincent Comparat, le président de l'association démocratie, écologie, solidarité (Ades) © Patricia Cerinsek


La nomination par arrêté des huit conseillers délégués avait en effet été l'objet d'une contestation en justice. Vincent Comparat, président de l'Association démocratie écologie et solidarité (Ades), et Pierre Mériaux, conseiller municipal écologiste, avaient saisi le juge des référés. Leur argument était lié à l'élection tardive des vice-présidents.
 
Le recours, irrecevable, avait échoué le 13 août, et les deux requérants, comptant alors sur l’intervention du préfet de l’Isère auprès du tribunal administratif, n'envisageaient alors pas d'aller devant le Conseil d’État. Changement de programme, donc.
 
 

Un nouveau recours au lendemain de l'élection des vice-présidents

 

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. © Joël Kermabon - Place Gre',et

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. © Joël Kermabon - Place Gre',et


Le président de la Métro apparaît, une fois encore, surpris et outré."Outre le non-respect de ce premier engagement, j'apprends également qu’un recours contre l'élection de chacune et chacun des 20 vice-président(e)s est en préparation". En effet, l'Ades a déposé un nouveau recours devant le tribunal administratif pour contester, cette fois, la légalité de l'élection des vice-présidents. Il s'agit, officiellement, d'une action menée par l'association et non par les élus de la majorité qui en font partie.
 
Selon l'expression de Christophe Ferrari, les élus ont pourtant démontré à l'agora de Vizille leur "volonté et capacité à travailler ensemble, pour faire Métropole." Et parmi les vice-présidents nouvellement élus, bon nombre sont écologistes. L'action est donc pour le moins curieuse.Le président de la Métro en profite ainsi pour rappeler l'importance du respect et de la confiance, dans une gouvernance et une majorité commune. Mais aussi la nécessité de "s’appliquer à soi-même ce que l’on prône pour les autres" et de "respecter les citoyens, les électeurs et l’ensemble des élus, y compris l’opposition". En d’autres termes : "respecter la démocratie."
 
 

Des réponses au prochain conseil, vendredi 25 septembre ?

 
L'alliance est donc à peine effective qu'elle se craquèle déjà. Le dernier communiqué de presse de Christophe Ferrari, juste avant l'élection des vice-présidents, était rageur. Il paraît aujourd'hui presque désabusé.
 
"Alors que chaque membre de l'exécutif devrait pouvoir enfin se mettre sereinement au travail […] il se retrouve individuellement menacé d'être attaqué en justice. Nous pensions que la confiance était rétablie, elle est en réalité une nouvelle fois mise à mal."
 

Stupeur à la Métro : la guerre à gauche est (re)déclarée

Eric Piolle et Christophe Ferrari © Place Gre'net


 
Et le président de poser une question rhétorique. "Comment dans ces circonstances, peut-on encore créer les conditions du respect et d'une gouvernance partagée ?" Appelant à la "responsabilité collective", il invite "chacun des membres de la majorité" à  "condamner ces recours, avec la plus grande fermeté." Ce, "afin de permettre le déroulement serein de notre prochain conseil métropolitain ce vendredi."
 
Aucun des membres de la majorité interpellés n'avait à cette heure réagi officiellement*. Tandis qu'Alain Carignon, dénonçait dans un communiqué le fait qu'Eric Piolle et Yann Mongaburu aient "visiblement décidé de tenter d’abattre Christophe Ferrari par tous les moyens y compris en sabordant leurs propres vice-présidents fraîchement élus de la Métro". Les débats s'annoncent à n'en pas douter agités ce vendredi 25 septembre…
 

Laure Gicquel

 

* Note ajoutée le 23 septembre à 23 heures :
 
Suite à ce coup de théâtre, Jean-Luc Corbet, président du groupe Notre métropole commune (NMC) a réaffirmé dans un communiqué envoyé dans l'après-midi sa confiance à Christophe Ferrari en tant que président de la Métropole. Et de déplorer que "dans ces conditions de défiance, le dialogue [ne soit] plus possible".
 
"Nous ne concevons pas de travailler sans confiance et respect, ce ne sont pas nos valeurs. De plus, nous n’accepterons pas le rejet des représentants d’autres groupes politiques légitimement élus des instances de travail de notre Métropole et des représentations extérieures. Ce n’est pas notre conception de la République, il en va du respect des citoyens et des électeurs."

 

Simon Grange

Auteur

0 commentaire sur « Coup de théâtre à la Métropole de Grenoble : les hos­ti­li­tés reprennent au sein de la majo­rité de gauche »

  1. Revoilà les verts & rouges à la manœuvre , en sous-main pour qui d’a­près vous????

    sep article
  2. Revoilà les verts & rouges à la manœuvre , en sous-main pour qui d’a­près vous????

    sep article
  3. Sans même par­ler des six ans écou­lés, on savait déjà com­bien Piolle et ses amis ont le sens de la démo­cra­tie. Rappels :
    Yann Mongaburu : une « inac­cep­table pré­si­dence de la métropole »
    https://​pla​ce​gre​net2022​.dev​.ste​ve​gates​.co/​2​0​2​0​/​0​7​/​2​2​/​r​e​e​l​e​c​t​i​o​n​-​f​e​r​r​a​r​i​-​c​h​r​i​s​t​o​p​h​e​-​m​e​t​r​o​-​b​r​o​u​h​a​h​a​-​g​e​n​e​r​a​l​/​3​0​5​934
    Alan Confesson : « Ferrari a com­mis le parjure »
    https://​twit​ter​.com/​A​l​a​n​C​o​n​f​e​s​s​o​n​/​s​t​a​t​u​s​/​1​2​8​4​2​9​1​7​5​4​3​8​5​1​9​0​912
    Antoine Back (tweet depuis sup­primé) : le déshon­neur de la #gauche locale a désor­mais un visage : celui de M. Ferrari pic​.twit​ter​.com/​2​M​D​M​3​9​3​eJ1 — Antoine BACK ✊???

    sep article
  4. Sans même par­ler des six ans écou­lés, on savait déjà com­bien Piolle et ses amis ont le sens de la démo­cra­tie. Rappels :
    Yann Mongaburu : une « inac­cep­table pré­si­dence de la métropole »
    https://​pla​ce​gre​net​.fr/​2​0​2​0​/​0​7​/​2​2​/​r​e​e​l​e​c​t​i​o​n​-​f​e​r​r​a​r​i​-​c​h​r​i​s​t​o​p​h​e​-​m​e​t​r​o​-​b​r​o​u​h​a​h​a​-​g​e​n​e​r​a​l​/​3​0​5​934
    Alan Confesson : « Ferrari a com­mis le parjure »
    https://​twit​ter​.com/​A​l​a​n​C​o​n​f​e​s​s​o​n​/​s​t​a​t​u​s​/​1​2​8​4​2​9​1​7​5​4​3​8​5​1​9​0​912
    Antoine Back (tweet depuis sup­primé) : le déshon­neur de la #gauche locale a désor­mais un visage : celui de M. Ferrari pic​.twit​ter​.com/​2​M​D​M​3​9​3​eJ1 — Antoine BACK ✊???

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 millions d'euros pour un "pack sécurité écoles"
La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 mil­lions d’eu­ros pour un « pack sécu­rité écoles »

FLASH INFO - Après le soutien à l'équipement des villes en vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce adopter un "pack sécurité écoles" doté de 10 millions Lire plus

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Sciences Po Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour injure et dif­fa­ma­tion envers Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Le Département de l’Isère s’en­gage avec l’EFS pour mobi­li­ser et for­mer des « ambas­sa­deurs du don de sang »

FLASH INFO - "Mobiliser et former des “ambassadeurs du don” pour dynamiser les collectes de sang". Tel est l'objectif de la convention signée le 25 Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

FOCUS - Trente-six ans après la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra, un crâne humain a été découvert, ce mercredi 26 octobre 2022, sur la Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !