La gestion de la police municipale en question à Grenoble

“Imposture”, “sous-effec­tif”, “aban­don”… Les cri­tiques pleuvent sur la ges­tion de la police muni­ci­pale de Grenoble

“Imposture”, “sous-effec­tif”, “aban­don”… Les cri­tiques pleuvent sur la ges­tion de la police muni­ci­pale de Grenoble

 

DÉCRYPTAGE - Le syndicat Force ouvrière de la police municipale de Grenoble en rajoute dans le débat houleux sur la sécurité opposant Éric Piolle à Gérald Darmanin. FO, qui applaudit le « coup de pied dans la fourmilière » donné par le ministre de l'Intérieur, y va de ses critiques. Et tient un discours proche des propos ministériels sur les manquements supposés de la police municipale à Grenoble. Un point de vue partiellement partagé par la CFDT, tandis qu'un policier témoigne de son désabusement.

 
 

L'opération anti-délinquance très médiatisée menée quartier Mistral ce 28 août. © Joël Kermabon - Place Gre'net.de

L'opération anti-délinquance très médiatisée menée quartier Mistral ce 28 août 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net


L'opération de contrôle anti-délinquance – très médiatisée – récemment menée quartier Mistral par la préfecture de l'Isère n'en finit pas de faire des vagues. En réaction à la diffusion d'une vidéo montrant des dealers armés tenir un point de vente, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, avait ainsi décidé de reprendre la main.
 
Et s'était fendu, dans la foulée, d'une lettre de deux pages très interventionniste adressée à Éric Piolle, mettant en cause sa « coproduction » en matière de sécurité à Grenoble. Une missive fort peu appréciée par l'édile, à qui le ministre reprochait notamment des manquements dans les missions de la police municipale. Ce que tend à confirmer le syndicat FO dans un communiqué à charge publié le 29 août 2020. Et que conteste partiellement son homologue Diega Trupia, représentant la CFDT.
 
 

« Un fonctionnement à 50 % et une gestion toujours à flux tendu »


 
Dans ce communiqué au vitriol, le syndicat FO se targue de représenter environ 75 % du personnel de la PM. « Faux ! », rétorque Diega Trupia (CFDT). La syndicaliste indique au contraire que c'est son syndicat qui est majoritaire à la PM. Et que le chiffre de 75 % concerne... le pourcentage de non-syndiqués.

 

La gestion de la police municipale en question à Grenoble

Éric Piolle en discussion avec un responsable de la police municipale de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net


Mais sur le fond, que ressort-il de ce communiqué ? Concernant les effectifs, FO souligne que si Grenoble est dans le top 100 sur l'Hexagone, la Ville se situe loin derrière Lyon et Saint-Étienne. Et « pour 100 agents sur le papier, seuls 60 sont réellement sur le terrain », déplore l'organisation syndicale.
 
Qui dénonce « un fonctionnement à 50 % et une gestion toujours à flux tendu », si l'on compte les arrêts maladie et les départs. Soit, explique FO, une à deux patrouilles lissées sur la journée de vacation pour 160 000 habitants la journée et 80 000 la nuit. Car, explique le syndicat, « la PM de Grenoble ne travaille pas sur les secteurs 3, 4, 5 et 6 le soir ».
 
Présentation caméras individuelles police municipale Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Présentation des caméras individuelles de la police municipale de Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net


 
Diega Trupia tempère. « Les deux patrouilles, c'était vrai à une époque, notamment pendant le confinement et aujourd'hui durant les week-ends », explique-t-elle. Durant la semaine, poursuit la déléguée syndicale « il y a de deux à trois patrouilles qui circulent le matin et l'après-midi. Mais ce n'est pas toujours possible en fonction des arrêts maladie. »
 
 

Laurent Wauquiez propose 2 millions d'euros pour la sécurité à Grenoble

 
Quid de la vidéosurveillance ? Si FO concède que le maire a pris soin du parc de caméras et renouvelé certains matériels, le syndicat déplore que le central ne soit pas « un vrai centre de supervision, comme à Lyon ou à Nice ». Le dispositif actuel ne servant, selon lui, « qu'à extraire des vidéos pour la police nationale et la gendarmerie et à surveiller la voiture de PM stationnée ».
 
Autant de griefs dont Laurent Wauquiez, entré opportunément en lice, s'est emparé ainsi que le rapporte le Dauphiné libéré.
 
Dans un courrier adressé à Éric Piolle, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes remet ainsi Gérald Darmanin et Éric Piolle dos à dos, en invitant à arrêter « les polémiques inutiles ». Tout en reconnaissant volontiers que « les violences à Grenoble, en hausse constante depuis plusieurs années,  [...] méritent une réaction forte et immédiate ».
 
Pour autant, le Républicain ne s'arrête pas là, proposant même de financer la sécurité dans la capitale des Alpes à hauteur de 2 millions d'euros. Une somme qui pourrait être notamment affectée au développement d'un système de vidéoprotection.
 
 

« Le ministre est très bien renseigné sur la situation de la police municipale »

 
Pour ce qui est du quartier Mistral et de ses abords, Force ouvrière jette un pavé dans la mare. « La PM n'y met pas les pieds, de jour comme de nuit », assure le syndicat. Seules exceptions : les opérations de fourrière, toujours sécurisées par la police nationale. « Le ministre est très bien renseigné sur la situation de la PM », renchérit FO, validant ainsi en filigrane certaines assertions de Gérald Darmanin.
 

Marché place Saint-Bruno, à Grenoble. @Leo Graff - Placegrenet.fr

Marché place Saint-Bruno, à Grenoble. @ Léo Graff - Placegrenet.fr


Quant au travail de proximité sur les quartiers de l'Alma, Mistral, Saint-Bruno, Bajatière, Villeneuve et le Village olympique, il serait réduit à la portion congrue, selon FO. Et ne consisterait qu'à « un travail de verbalisation au stationnement et de visite aux Ephad, c'est tout ! »
 
Là encore, la CFDT est plus mesurée. S'il n'y a plus de patrouilles à Mistral « parce que le contrôle des stupéfiants n'est pas dans nos prérogatives », la PM s'y rend malgré tout, affirme Diega Trupia. « Mais ponctuellement, notamment pour le stationnement abusif », reconnaît-elle. Quant aux autres quartiers cités, la syndicaliste est formelle : « Nous y sommes en îlotage pour les marchés, la visite des structures des quartiers et aussi le contrôle des terrasses. »

 
 

La police municipale : « une façade avec une hiérarchie défaillante »

 
Plus globalement, le syndicat dénonce une PM "trop" structurée. « Et surtout sans résultat concret sur le terrain. » FO décrit ainsi « une façade avec une hiérarchie défaillante [...] pas à la hauteur du véritable enjeu de la sécurité et au garde à vous vis-à-vis des élu-es ». Le syndicat critique au passage « une formation de façade pour faire croire que l'on sait faire, mais on ne le fait pas ». En somme, « beaucoup d'investissements en matière de matériels, d'équipements, de formation, pour aucun résultat probant ! », résume FO.
 

Les armes en dotation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les armes létales dont ont été dotés les policiers municipaux de Meylan. © Joël Kermabon - Place Gre'net


 
Pour Force ouvrière, « ce bilan pourrait encore se dégrader si rien n'est entrepris sérieusement ». L'occasion de remettre la question de la dotation en armes létales sur le tapis. « La municipalité y est défavorable alors que la moitié des polices municipales de France est déjà armée », vitupère le syndicat. Sur ce point, la déléguée CFDT se montre plus réservée. « Nous, ce qu'on demande à la municipalité c'est de mettre en corrélation notre armement avec les missions qu'on nous confie et de ne pas nous envoyer au casse-pipe. »

 

« La PM Grenoble est une imposture qui a la sécurité qu'elle mérite ! »

 
Interrogé par Place Gre'net, Jérôme Savignac, délégué syndical CGT à la Ville de Grenoble, a quant à lui refusé tout commentaire « pour ne pas alimenter la polémique [...], en tout cas pour le moment », a justifié le syndicaliste.
 

Chérif BOUTAFA

Chérif Boutafa, délégué syndical Force ouvrière, siège aussi dans l’opposition municipale. © Corentin Bemol - Place Gre'net


« En résumé, la PM de Grenoble est une imposture qui a la sécurité qu'elle mérite ! », conclut FO. Des propos très sévères qui pourraient interroger. Surtout quant on sait que le délégué du syndicat porte aussi l'encombrante casquette de conseiller municipal du groupe d'opposition d'Alain Carignon.
 
Contacté, Éric Piolle n'a d'ailleurs pas souhaité réagir à chaud pour se laisser le temps d'investiguer. « Ce n'est pas la même chose [de réagir, ndlr] si ce sont des agents à nous ou si c'est Carignon », a-t-il précisé.
 
 

« Je serai le premier maire de Grenoble à être reçu place Beauvau »

 
Lors de son intervention sur BFMTV, l'édile avait invité Gérald Darmanin à venir débattre de la « coopération entre la police municipale et l’État ». Mais aussi « des stratégies possibles de lutte contre les trafics, contre toutes les violences, dont celles faites aux femmes ». Une invitation qui n'est pas restée lettre morte. En effet, rapporte Éric Piolle, le ministre, s'il n'a pas répondu à sa demande de débat public, lui a proposé une rencontre place Beauveau.
 

Eric Piolle officiellement réélu par le CM 2

Eric Piolle officiellement réélu par le conseil municipal. © Corentin Bemol - Place Gre'net


« Je serai le premier maire de Grenoble à être reçu pour porter la voix des quartiers populaires stigmatisés à tour de rôle par les coups de menton des différents ministres de l'Intérieur depuis Sarkozy », se félicite le maire de Grenoble.
 
Concernant la proposition de financement évoquée par le président de la Région Laurent Wauquiez, Éric Piolle se montre poliment réservé.
 
« Déjà, gardons en tête qu'il est en campagne pour les régionales. Ensuite, s'il a des sous à mobiliser, on préférerait, en parlant de violences, qu'il les réinjecte dans les associations dont il a coupé le financement, telles le CDIFF de l'Isère et d'autres associations féministes et environnementales », ironise Éric Piolle.
 
Joël Kermabon
 

POLICE MUNICIPALE : LE TÉMOIGNAGE ACCABLANT D'UN AGENT GRENOBLOIS

 
Place Gre'net a eu l'occasion de recueillir le témoignage sous couvert d'anonymat de l'un des policiers municipaux de Grenoble. Tout comme le syndicat FO, ce dernier ne prend pas de gants pour décrire une situation où le manque de considération, de soutien et de priorisation des besoins de la PM le disputent à la difficulté du métier en lui-même.
 

La gestion de la police municipale en question à Grenoble

La police municipale de Grenoble lors d'un contrôle de vitesse. © Joël Kermabon - Place Gre'net


« Je cautionne complètement ce que dit Darmanin. Quand je lis les réponses d'Éric Piolle, ça me fait bondir et ça me rend triste en fait... Il ment, il n'assume pas sa position quand il répond au ministre. »
 
Le policier dénonce, lui aussi, le manque d'effectifs de jour. «  Ce ne sont pas plus de 15 agents au maximum par jour, plutôt 10, qui patrouillent sur la voie publique à Grenoble. Il n'y a quasiment plus de patrouille pédestre depuis que Piolle est là », explique-t-il. Pourtant, ce n'est pas faute de moyens, ils existent, assure l'agent.
 
« On a même plus d'une trentaine de VTT quasiment jamais utilisés », souligne-t-il. Même problème pour les patrouilles de nuit, avant lesquelles une équipe composée d'agents spécialement recrutés pour ça prend le relais de 18 h 30 à 3 h 30. « Quand ils sont au complet, ils sont en moyenne six au maximum, répartis en deux groupes, et ne vont pas dans les quartiers difficiles », rapporte le policier.
 
De fait, précise-t-il, « si au départ la brigade de nuit au complet devait compter vingt agents, ils n'y sont jamais arrivés ». En cause, selon lui ? Les départs de beaucoup d'agents. Avec, souvent, pour conséquence que les agents ne se retrouvent plus qu'à deux la nuit.
 

Des caméras qui filment le sol

 
« Vous savez comment on appelle la police municipale à Grenoble ? La police du stationnement ! », enchaîne notre policier. Pour l'agent, « la PM est victime de son propre recrutement. On a recruté des gens dont on sait qu'ils ne sont pas faits pour ce métier. C'est pour cela qu'on ne veut pas armer la PM de Grenoble », argumente-t-il. Avant de dénoncer un important taux de renouvellement du personnel dû au « manque d'attractivité ».
 
L'armement de la police municipale en armes létales ? « Un chef de service m'a déjà dit en off “Si on devait armer la police, il n'y a pas la moitié qui serait apte.” C'est grave quand même ! », se désole-t-il.
 

Camera de surveillance, sécurité, Caserne de Bonne, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Une caméra de surveillance (privée) à la caserne de Bonne, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net


Le policier n'est guère plus tendre lorsqu'il évoque la vidéosurveillance. « Grenoble, c'est la seule ville que je connaisse dont certaines caméras filment le sol [...] parce qu'on ne veut pas que les gens se sentent filmés. » Un gâchis estime-t-il. « Quand vous voyez combien elles ont coûté au contribuable et la manière dont on s'en sert, c'est dommage... »
 
Pourtant, l'agent l'affirme, « on veut vraiment bien utiliser ce matériel mais, parfois, la personne est seule au poste de commandement. Elle doit répondre au téléphone, à la radio et regarder les caméras. Qui est le perdant ? C'est le contribuable, c'est la dame qui va rentrer chez elle qui va se faire voler son portable. »
 

« Quand il y a un braquage, on nous dit de ne pas y aller »

 
Quant à coopérer avec la police nationale, oui, mais comment ?, interroge l'agent. « Quand il y a un braquage, on nous dit de ne pas y aller ! » Un non-sens, considère-t-il. car « au moins, nous pourrions sécuriser les lieux. Mais, pour ça, encore faut-il être armé. »
 
Enfin, concernant la présence de la PM dans les quartiers, le policier pointe une forme d'abandon. « Imaginez les contribuables habitant à Mistral. Ces gens-là ne voient la police municipale que le matin pour leur enlever leur voiture et des voitures brûlées mais jamais le reste de la journée... Avant Piolle, la PM patrouillait à Mistral, à pied, en voiture, et là, on n'y va plus du tout ! »
 

SC et JK

 

Simon Grange

Auteur

0 commentaire sur « “Imposture”, “sous-effec­tif”, “aban­don”… Les cri­tiques pleuvent sur la ges­tion de la police muni­ci­pale de Grenoble »

  1. Ceux qui sont pour l’armement de la police muni­ci­pale devrait lire cet article sur un livre écrit par un jour­na­liste infil­tré dans la police
    Violences, racisme, manque de moyens… Un jour­na­liste raconte deux ans d’in­fil­tra­tion dans la police
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/tabassages-et-manque-de-moyens-un-journaliste-raconte-deux-ans-d-infiltration-dans-la-police_4093465.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D-
    Perso je n’ai aucune envie que la police muni­ci­pale res­semble à ça.

    sep article
    • @Pifou. Et ? Les conclu­sions. Les causes ? Les conse­quences ? La rela­tion cause-effet ? Blah, blah, blah gau­chiste. Violences ? Vous n’a­vez pas encore com­pris que la police c’est fait POUR la vio­lence ? Le racisme ? Dans vos rêves gau­chistes. Manque de moyens ? Oui, si comme Piolle, on pre­fers de finan­cer l’ar­ri­vée et héber­ge­ment des migrants ILLÉGAUX, les moyens vont for­ce­ment man­quer à la police

      sep article
  2. Ceux qui sont pour l’armement de la police muni­ci­pale devrait lire cet article sur un livre écrit par un jour­na­liste infil­tré dans la police 

    Violences, racisme, manque de moyens… Un jour­na­liste raconte deux ans d’in­fil­tra­tion dans la police
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/tabassages-et-manque-de-moyens-un-journaliste-raconte-deux-ans-d-infiltration-dans-la-police_4093465.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D-

    Perso je n’ai aucune envie que la police muni­ci­pale res­semble à ça.

    sep article
    • @Pifou. Et ? Les conclu­sions. Les causes ? Les conse­quences ? La rela­tion cause-effet ? Blah, blah, blah gau­chiste. Violences ? Vous n’a­vez pas encore com­pris que la police c’est fait POUR la vio­lence ? Le racisme ? Dans vos rêves gau­chistes. Manque de moyens ? Oui, si comme Piolle, on pre­fers de finan­cer l’ar­ri­vée et héber­ge­ment des migrants ILLÉGAUX, les moyens vont for­ce­ment man­quer à la police

      sep article
  3. les gau­cho bobo doivent com­prendre que l’ar­me­ment de la police (natio­nale ou muni­ci­pale, peu importe) sert à plu­sieurs choses ; entre autres, c’est l’in­ti­mi­da­tion, leur pro­tec­tion indi­vi­duelle et la pos­si­bi­lité d’arrêter (ou encore mieux, éli­mi­ner) le cri­mi­nel. De la meme façon, incar­ce­ra­tion d’un cri­mi­nel ne sert pas néces­sai­re­ment à le cor­ri­ger (on est d’ac­cord ici que ça ne marche pas), mais de le reti­rer de cir­cu­la­tion pen­dant 5−10−15 ans, voire (en idéal) à per­pé­tuité. Forcement, ça ne plait pas à Piolle et sa bande d’illu­mi­nés, mais c’est leur pro­blème. Sarkozy avait 1000 fois rai­son avec son dis­cours de Grenoble, mais il était trop mou pour appli­quer ses principes

    sep article
  4. les gau­cho bobo doivent com­prendre que l’ar­me­ment de la police (natio­nale ou muni­ci­pale, peu importe) sert à plu­sieurs choses ; entre autres, c’est l’in­ti­mi­da­tion, leur pro­tec­tion indi­vi­duelle et la pos­si­bi­lité d’arrêter (ou encore mieux, éli­mi­ner) le cri­mi­nel. De la meme façon, incar­ce­ra­tion d’un cri­mi­nel ne sert pas néces­sai­re­ment à le cor­ri­ger (on est d’ac­cord ici que ça ne marche pas), mais de le reti­rer de cir­cu­la­tion pen­dant 5−10−15 ans, voire (en idéal) à per­pé­tuité. Forcement, ça ne plait pas à Piolle et sa bande d’illu­mi­nés, mais c’est leur pro­blème. Sarkozy avait 1000 fois rai­son avec son dis­cours de Grenoble, mais il était trop mou pour appli­quer ses principes

    sep article
  5. Il n’y a pas que les stu­pé­fiants à Mistral. Ainsi, la PM pour­rait à nou­veau entrer dans ce quar­tier, par exemple pour assu­rer la tran­quillité publique, mettre fin aux rodéos, etc ! Hallucinant d’en­tendre que la PM existe mais qu’elle n’in­ter­vient pas là où il y en a le plus besoin ! Que toutes les per­sonnes qui sont dans le déni de toutes les « inci­vi­li­tés » que subissent les habi­tants des quar­tiers popu­laires aillent y vivre.

    sep article
  6. Il n’y a pas que les stu­pé­fiants à Mistral. Ainsi, la PM pour­rait à nou­veau entrer dans ce quar­tier, par exemple pour assu­rer la tran­quillité publique, mettre fin aux rodéos, etc ! Hallucinant d’en­tendre que la PM existe mais qu’elle n’in­ter­vient pas là où il y en a le plus besoin ! Que toutes les per­sonnes qui sont dans le déni de toutes les « inci­vi­li­tés » que subissent les habi­tants des quar­tiers popu­laires aillent y vivre.

    sep article
  7. Les témoi­gnages dans cet article donnent toutes les preuves du mépris de notre maire à temps par­tiel concer­nant la police muni­ci­pale (dont il est le chef) et la sécu­rité. Pour rap­pel ce que le délé­gué CFDT disait en 2014 :
    https://​www​.rue89​lyon​.fr/​2​0​1​4​/​1​2​/​2​4​/​p​r​i​v​e​s​-​a​r​m​e​s​-​a​-​f​e​u​-​b​i​e​n​t​o​t​-​c​a​m​e​r​a​s​-​p​o​l​i​c​i​e​r​s​-​m​u​n​i​c​i​p​a​u​x​-​g​r​e​n​o​b​l​e​-​m​e​c​o​n​t​e​n​ts/
    Depuis, pas d’ef­fec­tifs sup­plé­men­taires et annu­la­tion des moyens pré­vus par ses pré­dé­ces­seurs pour accom­plir la mission.
    Le syn­di­cat de la police natio­nale dit la même chose : « Il y a de gros pro­blèmes dans cer­taines zones de Grenoble. [E. Piolle] n’est pas connu pour être un fervent défen­seur de la police natio­nale et de la sécurité ».
    https://​www​.sudra​dio​.fr/​s​o​c​i​e​t​e​/​y​a​n​n​i​c​k​-​b​i​a​n​c​h​e​r​i​-​i​l​-​y​-​a​-​d​e​-​g​r​o​s​-​p​r​o​b​l​e​m​e​s​-​d​a​n​s​-​c​e​r​t​a​i​n​e​s​-​z​o​n​e​s​-​d​e​-​g​r​e​n​o​b​le/

    sep article
  8. Les témoi­gnages dans cet article donnent toutes les preuves du mépris de notre maire à temps par­tiel concer­nant la police muni­ci­pale (dont il est le chef) et la sécu­rité. Pour rap­pel ce que le délé­gué CFDT disait en 2014 :
    https://​www​.rue89​lyon​.fr/​2​0​1​4​/​1​2​/​2​4​/​p​r​i​v​e​s​-​a​r​m​e​s​-​a​-​f​e​u​-​b​i​e​n​t​o​t​-​c​a​m​e​r​a​s​-​p​o​l​i​c​i​e​r​s​-​m​u​n​i​c​i​p​a​u​x​-​g​r​e​n​o​b​l​e​-​m​e​c​o​n​t​e​n​ts/
    Depuis, pas d’ef­fec­tifs sup­plé­men­taires et annu­la­tion des moyens pré­vus par ses pré­dé­ces­seurs pour accom­plir la mission.
    Le syn­di­cat de la police natio­nale dit la même chose : « Il y a de gros pro­blèmes dans cer­taines zones de Grenoble. [E. Piolle] n’est pas connu pour être un fervent défen­seur de la police natio­nale et de la sécurité ».
    https://​www​.sudra​dio​.fr/​s​o​c​i​e​t​e​/​y​a​n​n​i​c​k​-​b​i​a​n​c​h​e​r​i​-​i​l​-​y​-​a​-​d​e​-​g​r​o​s​-​p​r​o​b​l​e​m​e​s​-​d​a​n​s​-​c​e​r​t​a​i​n​e​s​-​z​o​n​e​s​-​d​e​-​g​r​e​n​o​b​le/

    sep article
  9. « l’au­then­tique »
    Je conseille for­te­ment aux poli­ciers muni­ci­paux pas contents, notam­ment ceux de FO pro-Carignon, de pas­ser le concours de poli­cier natio­nal pour entrer dans des ser­vices où ils seront armés et pour­ront faire les marioles. La police muni­ci­pale ne leur per­met pas d’é­ta­ler tout leur savoir faire en répres­sion armée.
    On ne peut plus par­ler de « vidéo pro­tec­tion » depuis qu’un camion, pour­tant visible sur les écrans, qui avait fait des essais, a tué des dizaines de Niçois. C’est plu­tôt de la « vidéo sur­veillance » or les camé­ras n’ont jamais mon­tré leur effi­ca­cité, sur­tout le port géné­ra­lisé des cagoules.
    Il fau­drait donc peut être repen­ser la fonc­tion de la police muni­ci­pale et les moyens à lui octroyer pour qu’elle arrive à ses objectifs

    sep article
    • heu, vous êtes sur le ter­rain ou quel­qu’un qui s’en­nuie à faire des com­men­taires qui n’apporte pas grand chose au débat !

      sep article
      • « l’au­then­tique »
        Pouvez-vous nous dire ce qu’ap­porte votre com­men­taire ? fait-il avan­cer le schmilblick ?

        sep article
    • Monsieur Jean-Marc Bouché de l’ADTC, à la solde de la muni­ci­pa­lité Piolle, aka JMB, aka Utilisateur Bibliothèque, ose nous don­ner des leçons sur l’é­qui­pe­ment de la police muni­ci­pale. Pour votre infor­ma­tion, dans d’autres depart­ments de France, par exemple en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les agents de police muni­ci­pale sont SYSTÉMATIQUEMENT armés. Les gau­chistes deviennent TRÈS élo­quents quand ils faut jus­ti­fier leur conne­ries en matière de sécu­rité. L’explication est très simple, ils ont une haine vis­cé­rale des forces d’ordre : la police, la gen­dar­me­rie, le sys­tème pénitentiaire.

      sep article
      • « l’au­then­tique »
        amigo se fourre le doigt dans l’oeil jus­qu’au coude et il ne voit rien de son 2e oeil, celui-ci étant myope. Il raconte donc n’im­porte quoi, pourvu qu’il tienne le cra­choir sur le fil des commentaires.
        Une police muni­ci­pale armée serait confon­due avec la police natio­nale. Or cha­cun son métier, cha­cun ses pré­ro­ga­tives. Y a‑t-il moins de délits com­mis sur la Côte d’Azur ? NON
        L’armement de la police muni­ci­pale ne sert donc à rien qu’à faire plai­sir à la droite et à l’ex­trême droite.

        sep article
  10. « l’au­then­tique »
    Je conseille for­te­ment aux poli­ciers muni­ci­paux pas contents, notam­ment ceux de FO pro-Carignon, de pas­ser le concours de poli­cier natio­nal pour entrer dans des ser­vices où ils seront armés et pour­ront faire les marioles. La police muni­ci­pale ne leur per­met pas d’é­ta­ler tout leur savoir faire en répres­sion armée.
    On ne peut plus par­ler de « vidéo pro­tec­tion » depuis qu’un camion, pour­tant visible sur les écrans, qui avait fait des essais, a tué des dizaines de Niçois. C’est plu­tôt de la « vidéo sur­veillance » or les camé­ras n’ont jamais mon­tré leur effi­ca­cité, sur­tout le port géné­ra­lisé des cagoules.
    Il fau­drait donc peut être repen­ser la fonc­tion de la police muni­ci­pale et les moyens à lui octroyer pour qu’elle arrive à ses objectifs

    sep article
    • heu, vous êtes sur le ter­rain ou quel­qu’un qui s’en­nuie à faire des com­men­taires qui n’apporte pas grand chose au débat !

      sep article
      • « l’au­then­tique »
        Pouvez-vous nous dire ce qu’ap­porte votre com­men­taire ? fait-il avan­cer le schmilblick ?

        sep article
    • Monsieur Jean-Marc Bouché de l’ADTC, à la solde de la muni­ci­pa­lité Piolle, aka JMB, aka Utilisateur Bibliothèque, ose nous don­ner des leçons sur l’é­qui­pe­ment de la police muni­ci­pale. Pour votre infor­ma­tion, dans d’autres depart­ments de France, par exemple en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les agents de police muni­ci­pale sont SYSTÉMATIQUEMENT armés. Les gau­chistes deviennent TRÈS élo­quents quand ils faut jus­ti­fier leur conne­ries en matière de sécu­rité. L’explication est très simple, ils ont une haine vis­cé­rale des forces d’ordre : la police, la gen­dar­me­rie, le sys­tème pénitentiaire.

      sep article
      • « l’au­then­tique »
        amigo se fourre le doigt dans l’oeil jus­qu’au coude et il ne voit rien de son 2e oeil, celui-ci étant myope. Il raconte donc n’im­porte quoi, pourvu qu’il tienne le cra­choir sur le fil des commentaires.
        Une police muni­ci­pale armée serait confon­due avec la police natio­nale. Or cha­cun son métier, cha­cun ses pré­ro­ga­tives. Y a‑t-il moins de délits com­mis sur la Côte d’Azur ? NON
        L’armement de la police muni­ci­pale ne sert donc à rien qu’à faire plai­sir à la droite et à l’ex­trême droite.

        sep article
  11. Critiques tota­le­ment méri­tées et objectives ! ???

    sep article
  12. Critiques tota­le­ment méri­tées et objectives ! ???

    sep article
  13. Lamentable !!!
    LA MOITIÉ SUD DE GRENOBLE ABANDONNÉE LE SOIR
    La police muni­ci­pale est faible en effec­tif, n’est pas armée et dans un com­mu­ni­qué qui répond à Piolle, le Syndicat FO qui repré­sente 75 % des effec­tifs de la police muni­ci­pale pré­cise qu’il existe seule­ment « une à deux patrouilles lis­sées sur la jour­née de vaca­tion pour 160000 habi­tants la jour­née et 80000 habi­tants la nuit, car la police Municipale de Grenoble ne tra­vaille pas sur les sec­teurs 3, 4, 5 et 6 le soir ! » Soit la moi­tié de Grenoble. Il pré­cise qu’il n’y a pas de PC opé­ra­tion­nel avec les caméras.
    MISTRAL : « LA POLICE MUNICIPALE NE MET PAS UN PIED »
    Concernant Mistral le syn­di­cat FO ajoute que « la police muni­ci­pale ne met pas un pied dans ce quar­tier et aux abords que ce soit de jour comme de nuit. » Et ajoute : « La police muni­ci­pale n’a aucun tra­vail de proxi­mité sur les quar­tiers de l” Alma, St Bruno, Bajatiere ou encore le VO et Villeneuve, juste un tra­vail de ver­ba­li­sa­tion au sta­tion­ne­ment et de visite aux ephad, c’est tout !

    sep article
  14. Lamentable !!!

    LA MOITIÉ SUD DE GRENOBLE ABANDONNÉE LE SOIR 

    La police muni­ci­pale est faible en effec­tif, n’est pas armée et dans un com­mu­ni­qué qui répond à Piolle, le Syndicat FO qui repré­sente 75 % des effec­tifs de la police muni­ci­pale pré­cise qu’il existe seule­ment « une à deux patrouilles lis­sées sur la jour­née de vaca­tion pour 160000 habi­tants la jour­née et 80000 habi­tants la nuit, car la police Municipale de Grenoble ne tra­vaille pas sur les sec­teurs 3, 4, 5 et 6 le soir ! » Soit la moi­tié de Grenoble. Il pré­cise qu’il n’y a pas de PC opé­ra­tion­nel avec les caméras.

    MISTRAL : « LA POLICE MUNICIPALE NE MET PAS UN PIED »

    Concernant Mistral le syn­di­cat FO ajoute que « la police muni­ci­pale ne met pas un pied dans ce quar­tier et aux abords que ce soit de jour comme de nuit. » Et ajoute : « La police muni­ci­pale n’a aucun tra­vail de proxi­mité sur les quar­tiers de l” Alma, St Bruno, Bajatiere ou encore le VO et Villeneuve, juste un tra­vail de ver­ba­li­sa­tion au sta­tion­ne­ment et de visite aux ephad, c’est tout !

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

RER grenoblois: après l'engagement d'Emmanuel Macron, la Région dit attendre des "annonces concrètes"
RER gre­no­blois : après l’en­ga­ge­ment d’Emmanuel Macron, la Région dit attendre des « annonces concrètes »

EN BREF - Suite à l'annonce d'Emmanuel Macron sur les projets de RER métropolitains définis comme "grande ambition nationale", Éric Piolle fait preuve d'optimisme... et Lire plus

La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 millions d'euros pour un "pack sécurité écoles"
La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 mil­lions d’eu­ros pour un « pack sécu­rité écoles »

FLASH INFO - Après le soutien à l'équipement des villes en vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce adopter un "pack sécurité écoles" doté de 10 millions Lire plus

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Le Département de l’Isère s’en­gage avec l’EFS pour mobi­li­ser et for­mer des « ambas­sa­deurs du don de sang »

FLASH INFO - "Mobiliser et former des “ambassadeurs du don” pour dynamiser les collectes de sang". Tel est l'objectif de la convention signée le 25 Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !