À Grenoble, une croix gammée taguée sur une plaque commémorative en hommage à la résistance juive

Sécurité publique à Grenoble : l’u­ni­ver­si­taire Romain Rambaud pro­meut un dis­po­si­tif de par­ti­ci­pa­tion citoyenne

Sécurité publique à Grenoble : l’u­ni­ver­si­taire Romain Rambaud pro­meut un dis­po­si­tif de par­ti­ci­pa­tion citoyenne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS — L'universitaire grenoblois Romain Rambaud milite pour la mise en place du dispositif de participation citoyenne sur Grenoble en matière de sécurité publique. Le principe ? Désigner des citoyens référents qui assurent le lien entre police et habitants. Et occasionnellement signaler aux forces de l'ordre des situations suspectes ou des comportements délictueux.

 
 
Un dispositif de participation citoyenne à Grenoble ? Tel est le vœu porté par un groupe Facebook animé par l'universitaire grenoblois Romain Rambaud. Depuis le 11 août, le groupe baptisé « Grenoble - Pour une participation citoyenne en matière de sécurité publique » fait part de ses démarches destinées à mener à bien son projet. Auprès des unions de quartier, mais aussi de la préfecture de l'Isère et de la Ville de Grenoble.
 

La Protection citoyenne veut resserrer les liens entre habitants et force de l'ordre © Léa Raymond - Place Gre'net

La Protection citoyenne veut resserrer les liens entre habitants et forces de l'ordre. © Léa Raymond - Place Gre'net


 
Créé à l'échelle nationale en 2006, le dispositif de participation citoyenne a été encadré par une circulaire de 2011 refondue en avril 2019. Il vise ainsi "à favoriser le rapprochement entre les forces de sécurité de l’État, les élus locaux et la population, à développer auprès de celle-ci une culture de la prévention de la délinquance ainsi qu'à améliorer les conditions d'exercice des missions dévolues aux forces de sécurité de l’État"
 
Dans ses « fiches pratiques pour les maires » dédiées aux questions de sécurité, la préfecture précise que ce dispositif se veut « fondé sur la solidarité de voisinage », avec pour objectif de « développer un comportement de nature à mettre en échec la délinquance et les incivilités ».
 

« Sortir de la logique de déni et de peur »

 

Concrètement, la participation citoyenne consiste à choisir des « citoyens référents », chargés de faire le lien entre les habitants d'un quartier et la police municipale, nationale, voire la gendarmerie selon les secteurs. Le rôle des référents ? Se faire le relais de messages de prévention. Mais aussi alerter les forces de l'ordre lors « de tout événement suspect ou de tout fait de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens ».
 

Quand Romain Rambaud (à gauche), spécialiste du droit électoral, prenait la pose aux côté de Nicolas Kada, spécialiste du droit de la décentralisation, et aujourd'hui élu de Grenoble. DR

Quand Romain Rambaud (à gauche), spécialiste du droit électoral, prenait la pose aux côté de Nicolas Kada, spécialiste du droit de la décentralisation, et aujourd'hui élu de Grenoble. DR


 
Les citoyens référents sont choisis par le maire, sur la base du volontariat, et exercent leur fonction au titre du bénévolat. À noter que leur statut ne leur confère aucun pouvoir de puissance publique. Pas question, dès lors, de verbaliser soi-même des voisins indélicats. Et encore moins de se faire justice soi-même.
 
« Nous souhaitons que Grenoble adopte ce dispositif afin d'améliorer la sécurité et la tranquillité publiques, ainsi que de changer profondément les mentalités à Grenoble, pour sortir de la logique de déni et de peur », écrit Romain Rambaud. Peur et déni ? L'administrateur relaie en effet des chiffres sévères sur la montée de l'insécurité à Grenoble. Quitte à susciter des débats... et même un départ de son groupe.
 
 

Un rendez-vous à venir avec la Ville de Grenoble sur la participation citoyenne ?

 
Dès le 12 août, Romain Rambaud indiquait que la démarche était relayée par le Comité de liaison des unions de quartier de Grenoble. Le Cluq « avait déjà il y a quelque temps essayé de promouvoir ce dispositif », précise-t-il. Premières démarches officielles : un courriel à Maud Tavel, adjointe en charge de la Tranquillité publique. Plus un autre message adressé directement à Éric Piolle, maire de Grenoble.
 

Maud Tavel est la nouvelle adjointe déléguée à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net

Maud Tavel est la nouvelle adjointe déléguée à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net


 
Mardi 1er septembre, Romain Rambaud annonce qu'une réponse de la Ville lui est finalement parvenue. « Nous sommes également persuadés qu’une collaboration de toutes et tous apportera une réponse à la hauteur des enjeux de tranquillité de la ville », écrit Maud Tavel. Avant d'ajouter : « J’étudie avec attention votre proposition en lien avec les services de la ville concernés et nous reviendrons vers vous prochainement pour suites à donner. »
 
Romain Rambaud se prévaut aussi du « soutien » du procureur de la République de Grenoble. Et d'un rendez-vous à venir avec la préfecture de l'Isère. Le but ? Se tourner en priorité vers les acteurs institutionnels pour demeurer autant « apolitique » que possible. « Nous pensons qu'une démarche administrative inter-institutionnelle doit être tentée en premier lieu, et que l'intérêt général prévaudra sur les considérations partisanes », indique ainsi Romain Rambaud.
 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Simon Grange

Auteur

0 commentaire sur « Sécurité publique à Grenoble : l’u­ni­ver­si­taire Romain Rambaud pro­meut un dis­po­si­tif de par­ti­ci­pa­tion citoyenne »

  1. « l’au­then­tique »
    J’ai bien peur que l’es­prit de déla­tion ne soit pas mort dans la population…
    On a vu ce que don­nait la pos­si­bi­lité de dénon­cer son voi­sin aux autorités.
    Un essai de « voi­sins vigi­lants » avait été essayé sous Sarko, on n’a rien vu d’intéressant …

    sep article
  2. « l’au­then­tique »

    J’ai bien peur que l’es­prit de déla­tion ne soit pas mort dans la population…
    On a vu ce que don­nait la pos­si­bi­lité de dénon­cer son voi­sin aux autorités.
    Un essai de « voi­sins vigi­lants » avait été essayé sous Sarko, on n’a rien vu d’intéressant …

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le site de la Bastille particulièrement asséché en cet été 2022. © Auriane Poillet - Ville de Grenoble
Sécheresse : la Ville de Grenoble prend un arrêté pour limi­ter les risques d’in­cen­die sur le site de la Bastille

FLASH INFO - Compte tenu du niveau exceptionnel de sécheresse et des nombreux départs d’incendie qui mobilisent les capacités d’intervention des pompiers, la Ville de Lire plus

Canicule et sécheresse: quelle stratégie végétale pour la Ville de Grenoble face au réchauffement climatique?
Canicule et séche­resse : quelle stra­té­gie végé­tale pour la Ville de Grenoble face au réchauf­fe­ment climatique ?

FOCUS - Alors que les arbres, et plus généralement la végétation, souffrent eux aussi de la chaleur et de la sécheresse, la Ville de Grenoble Lire plus

L'avenir de Grenoble Habitat au coeur des débats métropolitains et grenoblois... sur fond de rancœurs politiques?
L’avenir de Grenoble Habitat au cœur des débats métro­po­li­tains et gre­no­blois… sur fond de ran­cœurs politiques ?

FOCUS - Si la fusion, longtemps envisagée, entre Actis et Grenoble Habitat n'est plus d'actualité, la question du rachat des actions Grenoble Habitat de la Lire plus

La Ville de Grenoble recherche "d'urgence" des animateurs et animatrices périscolaires pour la rentrée 2022
La Ville de Grenoble recherche « d’ur­gence » des ani­ma­teurs et ani­ma­trices péri­sco­laires pour la ren­trée 2022

FLASH INFO – C'est une campagne de recrutement "d'urgence" que la Ville de Grenoble lance sur les réseaux sociaux et via sa communication. Des animateurs Lire plus

Sécheresse : la Ville de Grenoble interdit l'accès au parc Guy-Pape. Sécheresse. DR
Canicule et séche­resse : la Ville de Grenoble prend un arrêté d’in­ter­dic­tion d’ac­cès tem­po­raire à la prai­rie Guy Pape

FLASH INFO - Considérant les conditions exceptionnelles de sécheresse et de chaleur susceptibles d'augmenter les risques d'incendie, la Ville de Grenoble a pris un arrêté Lire plus

L'Isère de nouveau placée en vigilance jaune canicule à compter du mercredi 10 août
Voirie et espaces verts : la Ville de Grenoble fait face à l’a­lerte séche­resse de niveau 4

FLASH INFO - Tout comme l'ensemble des localités du sud du département de l'Isère, la Ville de Grenoble est concernée par l'alerte sécheresse de niveau Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin