Élodie Jacquier-Laforge, députée de l'Isère, plaide à Bruxelles le "réexamen" du statut de protection du loup

Élodie Jacquier-Laforge, dépu­tée de l’Isère, plaide à Bruxelles le « réexa­men » du sta­tut de pro­tec­tion du loup

Élodie Jacquier-Laforge, dépu­tée de l’Isère, plaide à Bruxelles le « réexa­men » du sta­tut de pro­tec­tion du loup

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FLASH INFO — "Une meilleure conciliation de l’agropastoralisme et de la protection des grands prédateurs". C'est sur ce thème qu'Élodie Jacquier-Laforge, députée de la neuvième circonscription de l'Isère, annonce par voix de communiqué s'être rendue à Bruxelles le 9 septembre pour rencontrer des eurodéputés et de collaborateurs de membres de la Commission européenne.

 
Un déplacement organisé en compagnie de représentants de l’Association nationale des élus de la montagne (Anem), avec pour objectif de "proposer une approche renouvelée des enjeux de l’agropastoralisme". Dans le viseur ? Le loup. La parlementaire explique vouloir "le réexamen du statut de la protection accordée aux grands prédateurs, dont le loup, inscrit dans la convention de Berne". Convention signée par la Commission européenne, et inscrite dans la directive Habitats.
 

Élodie Jacquier-Laforge © LCP

Élodie Jacquier-Laforge © LCP


Pour la délégation, la politique de la France envers le loup, mais aussi l'ours, n'est pas durable. "Notamment du fait de l’épuisement moral des éleveurs, de l’impossibilité de poursuivre sur la lancée actuelle le financement des mesures de protection des troupeaux (...), de la multiplication des incidents entre chiens de troupeaux et randonneurs et de la menace de l’abandon des prairies d’altitude faute d’entretien possible par les éleveurs".
 
Et le communiqué de conclure en assurant aux éleveurs et élus de montagne le soutien de la parlementaire: "Particulièrement mobilisée sur le dossier de la prédation du loup en Isère, Élodie Jacquier- Laforge restera, avec l’ensemble de ses collègues députés, particulièrement mobilisée pour que des solutions de cohabitation pacifique soient trouvées entre espèces naturelles et activités agropastorales".
 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Simon Grange

Auteur

0 commentaire sur « Élodie Jacquier-Laforge, dépu­tée de l’Isère, plaide à Bruxelles le « réexa­men » du sta­tut de pro­tec­tion du loup »

  1. Il n’y a aucune pos­si­bi­lité de coexis­tence entre grands pré­da­teurs et pas­to­ra­lisme. Ceux qui le prônent sont des menteurs.
    Voici ce que dit l« UICN, LE WWF et le LCIE (Institut pour les Grands Carnivores en Europe) : Dans les zones ou évo­lue­ront les grands pré­da­teurs, sont inclus les sec­teurs où doivent être éta­blies de fortes res­tric­tions à l’élevage, en accord avec les réa­li­tés locales, afin que l’élevage ne per­turbe pas les car­ni­vores. /…/ » cf Initiative pour la conser­va­tion des grands car­ni­vores en Europe 1997
    nulle part sur cette terre, à aucun moment de l’his­toire de l’homme, n’a existé une « coexis­tence » réus­sie et durable avec le loup parce que :
    * le loup s’at­taque et s’at­ta­quera tou­jours aux ani­maux domes­tiques, quelle que soit la méthode de pro­tec­tion – à moins de faire de l’é­le­vage hors sol, her­mé­tique au loup ; (est-ce le but ?)
    * parce que le loup s’at­taque à la faune sau­vage sur laquelle l’homme s’est réservé un droit de chasse depuis la nuit des temps. ;
    * parce que quand le loup côtoie les « pay­sages mul­ti­fonc­tion­nels » et à for­tiori si on régule son nombre au lieu de l’ex­clure des zones d’é­le­vage et des zones habi­tées, le loup s’hy­bride, se croise inexo­ra­ble­ment avec les chiens (le coyote et le cha­cal aussi) et l’on se retrouve dans une situa­tion inex­tri­cable due à l’hy­bri­da­tion (comme en Italie) : jus­qu’à 2 por­tées par an, des indi­vi­dus plus résis­tants et plus nom­breux ; perte de la crainte de l’homme. (L’Italie men­tionne des meutes de 15 à 18 indi­vi­dus depuis quelque temps … l’Allemagne une meute à por­tées mul­tiples avec 13 lou­ve­teaux, Idem en France )
    Le LCIE / UICN, lui ‑même, nomme l’ex­pé­ri­men­ta­tion du loup dans les pay­sages mul­ti­fonc­tion­nels euro­péens un « chal­lenge », un « défi ».
    (Guidelines for popu­la­tion level mana­ge­ment plans for large car­ni­vores ». LCIE 2008 – 6.4 p.27)
    ce chal­lenge et ce défi se fit sur le dos du psto­ra­lisme avec la béné­dic­tion de nos élus

    sep article
  2. Il n’y a aucune pos­si­bi­lité de coexis­tence entre grands pré­da­teurs et pas­to­ra­lisme. Ceux qui le prônent sont des menteurs.
    Voici ce que dit l« UICN, LE WWF et le LCIE (Institut pour les Grands Carnivores en Europe) : Dans les zones ou évo­lue­ront les grands pré­da­teurs, sont inclus les sec­teurs où doivent être éta­blies de fortes res­tric­tions à l’élevage, en accord avec les réa­li­tés locales, afin que l’élevage ne per­turbe pas les car­ni­vores. /…/ » cf Initiative pour la conser­va­tion des grands car­ni­vores en Europe 1997
    nulle part sur cette terre, à aucun moment de l’his­toire de l’homme, n’a existé une « coexis­tence » réus­sie et durable avec le loup parce que :
    * le loup s’at­taque et s’at­ta­quera tou­jours aux ani­maux domes­tiques, quelle que soit la méthode de pro­tec­tion – à moins de faire de l’é­le­vage hors sol, her­mé­tique au loup ; (est-ce le but ?)
    * parce que le loup s’at­taque à la faune sau­vage sur laquelle l’homme s’est réservé un droit de chasse depuis la nuit des temps. ;
    * parce que quand le loup côtoie les « pay­sages mul­ti­fonc­tion­nels » et à for­tiori si on régule son nombre au lieu de l’ex­clure des zones d’é­le­vage et des zones habi­tées, le loup s’hy­bride, se croise inexo­ra­ble­ment avec les chiens (le coyote et le cha­cal aussi) et l’on se retrouve dans une situa­tion inex­tri­cable due à l’hy­bri­da­tion (comme en Italie) : jus­qu’à 2 por­tées par an, des indi­vi­dus plus résis­tants et plus nom­breux ; perte de la crainte de l’homme. (L’Italie men­tionne des meutes de 15 à 18 indi­vi­dus depuis quelque temps … l’Allemagne une meute à por­tées mul­tiples avec 13 lou­ve­teaux, Idem en France )
    Le LCIE / UICN, lui ‑même, nomme l’ex­pé­ri­men­ta­tion du loup dans les pay­sages mul­ti­fonc­tion­nels euro­péens un « chal­lenge », un « défi ».
    (Guidelines for popu­la­tion level mana­ge­ment plans for large car­ni­vores ». LCIE 2008 – 6.4 p.27)
    ce chal­lenge et ce défi se fit sur le dos du psto­ra­lisme avec la béné­dic­tion de nos élus

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvelle édition de la Fête du bois de Chamrousse les samedi 13 et dimanche 14 août
Nouvelle édi­tion de la Fête du bois de Chamrousse les samedi 13 et dimanche 14 août

ÉVÉNEMENT - La Fête du bois de Chamrousse célèbre sa 69ème édition les samedi 13 et 14 août 2022. L'occasion de rappeler que le rendez-vous, Lire plus

Le nombre de loups pouvant être abattus passe du simple au double. Cent loups vont pouvoir être abattus en France. Quatre ont déjà été tués en Isère en 2019
Un éle­veur d’o­vins d’Herbeys se dit inquiet après l’at­taque d’une bre­bis par un loup à proxi­mité d’Eybens et de Poisat

FOCUS - Deux récentes attaques de loups à proximité de Grenoble relancent la question de la cohabitation de ces grands prédateurs avec le pastoralisme. Voire Lire plus

Le fes­ti­val Pastoralisme & grands espaces de retour à Grenoble du 7 au 10 octobre

FLASH INFO — Le festival Pastoralisme & grands espaces est de retour à Grenoble pour sa 16ème édition du jeudi 7 au dimanche 10 octobre. Lire plus

Projections et expositions à l'occasion du Festival Pastoralismes et grands espaces du 8 au 11 octobre
Projections et expo­si­tions à l’oc­ca­sion du Festival Pastoralismes et grands espaces du 8 au 11 octobre

  FIL INFO – La 15ème édition du Festival international du film "Pastoralismes et grands espaces" se déroule à Grenoble du jeudi 8 au dimanche Lire plus

Le projet de l'Aspas de créer dans le Vercors la plus grande réserve de vie sauvage de France vient de franchir une étape : l'acte de vente a été signé.
La plus grande réserve de vie sau­vage devrait voir le jour dans le Vercors, mal­gré les résistances

  DÉCRYPTAGE - Dans le Vercors, l'association pour la sauvegarde et la protection des animaux sauvages (Aspas) a pour projet de créer la plus grande Lire plus

Le nombre de loups en France devrait dépasser le chiffre de cinq cents. Et donc le seuil de viabilité de l'espèce que s'était fixé le gouvernement.
La Fédération natio­nale de défense du pas­to­ra­lisme déclare la guerre aux loups et aux ours

FIL INFO – Créée en 2018 par des représentants de différents territoires français, la Fédération nationale de défense du pastoralisme attaque avec virulence la politique Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Abonnement| Îlots de cha­leur : Grenoble, mau­vaise élève et sous les cri­tiques de l’op­po­si­tion, veut faire mieux

Flash info| L’incendie qui a ravagé 100 hec­tares de végé­ta­tion entre La Buisse et Voreppe est « maî­trisé mais pas éteint » selon la pré­fec­ture de l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin